Langue française

  • « Ce ne sont pas les guides de Rome qui manquent ! Mais je ne rivalise pas avec eux : quel intérêt pourrait présenter un « dictionnaire amoureux » s´il était le catalogue des opinions d´autrui, un défilé de dates ou le carrefour des idées reçues ? Je propose tout simplement d´évoquer ce qui me touche, m´étonne ou m´enchante dans l´Antiquité romaine. J´ai essayé, à partir des réalités pittoresques et des personnages hauts en couleur, de rendre intelligibles une culture, des splendeurs, des valeurs, des croyances, des comportements, une littérature... sans trop idéaliser, car la Rome antique fut raffinée mais violente et cruelle. Ces contrastes nous éclairent aussi sur nous-mêmes : certes nous sommes distincts de nos ancêtres latins,mais ils nous ont légué notre lexique, notre droit, nos canons esthétiques, nos figures légendaires, nos moeurs. On ressent toute la vigueur du génie de cette civilisation romaine qui a su transformer une bourgade rurale en capitale du monde. »X. D.Xavier Darcos est membre de l´Institut. Ancien maire et sénateur, il a été plusieurs fois ministre, inspecteur général de l´Education nationale et ambassadeur (auprès de l´OCDE, et actuellement pour la culture française à l´étranger). Il a publié de nombreux ouvrages (notamment sur Tacite et Ovide).

  • En 1881, Jules Ferry institue l´école laïque, gratuite et obligatoire. Une démocratisation qui passe par un recrutement massif d´instituteurs. Bons élèves issus de milieux populaires, souvent fils de paysans, les « hussards noirs » bénéficient d´une ascension sociale qui fait d´eux de véritables « notables du savoir ». Les femmes ne sont pas en reste, avec la création d´écoles de garçons et de filles, ce qui féminise largement le corps enseignant. Bientôt, les instituteurs s´imposent comme un groupe social fortement attaché à une République qui leur a donné leur « chance », en rivalité avec les prêtres dans la formation des enfants. La loi de 1905 établissant la séparation des Églises et de l´État signe la victoire des instituteurs, renforçant encore leur identité. Du recrutement des maîtres à leur formation dans les écoles normales ; de la discipline à la « leçon de choses » ou à l´instruction civique ; du tableau noir à la distribution des prix ; Xavier Darcos dresse un tableau pittoresque du quotidien des instituteurs à l´époque de Jules Ferry. Riche de témoignages et d´anecdotes, L´École de Jules Ferry ne néglige pas la réflexion sur l´école et la laïcité aujourd´hui, thèmes de la loi du 3 mars 2004, dont l´auteur, alors ministre, fut l´un des principaux promoteurs.

  • Depuis bientôt trente ans, l'école n'est envisagée que du point de vue de sa réforme et voit défiler des projets perpétuels de refondation. Les jeunes d'aujourd'hui, ballottés par les lubies du moment, sont plongés dans un savoir émietté, lacunaire et instable. De nombreux théoriciens - qui n'ont parfois jamais enseigné - tâchent, contre l'évidence, de démontrer l'élévation du niveau des connaissances scolaires. Tandis que l'écriture, la lecture, l'histoire sombrent dans les décombres, de nombreuses idoles apparaissent : les médias, l'électronique, internet. Cet essai s'efforce de faire un bilan et de proposer, en revenant à des idées simples, ce qu'il faut enseigner, afin d'interrompre le processus actuel d'apprentissage de l'ignorance.

  • « On aurait aimé que la commémoration de 1905 soit un stimulant pour imiter l'énergie d'hommes de cette trempe. Sur la question scolaire notamment. Car nous voyons bien que la pensée sur l'école fait la synthèse de tout grand projet politique. Il n'y a pas de doctrine sociale globale sans une conception maîtrisée et accomplie de l'éducation. Le rappel martial à l'ordre policier ne suffira pas. Les Républicains des années 1880-1905 l'avaient bien compris. L'État moderne croyait avoir réglé la question une fois pour toutes. Avec l'arrivée dans nos vieilles nations de nouvelles pratiques religieuses, tout recommence. » X. D. Xavier Darcos propose une histoire de la laïcité à la française qui permet de replacer dans son contexte ce pilier de la République, et trace les contours de ce que devrait être aujourd'hui une France laïque moderne, ferme sur ses principes mais ouverte à la diversité. Xavier Darcos, inspecteur général de l'éducation nationale et professeur d'université, est actuellement ambassadeur auprès de l'OCDE et maire de Périgueux. Il a été sénateur de la Dordogne, ministre délégué à l'Enseignement scolaire et ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie.

  • « L'école est le dernier rempart de la République; l'école a abdiqué de tout rôle civique. Entre ces deux figures, le débat public oscille depuis de longues années, modernes contre classiques, «pédagogues» contre «républicains». Le ministre de l'Education et la jeune députée socialiste auscultent une inquiétude essentielle. » Laurent Joffrin - Libération
    « La radio ou la télévision proposent en général des débats duels, où le formatage du média et le nombre de questions posées empêchent quasi systématiquement les intervenants de développer des idées parfois complexes. Tout l'intérêt du Forum Libération de Grenoble est de proposer un débat sur une seule problématique, qui donne aux interlocuteurs la liberté de s'exprimer totalement, d'approfondir et de donner au public tout l'enjeu intellectuel de la question et parfois même de la réponse. » Patrick Frémeaux

empty