• Seuls sont les indomptes

    Claude Courchay

    Lorsque Jean visite la bergerie que met en vente son ami Max, il sait qu'il a enfin trouvé son paradis. Entourée par les broussailles, cette vieille bâtisse aux murs de galets, au plafond soutenu par d'énormes poutres, ressemble à un monastère tibétain perdu dans le Lavandin, idéal pour se retirer du monde et se remettre de plusieurs divorces et d'autant de petits boulots ingrats. Aucun bruit, ni télé, ni tondeuse, ni couinements de gosses, seuls quelques coups de fusil rappellent que la bâtisse se situe au milieu du terrain de jeu favori des chasseurs. Jean vit là, seul et bienheureux. Mais un matin, il découvre, comme tombée du ciel, une petite fille qui a mystérieusement trouvé refuge dans sa bergerie. Jean sait qu'il devrait alerter la police et les services sociaux. Mais Babou a les yeux si bleus et elle l'appelle Papa d'une voix si tendre... Peut être quelqu'un viendra t-il la récupérer ? Ses amis tentent de le mettre en garde : on l'accusera de pédophilie, d'enlèvement, de séquestration. Mais Jean ne se résout pas à l'abandonner. Un terrible piège se referme alors sur lui : Babou est retrouvée assassinée dans la propriété de Jean. La police le soupçonne immédiatement. Il est condamné à dix ans de prison et libéré cinq ans plus tard. Il n'a alors de cesse de prouver son innocence et de comprendre ce meurtre.

  • Vivre vite est une drogue dure. Chez les forts, elle provoque la puissance du vertige. Pierre, en ces trépidantes années 70, va en jouer sans limite. Audacieux et manipulateur, charismatique et cynique, gourou de sa propre foi en lui-même et n'ayant que la baraka pour loi, il se veut l'homme des aventures extrêmes. Que ceux qui l'aiment le suivent ? Entre retraite campagnarde et horizons planétaires, ils connaîtront grâce à lui le succès. Ne suffit-il pas à Pierre de vouloir pour réussir ? De la bergerie aixoise retapée en refuge pour la bande à l'agence de voyage créée pour offrir continents, escales et séjours au plus grand nombre, la monde entier sera bientôt à ses pieds.
    Christian le sait. Il y croit. Fidèle d'entre les fidèles, il a abandonné sa carrière d'avocat et ses rêves de journalisme pour devenir le lieutenant de Pierre. Fasciné, il s'est laissé emporter par la vague. Lié à la vie à la mort, il est prêt à affronter les tempêtes. Peu importent les plumes laissées en chemin, les illusions défaites, les amours ruinés. Au diable la raison, la lucidité, le risque de se perdre. Foncer tête baissée, danser sur le volcan, aller jusqu'au bout, tel est le pacte.
    Jusqu'au bout ? Ou jusqu'à ce qu'après tant de journées ocre et sèches, de courses folles à travers les déserts et après les fuseaux horaires, vienne l'heure d'une simple question : " Qui est vraiment Pierre ? " Agrégé d'histoire, ayant exercé tour à tour les métiers de maçon, serveur et caissier Claude Courchay, depuis Retour à Malaveil qui lui le grand prix RTL, s'est affirmé comme l'un des romanciers qui comptent aujourd'hui.

  • « L'Artiste », ainsi que l'auteur se désigne par dérision, enseigne dans un lycée et raconte son année de professeur contestataire... bientôt suspendu. Son langage et son argot sont ceux de la jeunesse d'aujourd'hui. Ce commentaire de l'actualité, dénonciation de ce qui se passe en France et dans le monde, constitue une savoureuse chronique de notre temps. Un livre brutal qui fera grincer des dents, mais aussi réfléchir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En 1944, Wanda était une belle jeune femme. A la Libération, les braves gens l'ont tondue : on l'avait remarquée, à plusieurs reprises, en compagnie d'un soldat allemand. Quand, un quart de siècle plus tard, Etienne écrit à sa mère pour lui annoncer qu'il va se marier avec Sophie, le passé - un passé bien ignoble, bien nauséeux - refait surface : « Ne touche pas à cette fille », ordonne Wanda. Courchay est mieux qu'un metteur en scène habile à ménager le « suspense » : à partir d'une équation très simple, les figures ordinaires de notre vie quotidienne deviennent les héros d'une tragédie antique, dans la meilleure veine de Retour à Malaveil.

  • Qu'il fait bon vivre au milieu des champs de lavande, sous le soleil des Basses-Alpes... Le paradis sur terre. Depuis des années, c'est là que Pierre, entre deux reportages, vient passer quelques mois, près de Claire. Et c'est là qu'un beau matin Pierre est retrouvé mort. Un accident, une négligence. Qu'il est triste de mourir au milieu des champs de lavande, sous le soleil des Basses-Alpes. Le paradis sur terre. Avec un arrière-goût d'enfer.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En 1944, Wanda était une belle jeune femme. A la Libération, les braves gens l'ont tondue : on l'avait remarquée, à plusieurs reprises, en compagnie d'un soldat allemand. Quand, un quart de siècle plus tard, Etienne écrit à sa mère pour lui annoncer qu'il va se marier avec Sophie, le passé - un passé bien ignoble, bien nauséeux - refait surface : « Ne touche pas à cette fille », ordonne Wanda. Courchay est mieux qu'un metteur en scène habile à ménager le « suspense » : à partir d'une équation très simple, les figures ordinaires de notre vie quotidienne deviennent les héros d'une tragédie antique, dans la meilleure veine de Retour à Malaveil.

  • Qu'il fait bon vivre au milieu des champs de lavande, sous le soleil des Basses-Alpes... Le paradis sur terre. Depuis des années, c'est là que Pierre, entre deux reportages, vient passer quelques mois, près de Claire. Et c'est là qu'un beau matin Pierre est retrouvé mort. Un accident, une négligence. Qu'il est triste de mourir au milieu des champs de lavande, sous le soleil des Basses-Alpes. Le paradis sur terre. Avec un arrière-goût d'enfer.

  • Gaël, photo-reporter, spécialiste des petites guerres, veut souffler. Il en a trop vu. A la longue, ce métier de voyeur vous déboussole son homme. Il part se mettre au vert dans les Alpes. Là, le ciel va lui tomber sur la tête. Le ciel, c'est-à-dire Ariane. La belle n'est pas libre, et quand bien même... Pour Gaël, tout amour qui parvient à ses fins est un amour fini. Facile à dire, difficile à vivre. " On ne meurt plus d'amour." Dommage. Comment faire pour supporter l'insupportable ? Pour espérer sans espoir ? C'est ce déchirement, ce désespoir et ce bonheur d'un possible impossible que raconte Claude Couchay.
    Avant de devenir romancier à succès (Retour à Malaveil a obtenu le prix RTL), Claude Courchay, agrégé d'histoire, s'est essayé à plusieur métiers : maçon, caissier, professeur...

  • Cette chronique désenchantée relate l'expérience absurde et dérisoire de certains intellectuels de notre temps. Un jeune militant de gauche, qui a soutenu le F.N.L., poursuit ses études de lettres dans une petite ville du Midi. Rapidement déçu par la médiocrité ambiante, par son métier, il va tenter l'aventure à la Guadeloupe, au Cambodge : il s'imagine que l'existence pourrait enfin devenir intéressante à la faveur du dépaysement et de l'exotisme. Mais la réalité se dérobe toujours. La vie finira-t-elle par commencer ?

  • Le village de haute Provence où l'on peut mourir d'ennui, va trouver, dans la colère, une victime expiatoire... Par l'auteur de Retour à Malaveil.

  • Blessé dès les premiers mois de la Grande Guerre, Jean rentre au pays, en Provence. Accueilli comme un héros par les habitants du village, Jean, incapable de supporter la vie de l'arrière, fait très vite le vide autour de lui... Il repart et découvre qu'Yvon, son jeune frère, a devancé l'appel et s'est engagé dans son régiment. Jean se jure alors de le protéger et de le ramener intact, après la guerre, à sa jeune fiancée. Au cours d'une offensive meurtrière, le régiment est taillé en pièces par l'artillerie et les mitrailleuses allemandes. Jean est à nouveau grièvement blessé. De retour en Provence pour une longue convalescence, il apprend qu'Yvon a été exécuté pour l'exemple par un officier français. Venger Yvon devient, dès lors, son unique but. Retrouver cet officier et le tuer. Et mourir ensuite, comme tant d'autres. Mais, au pays, une femme l'attend toujours, porteuse d'un secret qui est aussi une bonne raison de vivre.

  • La description minutieuse de la vie d'une petite commune provençale, avec ses personnages hauts en couleur, ses intrigues, ses jalousies, sa noirceur.

  • Un village de Haute-Provence, où la vie semble presque parfaite et les gens presque heureux. Ce n'est pas l'arrivée de Claire la nouvelle recrue de la gendarmerie qui risquerait d'en troubler la sérénité. Ni les menaces de fermeture qui pèsent sur le bistrot de Zouzou dont les serveuses sont, il est vrai, plutôt hospitalières. Tout cela participe au feuilleton quotidien du Midi : tout y est toujours tragique, mais rien n'est jamais grave. Le drame surgit de là où l'on ne l'attend pas : des ruminations silencieuses du berger, Toussaint le muet, qui passe sans qu'on le voit, qui écoute sans qu'on le sache et qui détient ainsi tous les secrets du village. En révélant des drames soigneusement étouffés, il rallumera les feux de la garrigue.

    Claude Courchay nous guide dans les chemins de traverse provençaux et nous donne à contempler, du haut des collines, des destinées à la fois dramatiques et ordinaires.

    Avant de devenir romancier à succès (Retour à Malaveil a obtenu le Prix Rtl), Claude Courchay, agrégé d'histoire, s'est essayé à plusieurs métiers : maçon, serveur, caissier, professeur...

  • Gaël, photo-reporter, spécialiste des petites guerres, veut souffler. Il en a trop vu. A la longue, ce métier de voyeur vous déboussole son homme. Il part se mettre au vert dans les Alpes. Là, le ciel va lui tomber sur la tête. Le ciel, c'est-à-dire Ariane. La belle n'est pas libre, et quand bien même... Pour Gaël, tout amour qui parvient à ses fins est un amour fini. Facile à dire, difficile à vivre. " On ne meurt plus d'amour." Dommage. Comment faire pour supporter l'insupportable ? Pour espérer sans espoir ? C'est ce déchirement, ce désespoir et ce bonheur d'un possible impossible que raconte Claude Couchay.
    Avant de devenir romancier à succès (Retour à Malaveil a obtenu le prix RTL), Claude Courchay, agrégé d'histoire, s'est essayé à plusieur métiers : maçon, caissier, professeur...

  • Anne, jeune étudiante à Aix-en-Provence, atypique, anorexique, ne s'est jamais remise de l'agression dont a été victime son frère jumeau, dix ans auparavant, et qui l'a conduit en asile psychiatrique. Son unique motivation est la vengeance. Elle attend la libération du coupable pour lui régler son compte.
    Pierre étudie dans la même fac. Beau gosse, il est subjugué par Anne, et veut l'aider à sortir de son tombeau.
    Zou, le berger, lui, ne comprend pas pourquoi il a été emprisonné. Il sait bien qu'il n'est pas le coupable. Prouvant son innocence, après des années de réclusion, il sort enfin.
    La tragédie peut commencer... D'autant que, sous le grand soleil provençal, la quête des ombres du passé peut se révéler cruelle pour la soif même de justice et de vérité.
    Un roman, beau et fort, de Claude Courchay sur les drames d'aujourd'hui. Une grande évocation du Sud. Et aussi une leçon humaine, réaliste, d'amour et d'espérance.
    Avant de se mettre à l'écriture, Claude Courchay, agrégé d'histoire, s'est essayé à plusieurs métiers et a été tour à tour maçon, serveur, caissier, professeur. Il est l'auteur de nombreux romans parmi lesquels Retour à Malaveil qui lui a valu le Prix-RTL, Chronique des collines, Quelqu'un dans la vallée, ainsi que On ne meurt plus d'amour, Des journées ocre et sèches publiés aux Editions Lattès.

  • Quand Yvon vient s'installer à Mortagne, bourgade des Alpes-de-Haute-Provence, pour quitter la cacophonie de la ville, il est loin de se douter que son séjour ne sera pas de tout repos.
    Il faut dire que sa maison jouxte la propriété de Moune, et que celle-ci alimente les potins du village avec son inénarrable tribu. Entre les enfants d'un premier puis d'un second lit, maris défunts et amants de passage, l'imbroglio familial semble bien noué jusqu'au retour de « 69 », une prostituée disparue depuis dix ans.
    Dans un style truculent et haut en couleur, voici la chronique d'un village de Provence rythmée par la progression de l'enquête d'Yvon le solitaire.
    Romancier de talent, Claude Courchay a obtenu le prix RTL avec Retour à Malaveil. Ses derniers romans, Chronique des collines, Quelqu'un dans la vallée et On ne meurt plus d'amour ont été publiés aux éditions Lattès.

  • La sauvagine

    Claude Courchay

    Jean est un baroudeur. Grand reporter, photographe, il écume le monde, là où la guerre et la misère font rage. A ses retours, il squatte l'appartement d'une amie à Paris ou il descend dans le Midi de son enfance. Il s'arrête à Aix en Provence chez " Vieux Monsieur ", son presque père, puis chez Jeanne, sa presque soeur qui vit avec sa vieille mère dans une bergerie des collines bas Alpines. Le temps de se reposer, de se retrouver et il repart pour de nouvelles aventures, de nouvelles guerres.
    Pour Jeanne, les retours de Jean sont comme des moments de renaissance.
    Recluse, séquestrée volontaire auprès d'une mère sombre et aussi seule qu'elle, Jeanne a toujours caché l'amour qu'elle porte à ce feu follet. Elle attend Jean, sûre qu'il renoncera bientôt à ces voyages et s'installera avec elle. Peu importe dès lors ses aventures et les filles de passage puisque Jeanne reste sa favorite. Son jour viendra.
    Tout bascule lorsque Jean rencontre à Paris Léa, une actrice débutante, qui l'émerveille, le bouscule de ses charmes et de sa jeunesse. Pour Jean et Jeanne, plus rien se sera pareil.
    Entre ces deux êtres pareils à l'eau et l'huile, les complots se forment, rongeant les espoirs et les amours. Claude Courchay nous guide dans les chemins de traverse provençaux ou dans les sombres milieux parisiens branchés et nous donne à contempler des destinées à la fois dramatiques et ordinaires. Un très beau roman sur les drames d'une vie, l'amour, l'attente, les espoirs déçus, les rendez-vous manqués.

empty