• Disséquer le verbe formé dans le cerveau et que la bouche peine à expulser pour devenir parole. Voilà le projet de Babouillec dans ce court texte incisif et poétique. En surveillant les échanges chimiques au niveau de ses synapses, en scrutant son reflet dans le miroir, en analysant les mots qui se forment sur son lobe frontal, l'artiste s'interroge sur ce qui crée la différence et observe, perplexe, la course des messages nerveux sous sa peau qui l'isole. Par un dépeçage de son propre corps, par la violence des émotions qu'elle provoque, c'est notre peur collective de la solitude qu'elle éveille, et c'est le droit de chacun à être écouté et compris que Babouillec revendique.

  • « Je suis née un jour de neige, d'une mère qui se marre tout le temps. Je me suis dit « ça caille, mais ça a l'air cool la vie! » Et j'ai enchaîné les galères. »
    Voici comment se présente Hélène Nicolas,  jeune femme de trente ans, autiste diagnostiquée très déficitaire. Jamais scolarisée, elle n'a - selon ses propres mots - « pas appris à lire, à écrire, à parler ». Elle n'a pas accès à la parole; son habilité motrice est insuffisante pour écrire. elle réussit pourtant, après vingt ans de silence, à écrire à l'aide de lettres en carton disposés sur une page blanche, des oeuvres d'une grande force poétique. Elle se donne comme nom : Babouillec. Algorithme éponyme et autres textes recueillent ses principaux ouvrages, dont deux font l'objet de multiples représentations théâtrales, notamment au festival d'Avignon,  et bientôt au théâtre de la Ville (février 2017). Dernières nouvelles du cosmos, un film documentaire de Julie Bertuccelli, est entièrement consacré au travail de création du langage poétique de Babouillec et sortira en salles le 9 novembre.

  • Rouge de soi nous plonge dans l'intériorité d'Eloïse Othello, une jeune femme « bancale du cerveau » qui, malgré le regard des autres, le formatage social et culturel, les séparations, les doutes et les échecs, trouve dans l'écriture un chemin de vie. Babouillec, époustouflante auteure autiste, livre dans ce premier roman une véritable leçon de courage et d'indépendance, traversée par une obsession : « avoir en face de soi la réponse à soi-même. »

empty