Albin Michel

  • Voici ici rassemblés deux ouvrages majeurs de Taisen Deshimaru (1914-1982), moine zen de l'école soto qui fonda en France et dans plusieurs pays d'Europe de très nombreux dojos (centres de pratique).
    Le Trésor du Zen et L'Autre Rive, qui en constitue la suite, se présentent comme des commentaires de l'enseignement de maître Dogen, l'une des plus grandes figures de la tradition zen, qui en fut le véritable fondateur en transmettant dans le Japon du XIIIe siècle l'esprit et la pratique du Ch'an chinois.
    À travers une discipline à la fois spirituelle et corporelle qui passe par la méditation assise (zazen), le pratiquant découvre les trois éléments fondamentaux de la libération intérieure : la respiration juste, l'état d'esprit juste, la posture juste. Telle est en substance la voie du Zen, enracinée dans la tradition du bouddhisme Mahayana, dont deux textes consacrés à l'amour et à la sagesse sont également commentés par l'auteur.

  • Après avoir publié la biographie de Maître Dôgen, moine zen, philosophe et poète, Jacques Brosse présente, sous un titre emprunté à l'un des poèmes du Maître, les traductions inédites et commentées de ses oeuvres les plus importantes.
    On trouvera le coeur de l'enseignement spirituel de celui qui, au Xllle siècle, introduisit au Japon le Zen Sôtô : le Bendô-wa, "sur le discernement et la pratique de la Voie" , le Gakudôyoiin-shû, "pour inciter l'esprit à étudier la Voie", et douze chapitres complets du chef-d'oeuvre de Dôgen, le Shôbôgenzô, le "Trésor de l'oeil du vrai Dharma" ; enfin, les merveilleux poèmes du Sanshô Dôei : les "Chants de la Voie du pin parasol" et les Poèmes chinois, peu connus, imprégnés de tout l'esprit abrupt et subtil du zen.

  • Dans le Japon du XIVe siècle, Zeami et son père Kan'ami ont créé à partir de traditions anciennes une nouvelle forme théâtrale hautement élaborée, alliant poésie, musique, danse et pantomime, donnant ainsi naissance au théâtre Nô tel qu'il se pratique encore aujourd'hui. Zeami rédigea plusieurs traités dans le but de préserver, pour les temps à venir, les secrets de cet art très singulier. Ces écrits, qui ont toujours été transmis par voie orale, n'ont été révélés au grand jour qu'au début du XXe siècle. Cette somme est aussitôt apparue comme une contribution inestimable à la philosophie esthétique universelle.Joyaux et Fleurs du Nô relate les circonstances de cet héritage secret et l'éclaire en traduisant et annotant les trois traités que Zeami a transmis à son gendre et successeur spirituel Zenchiku, ainsi que quatre traités de ce dernier, révélateurs de la pensée esthétique nouvelle de la première moitié du XVe siècle. S'inspirant du Zen et du Dao, ces textes se révèlent une source féconde pour l'art et la spiritualité contemporains.

  • Le théâtre de nô, art traditionnel et sacré propre au Japon, demeure une énigme pour les Occidentaux malgré quelques traductions et représentations dont le mystère ne cesse de fasciner. Armen Godel nous fait vivre dans cet ouvrage sa rencontre avec un maître de nô qui le prend pour disciple. À sa suite, nous entrons dans les arcanes d'un art fabuleux où le légendaire se mêle à la magie, où le masque porte le sens de la destinée, où le verbe se confond avec le silence.
    L'auteur est devenu depuis cette initiation artistique et spirituelle l'un des plus grands spécialistes mondiaux du nô. Il nous offre ici une expérience rare, une aventure intérieure inoubliable, un voyage radical aux frontières du dit et du non-dit.

  • En 1967, Taisen Deshimaru (1914-1982) a quitté un Japon religieusement sclérosé pour, depuis l'Europe, faire renaître l'authentique Zen de maître Dôgen, loin des querelles ecclésiales. Personnage attachant et hors normes, truculent, plein d'humour et de sagesse, il attire à lui aussi bien les hommes d'affaires que les marginaux, les artistes comme Maurice Béjart que les intellectuels tels André Malraux ou Claude Lévi-Strauss. Ce livre, composé à partir des témoignages d'une centaine de ses disciples, nous restitue la figure vivante d'un maître qui, tout en se situant au-delà de l'image conventionnelle du maître pieux et frugal, fut le guide d'une formidable aventure spirituelle.

  • La Lumière du Satori rassemble des conférences données par Evelyn de Smedt sur le Komyo Zo Zanmai (littéralement "le Samadhi du réceptacle de la grande sagesse"). Ce texte, écrit vers 1278 au Japon par le successeur de Maître Dôgen, resta secret jusqu'à l'ère Meiji, au XIXe siècle. Seuls quelques rares disciples en recevaient l'héritage au moment de succéder à leur maître. Taisen Deshimaru entreprit de commenter le Komyo Zo Zanmai en 1981. Evelyn de Smedt développe ici l'essentiel des paroles qu'il prononça peu de temps avant sa mort.
    Ce chef-d'oeuvre d'une rare profondeur et les commentaires modernes qu'il suscite forment une réflexion éclairante sur la "grande assise", la méditation en zazen, qui est le fondement du zen et remonte à l'éveil du Bouddha.

empty