• Alcools est le premier recueil de vers d'Apollinaire. Il regroupe des poèmes écrits de 1898 à 1913 et, pour la presque totalité déjà, publiés dans des revues. Ce recueil recèle une grande diversité : poèmes symbolistes pièces élégiaques et lyriques, ainsi que des poésies plus novatrices.

  • Dans la Vérone de la Renaissance, deux illustres familles - les Montagues et les Capulets - s'affrontent et couvrent la ville de sang. Un soir, lors d'un bal, les héritiers de ces clans ennemis, Roméo et Juliette, se voient et tombent instantanément amoureux l'un de l'autre.
    Mais comment s'aimer quand on est né pour se détester? Que faire afin d'échapper au poids des lois familiales ? Pour les deux amants, la fuite paraît la seule issue possible... Hélas, Roméo et Juliette apprendront à leurs dépens que leur innocente jeunesse est impuissante face à un destin qui les dépasse et que l'amour, comme la haine, peut conduire à la mort.
    Avec Roméo et Juliette, Shakespeare explore l'intensité des passions et met en scène le sacrifice d'un amour interdit.

  • Une famille est déchirée; sous le masque d'une religion austère, un intrus s'est installé, a conquis Orgon, le maître de maison, et sème le désordre : il courtise en secret la femme de son hôte, convoite sa fille et ses biens. Et Orgon n'y voit que du feu... sacré !
    En 1664, Molière montre, dans le Tartuffe, les dangers de l'imposture et de l'aveuglement. Deux fois interdite à l'époque, sa pièce est plus que jamais d'actualité. Et si le rire restait le meilleur moyen de combattre le fanatisme ?

  • En 1677, Phèdre, la dernière grande tragédie de Racine, met en scène la mythique descente aux enfers d'une incomprise. Vouée au malheur par son hérédité, Phèdre aime sans espoir son beau-fils Hippolyte. Lorsque son mari, Thésée, revient, il envoie injustement son fils à la mort.
    On assiste alors à l'empoisonnement d'une femme à la fois innocente et coupable. Ironie tragique qui démontre à quel point l'amour peut se vivre comme une malédiction.

  • Comment devient-on un tyran sanguinaire ? C'est l'intrigue de Britannicus, où Racine montre, en 1669, la prise de pouvoir de Néron. Ce « monstre naissant », sous le joug d'Agrippine, mère possessive, et d'un mauvais conseiller, le traître Narcisse, va laver l'affront d'un amour sans retour dans le chantage, l'enlèvement et le meurtre. En quelques minutes, Racine nous fait assister au spectacle de l'avènement, à Rome, de la barbarie.

  • Deux soeurs, Armande, l'aînée, qui est une précieuse, et la cadette plus simple, Henriette, se disputent le même homme, Clitandre. Henriette est soutenue par son oncle Ariste et son père Chrysale, Armande par sa mère Philaminte et sa tante Bélise.

  • Dans L'Illusion comique, en 1636, Corneille met en scène Pridamant, un père à la recherche de son fils, Clindor. Il assiste, grâce au magicien Alcandre, à la représentation des aventures mouvementées de cet enfant prodigue...À chaque acte, on change de registre. Péripéties sentimentales, rebondissements comiques, fin tragique ?Non, tout cela n'était que du théâtre !Alors, vive le jeu et que le spectacle continue...

  • Bérénice

    Jean Racine

    De quoi la tragédie de Bérénice est-elle donc faite ? La préface de Racine a des mots trop décisifs pour n'être pas suspecte : « Toute l'invention consiste à faire quelque chose de rien. » De ce rien - un simple événement rapporté par l'historien latin Suétone -, Racine a prétendu tirer la plus émouvante, car la plus épurée, des pièces de son temps.

  • Dans cette tragédie dense et brillante, Racine dissèque le coeur d'êtres mythiques et cruels.
    Notions littéraires : l'imitation ; héros et héroïnes de tragédies ; l'amour racinien ; le dilemme ; la fatalité ; les passions du XVIIe à nos jours.Contextualisation : l'art de plaire au XVIIe s. ; les personnages raciniens : des monstres furieux ? ; qu'est-ce que le tragique ? Histoire des arts : la tragédie antique ; le classicisme ; le mythe d'Andromaque.
    Oeuvre du rabat : Guérin

empty