• LA SAGA LES DERACINES Après Les Déracinés et L'Américaine, découvrez le troisième tome de la superbe fresque historique imaginée par Catherine Bardon. Au coeur des Caraïbes, en République dominicaine, la famille Rosenheck ouvre un nouveau chapitre de son histoire. Jour après jour, Ruth se félicite d'avoir écouté sa petite voix intérieure : c'est en effet en République dominicaine, chez elle, qu'il lui fallait poser ses valises. Il lui suffit de regarder Gaya, sa fille. À la voir faire ses premiers pas et grandir aux côtés de ses cousines, elle se sent sereine, apaisée. En retrouvant la terre de son enfance, elle retrouve aussi Almah, sa mère, l'héroïne des Déracinés. Petit à petit, la vie reprend son cours et Ruth - tout comme Arturo et Nathan - sème les graines de sa nouvelle vie. Jusqu'au jour où Lizzie, son amie d'enfance, retrouve le chemin de Sosúa dans des conditions douloureuses.
    Roman des amours et de l'amitié, Et la vie reprit son cours raconte les chemins de traverse qu'emprunte la vie, de défaites en victoires, de retrouvailles en abandons.
    Guerre des Six-Jours, assassinat de Martin Luther King, chute de Salvador Allende... Catherine Bardon entrelace petite et grande histoire et nous fait traverser les années 1960 et 1970. Après Les Déracinés, salué par de nombreux prix, et le succès de L'Américaine, elle poursuit sa formidable fresque romanesque.
    " La saga qui nous transporte. " Olivia de Lamberterie,
    ELLE

  • Sur l'invitation de son frère aîné Roy, Tracy quitte la Californie et rejoint l'île de Komodo, en Indonésie. Pour elle, délaissée par son mari et épuisée par leurs jeunes jumeaux, ce voyage exotique laisse espérer des vacances paradisiaques : une semaine de plongée en compagnie de requins et de raies manta. C'est aussi l'occasion de renouer avec Roy, qui mène une vie chaotique depuis son divorce et s'est éloigné de sa famille. Mais, très vite, la tension monte et Tracy perd pied, submergée par une vague de souvenirs, de rancoeurs et de reproches. Dès lors, un duel s'engage entre eux, et chaque nouvelle immersion dans un monde sous-marin fascinant entraîne une descente de plus en plus violente à l'intérieur d'elle-même, jusqu'à atteindre un point de non-retour.
    Avec ce portrait trouble d'une femme en apnée, David Vann confirme son immense talent pour sonder les abysses de l'âme humaine.

  • Préserver la mer pour mieux nous protéger. Ce livre vous explique pourquoi l'océan est la clef de notre avenir climatique, et  pourquoi, à condition de savoir le préserver et l'exploiter durablement, il nous offre toutes les solutions. Parce que la mer sait nous nourrir, épancher notre soif et nous soigner. Elle peut aussi nous offrir de nombreuses solutions technologiques pour relever les défis de demain. La mer est une bibliothèque à ciel ouvert, un bien commun de l'humanité. La possibilité d'une économie positive et bienveillante.   Dans le sillage de son précédent livre à succès Bleu. Un océan de solutions, (Belin, 2020) Maud Fontenoy nous invite à passer à l'action et nous livre le mode d'emploi.  Des chapitres courts parfaitement accessibles, illustrés par les illustrations inspirées de Joséphine Jobard. La mer au secours de la terre est une bouffée d'espoir.  

  • Jean Le Cam, toutes voiles dehors Nouv.

    L'autobiographie du meilleur et du plus populaire des navigateurs français. Préface d'Erik Orsenna
    Après avoir navigué avec sa mère aux Glénans, à 10 ans, Jean Le Cam construit seul son propre voilier pour faire des ronds dans la baie de La Forêt. Puis il navigue avec son ami d'enfance Hubert Desjoyeaux, le frère de Michel, seul double vainqueur du Vendée Globe, avec lequel il créera le chantier naval CDK, à l'origine de la construction de nombreux voiliers mythiques (Poulain, Jet Service, PRB, Foncia...).
    À 14 ans, il débute la compétition puis s'embarque au côté d'Éric Tabarly pour faire son service militaire. À 19, il participe à sa première Solitaire du Figaro qu'il remportera trois fois par la suite. Mais c'est sur le mythique tour du monde en solitaire, le Vendée Globe, que Le Cam vivra ses plus grandes heures de navigateur solitaire. En 2004-05, il est la révélation de la course, luttant bord à bord avec Vincent Riou qui ne le précèdera que de 7 heures à l'arrivée.
    En 2008-09, alors qu'il aborde le cap Horn en troisième position, il chavire après avoir perdu son bulbe de quille. Il doit se réfugier à l'intérieur de la coque, bateau renversé. C'est Vincent Riou qui le récupère in extremis. Et en 2020, alors qu'il fait la course dans le trio de tête, il se déroute pour récupérer Kevin Escoffier qui a déclenché sa balise de détresse. Jean Le Cam arrive sur zone mais le temps de manoeuvrer dans une mer agitée, il perd le contact visuel avec le radeau d'Escoffier. Il le sauvera finalement six heures plus tard et reprendra la course qu'il terminera 4e et premier des non-foilers.
    Fêté en héros aux Sables-d'Olonne, Le Cam stupéfie alors le public lorsqu'il révèle qu'il a vécu un enfer lors de ses derniers jours en mer, devant manoeuvrer avec une côte cassée et une coque " délaminée " qui menaçait de céder à tout instant. Jusqu'au dernier jour, il a risqué de perdre son bateau.
    Mais Jean Le Cam, n'est pas qu'un immense marin au palmarès impressionnant, ce qui lui a valu son surnom de Roi Jean. C'est aussi une forte personnalité, un personnage truculent et attachant. Ainsi, en 1989, alors qu'équipier de Tabarly sur la transat en double Lorient-Saint-Barthélémy-Lorient, et qu'une mauvaise manoeuvre les fait chavirer, il traite Tabarly de " con " (la première fois et sans doute la dernière fois que cela est arrivé au maître), car il sait que ce naufrage aura des conséquences dramatiques pour son ami Hubert, CDK étant propriétaire du bateau. En 1996, vainqueur de la Solitaire du Figaro, il attend chacun de ses concurrents pour leur payer à boire. Ou encore cette année, lorsqu'il triomphe aux Sables-d'Olonne, il déclare : " Je finis quatrième, à la place du con. J'ai soulagé l'éventuel con qui aurait pu être à ma place ! Comme quoi ma générosité n'a pas de limites. "
    Dans ce livre, où il revient avec son humour et son franc parler sur son incroyable carrière de marin mais aussi de concepteur de voiliers, Jean Le Cam nous fait découvrir les coulisses de la course au large : la quête des sponsors, le risque permanent, la recherche permanente de la vitesse... Le Cam veut également transmettre à travers ce livre son amour de la voile et de la mer aux jeunes générations.
    Palmarès1982 : Record de l'Atlantique sur Jet Services II, comme équipier de Patrick Morvan.
    1984 : Vainqueur de la Route de la découverte avec Philippe Poupon sur Fleury Michon III.
    1988 et 1989 : Champion du monde de Formule 40.
    1994, 1996, 1999 : Vainqueur de la Solitaire du Figaro.
    2005 : 2e du Vendée Globe.
    2006 : 2e de la Route du Rhum en classe IMOCA sur VM Matériaux.
    2013 : Vainqueur de la Transat Jacques-Vabre avec Vincent Riou en classe IMOCA sur PRB.
    2015 : Champion du monde IMOCA Ocean Masters ; Vainqueur de la Barcelona world race avec Bernard Stamm.
    2021 : 4e du Vendée Globe et premier des non-foilers.

  • Vous croisez au bord d'une falaise une jolie fille ? Ne lui tendez pas la main ! On pourrait croire que vous l'avez poussée.
    Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper. A Yport, parti s'entraîner sur la plus haute falaise d'Europe, il a d'abord remarqué l'écharpe, rouge, accrochée à une clôture, puis la femme brune, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Ils sont seuls au monde ; Jamal lui tend l'écharpe comme on lance une bouée. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît sous les yeux effarés de Jamal le corps inerte de l'inconnue. A son cou, l'écharpe rouge. C'est la version de Jamal.
    Le croyez-vous ?
    Un jeu de piste ludique et vertigineux impossible à oublier.2016, Prix du talent littéraire normand

  • Durant les douze semaines du Vendée Globe, Damien Seguin  s'est confié à Sam Karmann. 46 000 kilomètres de conversations  par téléphone satellitaire, entre le Marin et le Terrien.
    À l'ami dont il connaît la bienveillance et le savoir maritime,  Damien Seguin dit les trois océans traversés, les voiles déchirées,  les pannes, l'adrénaline. Il dit aussi l'hygiène, la nourriture,  la débrouille quand on est né avec une seule main.
    Et, bien sûr, la solitude, le désespoir et l'exaltation.  Sublime pied de nez au déterminisme physique : Damien Seguin  est le 6e à franchir la ligne d'arrivée, déguisé en Capitaine Crochet.
    Un document exceptionnel.
    En collaboration avec Catherine Wimphen
     

  • La sirène d'Isé

    Hubert Haddad

    • Zulma
    • 14 Janvier 2021

    À la pointe sud de la baie d'Umwelt, loin du monde et hors du temps, le domaine des Descenderies a accueilli des générations de patientes. Né de la fragile Leeloo, Malgorne grandit sous la houlette de Sigrid, entre incompréhension et possession jalouse. Il trouve bientôt refuge dans le dédale de l'extravagant labyrinthe d'ifs, de cyprès, de pins et de mélèzes imaginé par le Dr Riwald. S'il n'entend ni le ressac ni les vagues qui se déchirent sur les brisants, Malgorne se nourrit des vents et scrute sans fin l'horizon. Depuis l'ancien sémaphore, Peirdre sonde elle aussi chaque soir l'océan, hantée par la voix d'une amie disparue. Son père, capitaine au long cours, fait parfois résonner pour elle les cornes de brume de son cargo de fret. C'est sur la grève, un matin, devant le corps échoué d'une étonnante créature marine, que Peirdre et Malgorne forgent soudain l'espoir du retour d'autres sirènes. Après Le Peintre d'éventail, Hubert Haddad nous entraîne dans la magie d'un nouveau jardin entre terre et mer. La Sirène d'Isé est un roman magnétique, envoûtant et lumineux.

  • La patience du serpent Nouv.

    Christelle et Greg sont de la génération nomade. Partis de Suisse, ils ont la trentaine et sillonnent le monde en minibus avec leurs deux petits garçons. Ils s'installent là où se trouvent les meilleurs spots, vivent de petits boulots et d'amitiés éphémères. Le bon vent les mène jusqu'à San Tiburcio, sur la côte mexicaine. Greg s'y sent vivant lorsqu'il surfe sur la crête des vagues même s'il faut s'habituer à la pesanteur du climat, au grondement de l'océan, à la poussière qui envahit sans trêve l'espace du minibus où loge la famille. Un jour, une jeune femme fait irruption dans leur vie. Sa présence et celle de son frère bouleversent Christelle sans qu'elle ne se l'explique. L'espace, pourtant vaste, se resserre autour de la jeune femme qui se sent dériver, s'éloigner de ses proches.

    Anne Brécart réside à Genève. Traductrice littéraire de l'allemand (notamment de Gerhard Meier), elle anime des ateliers d'écriture et enseigne l'allemand et la philosophie. Elle est l'auteure de plusieurs romans, tous publiés chez Zoé.

  • En lune de miel, Ingram et Rae naviguent sur l'océan Pacifique, mais un calme plat immobilise leur voilier. Un canot s'approche, mené à la rame par un jeune homme à bout de force. Il raconte que son équipage est mort d'une intoxication alimentaire et que son yacht est en train de couler. Méfiant, Ingram décide d'aller inspecter le bateau en détresse. Là, une très mauvaise surprise l'attend, surtout quand il s'aperçoit que son propre voilier a levé l'ancre. Sans radio et sans mazout, il ne peut compter que sur un miracle. Ou plutôt sur la ténacité de Rae. Mais celle-ci n'en mène pas large non plus.

  • Presqu'îles

    Yan Lespoux

    • Agullo
    • 21 Janvier 2021

    " Le premier noyé de la saison, c'est un peu comme l'ouverture de la cabane à chichis, la première grosse pousse de cèpes ou la première gelée : ça rythme l'année. " Un premier recueil de nouvelles chez Agullo, pour inaugurer notre nouvelle collection petit format, Agullo Court. Une balade souvent très drôle dans le Médoc des Landes, territoire sauvage et méconnu.
    Préface d'Hervé Le Corre : " On pourrait passer en revue toutes les histoires de ce recueil tant elles collent à la mémoire, comme la résine aux doigts avec cette odeur forte. Yan Lespoux écrit sans lyrisme, sans pathos, au plus près de son sujet. "
    Un coin secret de champignons. Un tracteur en boîte de nuit. Une vierge phosphorescente. Un concert fantôme. Des chemins de sable qui serpentent entre les pins jusqu'à l'océan.
    L'envie de partir et le besoin de rester...
    Presqu'îles, ce sont des tranches de vie saisies au vol, tour à tour tragiques ou cocasses qui, à travers les portraits de personnages attachés de gré ou de force à un lieu, les landes du Médoc, parlent de la vie telle qu'elle est, que ce soit là ou ailleurs. Au fur et à mesure que ces textes courts se répondent et s'assemblent, un monde prend forme. Celui de celles et de ceux dont on ne parle pas forcément, que l'on ne voit pas toujours.
    Sans pathos, au plus près de son sujet, Yan Lespoux dessine un archipel de solitudes qui touche à l'universel.

  • À l'hiver 2015, Gwenaëlle part trois mois dans le sémaphore de l'île d'Ouessant. C'est pendant, et à la suite de ce séjour, qu'elle écrit ce récit. Là, sous le grand phare du Créac'h, se racontent un voyage immobile et une expérience d'immersion au contact des éléments et des îliens. Elle explore les lieux et rencontre les habitants, les derniers marins de commerce, les guetteurs-sémaphoriques et gardiens de phares, et les femmes, gardiennes des lieux, qui occupent une place prépondérante sur cette île du Ponant. On découvre cet espace à part, territoire de l'extrême entretenant un rapport particulier à la noirceur et à la mort. Face à la mer et sous les faisceaux du grand phare, l'auteure vit cette expérience comme une renaissance dans le passage et l'exil que représente l'écriture.

    Gwenaëlle Abolivier est journaliste et auteure. Elle est une voix de France Inter. Elle présente pendant plus de vingt ans des émissions de grands reportages où elle raconte ses voyages à travers le monde. Depuis plusieurs années, elle s'est tournée vers l'écriture littéraire tout en continuant d'intervenir sur les ondes (Radio France et la RTS) et dans différentes revues comme ArMen .

  • Tome 2 des aventures d'Al dorsey, détective à Tahiti.
    Daucuns pourraient penser que Tahiti est un pays de cocagne où lon sirote des cocktails face à locéan... Si vous demandez lavis dAl Dorsey, unique détective privé de lîle, il ne manquera pas de vous rire au nez ! Tout, sauf reposant, Tahiti ! Du moins pour lui... Dans ce tome, notre privé retrouve la momie de sa petite amie manchote, Lyao-ly... Il va devoir exercer tout son flair pour remonter la piste des croyances ancestrales flirtant parfois avec le surnaturel et ramener sa bien-aimée à un aspect plus acceptable...
    Patrice Guirao prolonge sa galerie de portraits aux confins dun Pacifique fort éloigné des cartes postales et des bons sentiments, en nous promenant aux quatre coins de la Polynésie en compagnie dun producteur de télévision et dun gourou reconverti dans le trafic dobjets sacrés. Nouvelle réussite pour celui quon peut désormais présenter comme linventeur du roman «noir azur»...

  • Sous leurs airs sensuels de paradis tropicaux, les îles de ce recueil se disputent le statut de territoire pour naufragés. Il y a d'abord cet Américain, expatrié dans les Caraïbes, qui se retrouve à devoir conserver sa mère décédée dans la chambre froide de son hôtel. Et aussi ces deux insulaires qui, malgré eux, fomentent un début de révolution. Sans parler de ce trafiquant de drogue pourchassé par la police, qui plonge dans l'océan avant d'être sauvé par un bateau rempli de réfugiés. Tous affrontent ici des mers incertaines.

  • La vie du plus célèbre des corsaires !Jonas Wigg, l'espion anglais à l'origine chargé de tuer Surcouf, fait à présent partie de l'équipage du célèbre corsaire malouin. Grisé par le goût de l'aventure, il a décidé de se joindre aux campagnes de ces hommes fiers et nobles qui fendent la mer au mépris du danger, n'hésitant pas à affronter des frégates parfois dix fois plus armées que les leurs. Il se révèle même une recrue de choix contre ses propres compatriotes... Entre souvenirs de poursuites insensées au milieu des récifs, batailles navales grandioses et tempêtes mortelles, suivez les exploits du Tigre des mers et de son équipage !Arnaud Delalande, Erick Surcouf - le propre descendant du corsaire - et Guy Michel continuent de nous conter en BD le destin romanesque de ce personnage qui a pourtant bel et bien existé. Une série placée sous le signe de la grande aventure en 4 tomes.

  • Les dauphins ne sont plus ce qu'ils étaient !
    Miguel n'en peut plus de la vie au récif ! Il en a ras les nageoires des cours de plongée et de sa classe de dauphins modèles, alors il se rebelle. Pour l'aider à se canaliser, Marmoute-Mémé, la cheffe du clan, lui impose Simone, une bonne étoile... de mer ! Le problème, c'est que Simone n'est pas une coach de choc, mais plutôt une moucharde de première qui le colle et l'empêche de s'amuser. Miguel va tout faire pour s'en débarrasser, quitte à se lancer dans une aventure de l'extrême !

  • Sur la trace d'un trésor maudit !Arrivé sur l'île aux diables, Engoza révèle enfin à son équipage les terribles secrets qui entourent ce lieu maudit... À l'époque, lui et Bone's y avaient réveillé l'esprit d'un ancien dieu inca aux intentions sinistres. Et c'est en voulant prendre la fuite que l'âme de Bone's lui fut alors subtilisée, Engoza la récupérant dans une bouteille pour que son acolyte ne disparaisse pas définitivement. Aujourd'hui, les deux pirates sont de retour sur l'île pour se venger... et récupérer le trésor bien sûr !Entre action, magie, aventure et fabuleux trésor, découvrez la conclusion en apothéose de cette série de pirates pour petits et grands enfants !

  • Plus quune simple compétition, le Vendée Globe est devenu un phénomène de société qui attire, tous les quatre ans, plus de deux millions de passionnés aux Sables dOlonne. Mais que sait-on vraiment de cette course mythique, de son histoire, de son fonctionnement ?

    À la veille de sa neuvième édition, en novembre 2020, Mon Vendée Globe de A à Z remonte le temps depuis sa création en 1989, scrute les coulisses et les moments forts qui ont bâti sa légende, éclaire son histoire par de nombreuses anecdotes et sinterroge sur lavenir de lune des compétitions sportives les plus étonnantes de notre époque.

    Par des entrées aussi diverses que « Abandons, naufrages et chavirages », « Diplomatie », « Environnement » ou encore « Réseaux sociaux », lauteur nous raconte « son » Vendée Globe.

    Navigateur, marin-pêcheur, skipper, Denis Horeau a été le directeur de course de la première édition du Vendée Globe en 1989 et a repris ce poste de 2004 à 2016. Il a également dirigé plusieurs courses autour du monde, mais il se consacre désormais à la création de grands événements internationaux en faveur de l'environnement, qui mettent la créativité et lintelligence humaines au service de solutions concrètes pour diminuer notre impact sur la planète.

  • La première traversée du Belem sur fond d'intrigue policière
    Le 31 juillet 1896, le Belem, propriété de l'armateur Fernand Crouan, quitte les chantiers de Saint-Nazaire et met le cap Montevideo pour le compte de la chocolaterie Meunier. Il y parvient cinquante jours plus tard avec à son bord douze hommes d'équipage, le pilotin et le capitaine Lemerle dont c'est le dernier voyage avant la retraite. Un incendie à bord provoque la révolte de l'équipage qui doit affronter l'intransigeance du vieux capitaine. C'est à la suite de négociations houleuses que le navire finit par revenir à Nantes le 26 janvier 1987, après 46 jours dune traversée difficile. Du moins c'est ce que nous savons, car il apparaît que la réalité serait tout autre ! Ce premier voyage du Belem se lit comme une véritable histoire d'aventure aux multiples rebondissements, avec pour toile de fond le rude quotidien des matelots aux temps héroïques de la marine à voile.

  • Dans cet extrait de la fameuse Histoire générale des plus fameux pyrates (Londres, 1724-1728), l'auteur du célébrissime Robinson Crusoé (1719) relate les aventures du capitaine Misson, « l'homme le plus doux dans ses manières qui eût jamais sabordé un navire ou tranché une gorge » et de son complice, l'hérétique Carraccioli, qui las de courir les mers, décident de s'installer à Madagascar pour y fonder une république égalitaire, tout en continuant à piller les navires passant à leur portée. La propriété est abolie, les ressources mises en commun ; les distinctions de classe, de sexe et de race disparaissent. Le rêve sera cependant de courte durée.

    Daniel Defoe (1660-1731) est l'auteur de Robinson Crusoé.

  • 8 mai 1902 : la Montagne Pelée explose? Saint-Pierre et ses 40 000 habitants sont rayés de la carte. Des nombreux voiliers sur rade, seuls un trois-mâts italien et le Belem échappent au désastre.Mars 1902 : Julien Chavelon, capitaine du Belem se réjouit : il appareille pour la Martinique, cette île si accueillante ! A l'arrivée à Saint-Pierre, constatant avec agacement que son poste habituel est déjà pris, il est contraint d'aller mouiller dans le port du Robert, sur la côte est de l'île? La suite de cette campagne mouvementée, vous la découvrirez dans le second tome de l'histoire du Belem, racontée et dessinée par Jean-Yves Delitte.

  • Escale en Guyane pour le Belem. La poursuite d'un voyage en terres de talent pur, grâce à un Delitte au sommet de son art !
    1908. Désormais propriété des armements Demange, au surnom surprenant de « Maison Patate », le Belem mouille du côté de la Guyane, où il approvisionne pour le compte du gouvernement français le bagne de Cayenne. Un voyage comme les autres ? Non. Car le danger y est présent partout. Et la misère humaine aussi.  Dans ce climat de moiteur et d'incertitude, le Belem sera comme toujours au centre d'extraordinaires aventures humaines, dans des cadres naturels et historiques d'exception, reconstitués avec une précision entomologiste par un Jean-Yves Delitte totalement transporté et sublimé par son travail. Un voyage à nul autre pareil.

  • Jean-Yves Delitte donne à ce point vie au prestigieux trois-mâts français qu'on ne peut s'empêcher de lui dire au revoir comme on le dirait à un être cher ! Fort-de-France, Martinique, novembre 1913. Le soleil est déjà haut sur l'horizon quand les ancres du Belem s'arrachent du fond de la rade et que ses chaînes sont lentement avalées par le guindeau au rythme des hommes qui tournent autour du petit cabestan. Notre fier trois-mâts vient de fêter ses dix-sept années d'existence. Il appareille pour Aruba au Venezuela où une cargaison de phosphate l'attend. C'est la 32e et dernière campagne marchande du fleuron français. À la veille de la Der des ders, les grandes sociétés maritimes, à défaut de se convertir à la vapeur, doivent mettre la clé sous le paillasson. Le Belem se voit contraint de mettre un terme à ses activités commerciales dans la fleur de l'âge, au seuil de sa majorité...

  • Chaque année des milliers de pêcheurs de morues partaient en direction de Terre-Neuve, vers des mers froides et dangereuses.
    Durant ces longues campagnes qui pouvaient durer six à neuf mois, la maladie, les blessures, les noyades, l'hygiène déplorable, la saleté repoussante, la violence et l'alcoolisme étaient le lot quotidien de ces pêcheurs que l'on surnommait aussi les ?forçats de la mer?. 3 avril 1913, après avoir navigué pendant trente-sept jours, la goélette ?la Marie-Jeanne? et ses 28 hommes d'équipage arrivent enfin au large de Terre-Neuve? mais les poissons ne ?donnent? pas. L'absence de bancs de morues présage une mauvaise pêche et un maigre salaire? Les tensions montent. L'ambiance à bord s'échauffe? Quand un matin, on découvre le corps inerte du second dans sa couchette, un couteau planté dans le dos? Autour du manche, un petit ruban de soie?
    Chabouté nous immerge avec brio dans les conditions de vie extrêmes de ces marins du début du XXe siècle et signe un thriller captivant et inquiétant.

  • La noblesse n'est pas qu'une question de sangFin du XIXe siècle... Jeune aristocrate intrépide, Albert Ier prince héritier de Monaco ne rêve que d'une chose : prendre le large. Il ne lui faut que quelques années pour apprendre le métier de marin et posséder sa propre goélette : l'Hirondelle. Soucieux de se rendre utile au monde, il décide très vite de dédier son temps et son navire aux travaux océanographiques. En perçant le secret des abysses, c'est une part de nous-mêmes qu'il cherche à mieux comprendre. Mais cette soif de connaissance, cet élan humaniste de progrès et de paix, seront malheureusement confrontés à un monde où, à l'aube de la Grande Guerre, on privilégie la science pour détruire...Avec la collection Explora, découvrez le destin exceptionnel du « prince navigateur » Albert Ier, pionnier de l'océanographie moderne et arrière-arrière-grand-père de l'actuel prince de Monaco. Un album où science et aventure marchent côte à côte, réalisé en partenariat avec le Musée océanographique de Monaco, dont Albert Ier est le fondateur.

empty