Théâtre

  • Les Borgia

    Thomas Gunzig

    Et si, un jour, par accident, on voyait enfin nos familles telles qu'elles sont : de toutes petites cages peuplées de monstres terrifiants. L'ironie voudrait sans doute que ces familles, on continue à les aimer. Par-dessus tout. Les Borgias est une comédie contemporaine qui raconte cette histoire presque drôle. Une histoire de quête de la famille idéale...

  • Cette anthologie réunit cinq pièces de théâtre écrites par des auteurs dramatiques originaires de Fidji, dHawaii, de Nouvelle-Calédonie, de Rotuma et de Tahiti. Représentation concrète du concept dune Océanie littéraire et culturelle, que nous défendons depuis longtemps. En particulier au travers de cette collection «Littératures du Pacifique», qui accueille les principaux auteurs océaniens, francophones ou anglophones traduits.
    Tous les auteurs se disent inspirés par la tradition orale de leur culture insulaire et pourtant, sur scène, ils la réinterprètent différemment, selon leur personnalité et lhumeur de leurs personnages : les clowneries de la noce dHina et les discours doutre tombe des ancêtres dans La dernière vierge du paradis, les tirades lyriques ou les trivialités en nengone dans Les dieux sont borgnes, les récits truculents ou les confidences émouvantes d Outcasts, les exclus, et les discours sentencieux du père qui tranchent avec les vulgarités des fils dans Le partage de la terre. Ce nest pas lintrigue qui importe, cest la manière de dire car la parole a bien souvent une fonction performative ; non seulement elle crée le personnage, mais elle le libère car en verbalisant ses maux, le personnage nous montre quil accède à un autre niveau de conscience comme la prise de décision finale du père dans Le partage de la Terre. En évoquant leurs maux et leurs soucis, les personnages interpellent les spectateurs qui reconnaissent des préoccupations faisant partie sinon de leur vécu du moins de leur quotidien puisquils ont dû les rencontrer à un moment ou un autre dans leur communauté insulaire.
    Auteurs, personnages, spectateurs ou lecteurs ont une expérience commune faite de problèmes fonciers, de problèmes dalliances et de mésalliances, dargent, demploi, de famille, de plaisirs artificiels et de mal-être.

  • Deux frères se retrouvent sur la ferme familiale pour la lecture du testament de leur père. L'aîné, Arnaud, a quitté la maison quatorze ans auparavant. Devenu correspondant de guerre, il n'a plus jamais donné de ses nouvelles. Armand, son frère, l'accueille carabine en main.
    Brisé par l'horreur des conflits, Arnaud peine à comprendre la rage qui habite Armand. Mais, traqué par ses souvenirs, il ne peut plus se dérober. Il doit creuser et déterrer ce qu'il gardait enfoui, libérer les mots qui l'étranglent.
    Avec la pièce Dehors, le dramaturge, comédien et traducteur Gilles Poulin-Denis signe sa troisième oeuvre. L'auteur, originaire de la Saskatchewan, marie avec adresse et sensibilité l'anglais au français dans une écriture précise et poétique. À travers le personnage d'Arnaud, il explore les passages empruntés par un homme en quête de repères.

  • Vipérine en a assez ! Depuis la mort
    tragique de sa grande soeur, sa famille vit un deuil qui n'en finit plus. Tellement, qu'elle a l'impression que ses parents ont oublié son existence. Afin de changer le cours du destin, la jeune fille pose un geste lourd de conséquences, qui bouleversera l'équilibre familial et marquera le début d'un voyage fantastique.

  • L'Intoxe est une pièce sur l'agressivité : celle des autres, qui entraîne la nôtre... qui augmente celle des autres... qui exacerbe la nôtre... qui...
    L'escalade de la hargne et de la grogne, la pression de l'extérieur finissent par atteindre les plus pacifiques d'entre nous. C'est le cas de Marie-Pierre, l'héroïne de cette comédie. Après avoir lutté en silence contre les agressions de toutes sortes, dans la rue, chez elle, durant ses heures de travail professionnel, elle finit, elle aussi, par exploser.
    Le Tout pour le tout a pour personnage principal une femme qui revendique avec joie sa maturité. Enchantée d'avancer dans la vie, heureuse d'être, Roxane, occupée par son métier et sa famille, réanime un coeur trop calme. À travers quelques jeux et variations, Françoise Dorin met à nu ses personnages : David, gâté par le pouvoir et l'argent, rongé par sa méfiance envers les autres, Mathieu, scénariste connu, qui cherche une histoire pour son prochain film. Il faut la tendresse et la générosité de l'auteur pour rendre leur vérité à ces êtres.

  • Cette anthologie réunit cinq pièces de théâtre écrites par des auteurs dramatiques originaires de Fidji, dHawaii, de Nouvelle-Calédonie, de Rotuma et de Tahiti. Représentation concrète du concept dune Océanie littéraire et culturelle, que nous défendons depuis longtemps. En particulier au travers de cette collection «Littératures du Pacifique», qui accueille les principaux auteurs océaniens, francophones ou anglophones traduits.
    Tous les auteurs se disent inspirés par la tradition orale de leur culture insulaire et pourtant, sur scène, ils la réinterprètent différemment, selon leur personnalité et lhumeur de leurs personnages : les clowneries de la noce dHina et les discours doutre tombe des ancêtres dans La dernière vierge du paradis, les tirades lyriques ou les trivialités en nengone dans Les dieux sont borgnes, les récits truculents ou les confidences émouvantes d Outcasts, les exclus, et les discours sentencieux du père qui tranchent avec les vulgarités des fils dans Le partage de la terre. Ce nest pas lintrigue qui importe, cest la manière de dire car la parole a bien souvent une fonction performative ; non seulement elle crée le personnage, mais elle le libère car en verbalisant ses maux, le personnage nous montre quil accède à un autre niveau de conscience comme la prise de décision finale du père dans Le partage de la Terre. En évoquant leurs maux et leurs soucis, les personnages interpellent les spectateurs qui reconnaissent des préoccupations faisant partie sinon de leur vécu du moins de leur quotidien puisquils ont dû les rencontrer à un moment ou un autre dans leur communauté insulaire.
    Auteurs, personnages, spectateurs ou lecteurs ont une expérience commune faite de problèmes fonciers, de problèmes dalliances et de mésalliances, dargent, demploi, de famille, de plaisirs artificiels et de mal-être.

  • Faux amis

    Jacques Suissa

    PRÉSENTATION DE LA PIÈCE

    Pierre Laffont, avocat, est associé à Sébastien Lacroix, et marié à Nadine Laffont, présidente du Groupe Lefort.

    En passant un deal avec Max Saint-Clair pour que ce dernier lui retire la défense de ses intérêts, Nadine organise une machination avec son meilleur ami et son amant - Sébastien Lacroix.

    Pierre Laffont perd sa femme et son travail suite à un accident de vélo, où il subit une commotion mentale.

    Après une traversée du désert, comme clochard, il sauve de la noyade Sylvie Saint-Clair, la soeur de Max Saint-Clair.

    Sylvie Saint-Clair et Pierre Laffont vont-ils réussir à faire payer au centuple la machination coordonnée par Nadine, aidée par son meilleur ami Sébastien, qui a provoqué l'accident de vélo, et par le deal qu'elle a passé avec le frère de Sylvie Saint-Clair, qui le hait ?

  • « Le filet » s'inspire d'un fait réel : l'émeute qui ébranle la petite ville portuaire de Shippagan (N.-B.) en 2003, alors que la grogne populaire s'élève contre la mainmise des crabiers sur la plus lucrative des pêches.

    Le drame intergénérationnel au coeur de cette pièce fait écho au chaos social qui sévit dans la Péninsule acadienne. Riche propriétaire d'un crabier, Anthime Chiasson exige que son petit-fils assume sa succession. Son fils Léo, à présent capitaine du bateau, ne veut pas céder sa place. Coincé entre l'entêtement de son grand-père et la cupidité de son oncle, le jeune Étienne voit son idéalisme mis à mal.

  • Dès leur première rencontre, Roger et Annie, deux timides - l'un rédige des lettres qu'il cache dans un Playboy; l'autre parle à son micro-ondes - profitent d'une panne de courant pour unir leurs corps dans une mer de fils électriques. C'est le début d'une nouvelle vie, littéralement, et les amoureux s'apprivoisent peu à peu. Mais les problèmes de Roger ne le quittent pas pour autant. Son père est persuadé qu'« [il] ne foutra jamais rien d'excitant de sa vie ». Roger « l'électricien », « le petit voleur de salade », lui prouvera-t-il le contraire?



    Produite par le théâtre l'Escaouette en collaboration avec le théâtre Alacenne en 2005, cette pièce est la deuxième création théâtrale de Mélanie Léger et d'Anika Lirette, codirectrices artistiques du théâtre Alacenne.



    « Dans tout ce délire, une vision délurée, joyeuse, impertinente, même critique par instants, de notre société apparaît. » David Lonergan, L'Acadie nouvelle

  • Un soir de juillet. Un soleil fou ne veut pas se coucher dans le ciel immense du Nord. Une maison mobile au bout d'un chemin de terre. Un chien fou s'enrage. Jay revient après sept ans de « trips de fou aux États, dans l'Ouest » ... ailleurs. Le fils errant retourne chez son père et l'accule au pied du mur qu'il a dressé entre eux. Pour l'amour de sa mère, de sa soeur et de soi, il faut en finir.
    - « T'es encore vivant, toé ? »

    Prise de parole présente ici la troisième édition de la première pièce solo de Jean Marc Dalpé qui lui a valu son premier prix du Gouverneur Général en 1988.

empty