• Sur l'invitation de son frère aîné Roy, Tracy quitte la Californie et rejoint l'île de Komodo, en Indonésie. Pour elle, délaissée par son mari et épuisée par leurs jeunes jumeaux, ce voyage exotique laisse espérer des vacances paradisiaques : une semaine de plongée en compagnie de requins et de raies manta. C'est aussi l'occasion de renouer avec Roy, qui mène une vie chaotique depuis son divorce et s'est éloigné de sa famille. Mais, très vite, la tension monte et Tracy perd pied, submergée par une vague de souvenirs, de rancoeurs et de reproches. Dès lors, un duel s'engage entre eux, et chaque nouvelle immersion dans un monde sous-marin fascinant entraîne une descente de plus en plus violente à l'intérieur d'elle-même, jusqu'à atteindre un point de non-retour.
    Avec ce portrait trouble d'une femme en apnée, David Vann confirme son immense talent pour sonder les abysses de l'âme humaine.

  • La plus terrible des prisons est celle qui n'a pas de murs.
    De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde. Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face : un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l'a condamné. Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or : Ensemble, ils s'entretueront. Séparés, ils mourront.Un premier thriller sélectionné parmi 150 manuscrits. 12 jurés qui représentent chacun un maillon essentiel de toute investigation judiciaire. Un prix littéraire pour le genre le plus populaire de France

  • Avec
    Le Duel, Frédéric Mitterrand nous fait vivre le terrible affrontement qui opposa deux géants de l'histoire : Napoléon III et Victor Hugo.
    Un récit écrit à hauteur d'homme, vivant, tendu, marqué par la passion et la violence, sur les convulsions de la haine en politique et le rapport de fascination entre hommes de pouvoir et écrivains.
    Le 2 décembre 1851, le président de la République Louis Napoléon Bonaparte viole la Constitution et s'empare de tous les pouvoirs avant de se faire proclamer empereur. Un homme suit pas à pas, depuis des mois, celui qu'on appelle désormais Napoléon III. Il le connaît fort bien et l'a souvent rencontré. Il dénonce son forfait et s'oppose à lui farouchement. C'est Victor Hugo, député de l'Assemblée dissoute et écrivain célèbre.
    Dans ce combat, l'empereur se révèle bien plus stratège et subtil que la caricature qu'on en a faite. Quant au second, il apparaît tel qu'il est vraiment : génial, égocentrique, autoritaire avec ses proches.
    Ce duel passionné entre le voleur et son ombre durera vingt ans. Jusqu'à la chute honteuse de l'aventurier politique et l'apothéose du prophète du retour de la République...
    " Victor Hugo, le héros du romantisme, contre Napoléon III, le héros romanesque. Leur duel domine l'histoire du XIXe siècle, mais il se prolonge jusqu'à aujourd'hui, car c'est celui de la pensée et du pouvoir. " Frédéric Mitterrand

  • Surgis du fin fond du décor, Lee Lightouch et Pato Conchi, le grand maigre et le petit gros, se rendent à Booming pour raison sentimentale.

    « Personne ne va à Booming » ; « Prenez un bonbon, je ne crois pas qu'ils en aient » : on les avait pourtant prévenu. Kid Padoon et sa bande font régner la terreur à Booming, le shérif à leur botte, le bordel à leur service, le saloon à leur disposition, le croque-mort aux petits soins.

    Mais ça n'est encore rien : il y a quelque chose de détraqué à Booming, un truc qui coince, qui débloque, qui recoince et qui vous rend cinglé.

    Accrochez-vous : Booming est un western quantique qui se joue des balles et du temps qui passe.

    Mika Biermann est romancier et guide au musée des Beaux Arts de Marseille. Il est l'auteur d'une oeuvre fortement singulière, qu'il publie en alternance chez POL et chez Anacharsis. Six titres sont parus à ce jour. Allemand d'origine, il écrit directement en français. Son plus récent livre chez Anacharsis Roi. a obtenur le prix de la Page 111 2017.

  • Des controverses, il y en aura toujours. Tabac brun ou tabac blond? Fender ou Gibson? Nadal ou Federer? Mais l'une d'entre elles a marqué la fin du XXe siècle et résonne encore : êtes-vous Beatles ou Rolling Stones? Mieux qu'aucun autre, mais chacun à sa façon, ces deux groupes auront incarné leur époque et la génération qui les a portés. L'histoire commune qui les a rapprochés les oppose pourtant en permanence. On est Beatles ou Stones, conservateur ou rebelle, sage ou turbulent, pop ou rock. Mais vient un moment où il faut trancher, selon les faits et non les goûts. Nos deux auteurs le font, avec la tendresse qui sied à ces deux géants qu'ils admirent, et démontrent, qui des Stones ou des Beatles, est la véritable matrice musicale et culturelle de ces cinquante dernières années.

    Yves Delmas, dirigeant d'entreprise, partage sa vie entre Paris, Madrid, les aéroports et ses écoutes, notamment Dylan, le rock anglais des sixties et celui de la fin des années soixante-dix.
    Charles Gancel habite Paris. 100% boomer, il est aussi musicien et auteur.
    Aux éditions Le mot et le reste, ils ont co-écrit Protest Song, la chanson contestataire dans l'Amérique des sixties.

  • 1176, Kempston
    Depuis le trépas de sa mère, Leonie, du haut de ses dix-neuf ans, gère seule le domaine de Pershwick, que son père a laissé à l'abandon. Aussi n'entend-elle pas renoncer à sa chère indépendance pour jouer les épouses auprès de Rolfe d'Ambert, l'homme que le roi lui destine. Elle le souhaite d'autant moins qu'elle connaît déjà de réputation ce détestable  noble : un usurpateur qui a exproprié son ami d'enfance, mais aussi un belliqueux chevalier surnommé le Loup Noir...

  • L'ultime bataille...Après la mort du sénateur Rembrandt et du Condottiere, Horacio a rassemblé le reste des forces des anciennes Académies sous une seule bannière. Car le Cardinal rouge, sur le point d'être élu pape, compte bien ne plus laisser aucune trace de cette République qu'Horacio tente de sauver. Pour mener sa résistance, le prince-duelliste n'a d'autre choix que de se replier au fort de Castel Maggiore, tenu par la Dame de l'Épine. Pris en tenaille entre les troupes de Rome sur la plaine et la flotte française de l'amiral Brissac sur la mer, Horacio y livrera sans doute son ultime bataille...Horacio d'Alba est une fresque uchronique habile et inventive qui nous plonge dans l'Italie du XVIe siècle et nous montre les rouages qui régissaient la société à cette époque : celle de l'imprimerie, de l'Humanisme, de l'explosion des arts... et de la violence politique. En dignes héritiers de Mathieu Lauffray, Alex Alice ou Xavier Dorison, Jérôme Le Gris et Nicolas Siner nous proposent avec ce tome 3 la fin en apothéose d'une série épique.À l'occasion de cette sortie, les tomes 1 et 2 de Horacio d'Alba seront réédités chez Glénat et bénéficieront d'une couverture inédite !

  • Nous sommes en 1673. Élevé en Normandie par sa tante la comtesse Janine de Bavelle, autrefois maîtresse de d'Artagnan, Lucien de Médebigne rêve de devenir mousquetaire. Le jour où le marquis de Verragnac se montre indélicat avec sa tante, c'est l'occasion ou jamais pour lui de monter à Paris et de laver l'affront. Ses pérégrinations vont le conduire à se réfugier chez la belle Marianne Van Houten, dont le père, un mystérieux médecin, a tout l'air d'un agent secret au service des protestants et de la Hollande, alors en guerre avec le royaume de France. Il s'apercevra que tout un complot - auquel sont mêlés Van Houten, le marquis de Verragnac et le chevalier de Rohan, cousin du roi - a été ourdi pour renverser le jeune Louis XIV... Tandis que Versailles triomphe sur Canal Plus, L'Effroi mousquetaire se propose de raconter l'histoire de la trahison du futur roi soleil par le chevalier de Rohan. Duels, amours, rebondissements sont au rendez-vous. Le tout dans un genre et un style particuliers, puisque tout est écrit en langage argotique (compréhensible par tout le monde, comme dans les films de Michel Audiard). Une sorte de Tontons flingueurs à l'époque des Trois mousquetaires. Un hommage à Audiard, Boudard, Frédéric Dard. Et également à Cecil Saint Laurent.

  • Western

    Christine Montalbetti

    S'ouvrant sur une aube bleuie et s'achevant sur un crépuscule érubescent où se déroule un duel, Western nous propose un véritable western, avec tous ses ingrédients : auvent, éoliennes, ranch écrasé de soleil, auberge, saloon, récit d'une bagarre, évocation de toutes sortes de paysages, ceux de la transhumance, des forêts, d'une clairière, des déserts ponctués d'oponces, personnages féminins de Mary et de Georgina, et surtout le motif central de la réparation, vers quoi toute cette journée tend. Un western, mais à l'italienne, qui joue des plaisirs de la parodie et manifeste, à travers l'humour qui anime son style, un véritable enthousiasme à narrer. Et pourtant ce héros flegmatique, qui paraît dépossédé de son propre nom, et de son histoire, laquelle lui revient par fragments, lesté par le poids d'un traumatisme qui ne sera révélé que dans les dernières pages, n'est-il pas aussi le représentant de ce que l'on pourrait appeler un "complexe" ? Car derrière la fente palpébrale de ce regard qui ne cesse de scruter les paysages, se devine une puissante nostalgie des origines.
    Avec ce nouveau roman, Christine Montalbetti poursuit une entreprise singulière, entre parodie et respect des canons romanesques, intervention du narrateur et abandon au flux romanesque. Plaisir et inquiétudes garantis à toutes les lignes.

  • L'énergumène a décidé de détruire le « Monde Ancien ». Son plan ? « Une conspiration fatale » où « tout le monde se soulève, les assujettissants autant que les assujettis », les Blancs comme les Noirs : il s'agit d'abolir le capitalisme, à commencer par les États-Unis. Son arme ? Le narrateur, dont il a lu le seul livre et qu'il vient dénicher dans l'improbable petite ville de la Chaux-de-Fonds pour le convaincre de coopérer. Mais le narrateur est un non-violent, qui met en place une palpitante stratégie pour faire avorter les desseins de l'énergumène.

    Dernier volet du cycle romanesque de Velan, ce huis-clos cousine avec Beckett comme Dostoïevski et atteste brillamment du rôle joué par la littérature aux yeux de l'auteur : une perpétuelle mise en question politique et esthétique.

    Yves Velan (1925-2017) a enseigné la littérature en Suisse et en Illinois. Il a reçu le grand prix CF Ramuz en 1990 pour l'ensemble de son oeuvre.

    Après Je (Seuil, 1959), salué par Roland Barthes, paraissent La statue de Condillac (Seuil, 1973) et Soft Goulag (Bertil Galland, 1977). Velan décide ensuite d'arrêter de publier mais pas d'écrire. Peu avant sa mort, il a décidé d'accepter la publication du Narrateur et son énergumène, un manuscrit devenu mythique à force d'être attendu.

  • À l'image du célèbre diamant dont il fit hommage au Régent en 1717, le nom de Law brille de mille feux. On ne le créditera pas seulement d'avoir introduit en France le billet de banque : son Système relevait d'une vision macroéconomique avant la lettre.
    Law surgit à un moment, somme toute banal de la vie économique de l'Ancien Régime, où l'argent circule mal faute de trouver à s'investir, et aboutit dans le coffre des rentiers.
    Plombées par vingt-cinq ans de guerre (1689-1714), les finances publiques sont exsangues, victimes d'un arbitrage historique en faveur de l'endettement et au détriment de l'impôt. Comme par miracle, le Système proposait un changement de paradigme.
    Premier banquier central de l'histoire de France, Law se brûla les ailes en actionnant les leviers tout neufs de la création monétaire et du soutien à l'économie. Trois siècles plus tard, son fantôme n'a pas fini de nous hanter : est-ce Law qui doit être considéré comme un précurseur, selon l'opinion de Schumpeter, ou est-ce notre système économique qui est retombé en enfance ?

  • Hiscoutine, 1370

    Le bourreau Louis Ruest et sa jeune épouse Jehanne d'Augignac se sont installés dans leur existence de couple marié et s'efforcent, autant que possible, de s'y habituer. Si le partage de leur lit se fait aussi aisément que celui de leur toit, le partage d'idées et d'émois est pour sa part ainsi dire inexistant. Les communications de Louis s'en tiennent au strict minimum. Il s'absente des jours durant pour se vouer à toutes sortes de travaux. Et Jehanne, emprisonnée par son statut de maîtresse de maison, souffre en silence de cette incompréhension mutuelle, car elle aime son époux de tout son être, ne souhaitant que son bonheur qui est aussi le sien.

    Or, voilà qu'avec la période des nombreuses festivités hivernales survient une série d'événements dont le dessein semble être de mettre la solidité de leur union à rude épreuve. En outre, l'arrivée dans leur domaine d'une personne que nul n'attendait donne le signal au dévoilement d'aveux qui risquent de fissurer une cellule familiale déjà fragile.

    Louis s'instituera alors en juge de qui dépendra le sort des siens. Choisira-t-il l'option qu'il connaît si bien, soit celle de repousser leur amour, de les faire condamner, de leur donner la mort et, ainsi de se condamner lui-même au néant, ou sera-t-il prêt à pardonner, à naître vraiment, pour vivre enfin? La réponse viendra par l'aveu bouleversant d'un secret longuement gardé, dans lequel réside pour Louis un terrifiant remède possédant le pouvoir soit de le guérir soit de le tuer.

  • Le boomerang du temps

    Labbe Michel

    Le Dr. Evans F. Düger (« Doug ») alors qu'il ne faisait que s'élancer sur les rails d'une ancienne ligne de chemin de fer à bord de son « Boomerang » en compagnie de son chien Galiléo, fait la découverte d'un Portail du Temps appelé « trou de ver ». Décidé à intervenir dans le temps en faveur du père de son jeune ami, Handy McGowan, il repart ensuite et réalise son plus grand rêve. Bloqué et sans espoir de retour à la fin du XIXe siècle, il tombe amoureux d'une biochimiste, Cybril Baxton. Mais lorsqu'il apprend que le père de celle-ci, Wilmor, a accepté une confrontation en duel avec le baron anglais John-Lee Cromwell, il s'interpose et entreprend de récupérer un manuscrit lors d'une invasion Vikings en Écosse au XIe siècle.

  • Les humains ont disparu de la planète, les pigeons se sont emparés de la surface de la Terre et les rats forment une société souterraine appelée Soutermonde. Ces derniers élèvent des tarentules, cultivent différentes sortes de lichen et se battent en lançant des écrous de métal à l'aide de leur longue queue. Sammy Sans-Def est l'un d'eux. Ancien chasseur de primes, il est devenu débardeur après avoir perdu la moitié de sa queue dans un accident qui l'a laissé sans défense. Sa nouvelle vie prend une tout autre tournure lorsque sa fiancée disparaît.
    Sammy part à l'aventure afin de la retrouver. Une quête dangereuse qui le mène jusqu'à Bout-du-Monde, le repaire des plus grands hors-la-loi du Soutermonde.

  • While Dr. Evans F. Duger (« Doug ») are performing an experiment with his « Boomerang » on an old railroad line, he discovers a time portal. He decides to go back in time to help the father of his best friend Handy McGowan. Then, due to an accident, he ends up at the end of the XIX century where he falls in love and marries the beautiful biochemist Cybril Baxton. When he finds out that Cybril's father, Wilmor, has accepted a duel (that would mean Wilmor's certain death) with the baron John-Lee Cromwell, Doug journeys back through time to find the manuscript that was destroyed during a Viking invasion in Scotland in the XI century.

  • BOOUUM ! Arrggghhh ! Slach ! Tatatatatataaaa ! Bang! Bang ! STOOOP ! ! Bordel vous tirez sur quoi ?  Slotch ! Slatch ! HAAaaah! J'en sais rien mais il nous manque déjà deux têtes et un zguègue ! Un quoi ? Bang ! Pooouuum ! ! Putain je suis touché ! Feu ! Feu à volonté ! AAAAhhhh ! Tatatatata ! Pang ! Pang ! PUUUTAAAIINN mais vous tirez sur quoi merde ? Ça vole les gars ! Je vous dit que ça vole ! Au plafond ! ! ! Tatatatata ! Tatata ! ! Clic ?..... Capitaine ! ? Je crois qu'on n'est plus que deux. Bang ! Bang ! Y a plus personne.... Je sais, à moi aussi ça me fait cet effet-là la violence, je kiff... Depuis des siècles. Oh n'ayez crainte, il y a fort longtemps que j'ai arrêté de tuer pour le plaisir. Détendez-vous, installez-vous et servez-vous à boire, je sais pourquoi vous êtes ici et je vais vous conter ma plus belle mélodie d'amour... et de sang.

  • RETOUR VERS LE FUTUR IV

    Michel Labbe

    • Bookelis
    • 14 Février 2018

    En 2055 une inversion du champ magnétique a fait basculer la Terre sur son axe. Une partie de l'Europe septentrionale, Norvège et Suède, entraînant sur son passage l'Écosse, l'Irlande, l'Islande et une partie du Groenland sont venus s'encastrer sur ce qui restait de la Californie. Rigor Strickland, du clan nordien, est mandaté par le CANT (Conseil des Anciens de la Nouvelle Terre) pour leur ramener Baff « le Terrible » Tannen, accusé du viol et du meurtre de la princesse Gaëla. Doc, Marty, Jules et Verne arrivent dans cette nouvelle contrée à bord d'une DeLorean convertie en « aérohydroglisseur » pour y récupérer un précieux manuscrit perdu dans la nuit des temps, qui peut seul sauver, Wilmor Clayton (le père de Clara), d'un duel fatidique en 1895 avec son éternel rival, le baron John-Lee Cromwell.

  • BACK TO THE FUTURE IV

    Michel Labbe

    • Bookelis
    • 27 Décembre 2018

    In 2055, due to global warming, the ice at the two poles had melted and caused a change in the earth's rotational axis. Some of the inhabitants of northern Europe, Norway, Sweden, Scotland, Ireland, Iceland and Greenland had come to settle in what was known as California on the outskirts of Hill Valley. Rigor Strickland, or the Northern clan, had been mandated by CENE (Council of the Elders of New Earth) to locate a certain Baff 'The Terrible' Tannen of the Groalian clan, accused of the rape and murder of princess Gaëla. Doc, Marty, Jules and Verne arrive in this new episode of BTTF to search for a precious manuscript that has been lost in time. This document is the only hope that can save Wilmor Clayton (Clara's father) from a perilous duel in 1895.

  • Le duel ? Le mot évoque irrésistiblement l'univers de Dumas et de Paul Féval. Pourtant, ce livre nous entraîne bien au-delà des images que les fictions des romanciers nous ont imposées. Sous l'Ancien Régime, en effet, le duel est une pratique courante. Pour un rien - un mot déplacé, une rivalité galante, une question de préséance, une querelle de cabaret -, on « appelle » l'offenseur, on entraîne parents et amis, et l'on se retrouve au petit matin, ferraillant à deux, quatre ou huit, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Les édits contre cet usage barbare (les morts se comptent par milliers tous les ans) se multiplieront sans parvenir à le déraciner. La loi privée du sang se maintient obstinément contre la volonté du prince. Cette religion du « point d'honneur », et surtout le mépris de l'existence qu'elle suppose, nous offrent la matière d'une passionnante étude de mentalités. A partir des sources les plus sûres et les plus diverses (mémoires, correspondances, textes littéraires et juridiques), Micheline Cuénin retrace les moments forts de ce conflit qui mit aux prises, plusieurs siècles durant, l'autorité monarchique et le « sacrement de l'assassinat », le politique et le romanesque...

  • Afro, un petit Mim vaniteux, voit apparaître ses premiers poils, signe que son enfance est terminée. En passant dans le crâne Crépitant, il découvre son physique de grand
    Effrayant, imaginé par un enfant du continent. Il devra affronter Jessie, celle qui l'a dessiné, au cours d'un grand duel astucieux.

  • Capitale politique du royaume de France, monstre démographique et chaudron social sans cesse bouillonnant, Paris est-elle également la capitale du crime ? Cela ne fait aucun doute pour les chroniqueurs bourgeois de la Renaissance, persuadés de voir proliférer le crime organisé à l'intérieur des murailles de la ville, réactivant ainsi, à la faveur des grandes crises du siècle, les stéréotypes de l'insécurité urbaine. C'est également le discours que tient la Couronne, pour laquelle dénoncer l'insuffisance de la police parisienne permet de faire progresser la tutelle royale au détriment des autonomies anciennes de la bonne ville.Les sources de la pratique judiciaire livrent pourtant une tout autre image de la criminalité parisienne au XVIe siècle. Fréquente et ritualisée, la violence ordinaire est d'abord le fait d'une jeunesse masculine en mal d'intégration professionnelle et matrimoniale. Mais si l'engouement pour le duel à l'épée modèle l'homicide parisien, la capitale ne semble pas connaître d'explosion sanglante hors du commun. Les instruments traditionnels de la régulation sociale - police en immersion dans la rue, justice conciliatrice plus que coercitive et surtout contrôle communautaire étroit - résistent encore aux mutations profondes de l'organisme urbain, assurent une relative modération de la violence et engagent la société parisienne sur le chemin du désarmement. Analysés au ras de la rue, les conflits ordinaires permettent aussi de restituer l'intensité de la vie sociale dans la plus grande ville d'Occident, où la conduite et la renommée de chacun sont soumises au regard de tous et aux normes communes. Plutôt que naturellement « pousse-au-crime », Paris apparaît au contraire comme un modèle original de moralisation et d'encadrement des comportements à l'aube des Temps modernes.Ancienne élève de l'ENS Lettres-Sciences Humaines, agrégée d'histoire et docteur en histoire moderne, Diane Roussel est maître de conférences à l'Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle est spécialiste de l'histoire de la criminalité, de la justice et de la police au XVIe siècle.

  • Pourquoi la question d'Orient - jusqu'alors réservée aux diplomates - se pose-t-elle aujourd'hui avec cette brutalité devant l'opinion publique, en Europe comme en Amérique ? Quelles sont les raisons de ce drame, violent et complexe, qui risque de déclencher une guerre mondiale ? Des noms, jusqu'ici inconnus, Gaza, Akaba, deviennent familiers. De nouveaux hommes d'État occupent tout à coup le devant de la scène politique. On aimerait comprendre, deviner et prévoir. Pierre Lyautey est un familier des pays du Proche-Orient. Il y a séjourné tout récemment encore : il a pu assister à la visite du roi Hussein de Jordanie à Istambul, il a séjourné à Ankara, à Amman, à Jérusalem. Il se trouvait au Liban pendant la crise de Suez... Connaissant de près les principaux acteurs du drame, il retrace ici le duel qui oppose, en Orient, les U.S.A. à l'U.R.S.S. - duel que l'auteur appelle, d'un nom significatif, "la première guerre des Pétroles."

  • Dans ce second tome d'une série, Le Maître des peines, qui en comptera trois, Louis Ruest, toujours exécuteur de la cité de Caen, découvre que sa vengeance contre son père, enfin assouvie, ne lui apporte pas la paix qu'il avait tant espérée. Au contraire, elle le laisse avec une impression de vide et une existence qui, selon lui, n'a plus aucun sens.

    Il est toutefois loin de se douter que son élan destructeur est sur le point d'avoir des répercussions qui se feront sentir jusqu'aux trônes de deux rois. Sa réputation a fait de lui un personnage diabolique digne des fables et il est devenu un instrument convoité des puissants. Ainsi, Louis est-il invité à la cour du roi de Navarre et promis à un brillant avenir pour un roturier, ce qui aura pour conséquence d'éveiller jalousies et intrigues de cour.

    Pourtant, celui qu'on appelle « monstre » demeure suffisamment humain pour susciter aussi l'amour, depuis celui d'une veuve de haut rang jusqu'à celui d'une servante. Mais c'est l'amour pur d'une enfant, Jehanne, qui est destiné à lui donner un nouveau jardin et à changer sa vie.

    Et c'est ainsi qu'en compagnie des personnages attachants d'une nouvelle famille, et après avoir tant côtoyé la mort, Louis entreprend sa lente remontée parmi les vivants.

  • Paris, 1340. À sept ans, Louis Ruest, fils unique de l'un des boulangers les plus estimés de cette ville florissante, travaille avec beaucoup d'acharnement afin de pouvoir réaliser sa plus grande ambition, celle de devenir à son tour l'un des meilleurs boulangers de sa profession. Tourmenté et assoiffé d'amour, s'il s'efforce de faire ses preuves en dépit de ses écarts de conduite, Louis est surtout désireux d'être apprécié par Firmin, son père, qui s'obstine malheureusement à ne voir en lui qu'un indigne successeur.

    Dans un Royaume de France pris en tenaille, au Nord par les débuts de la Guerre de cent ans, au Midi par des navires qui accostent silencieusement en amenant avec eux le bacille de la peste noire, qui s'apprête à provoquer la pire épidémie de l'histoire occidentale, c'est pourtant par l'oeuvre d'un seul homme, celle de son propre paternel, que la mort sans pitié se présente à Louis. Heureusement, un moine le sauvera in extremis et le ramènera au monastère de Saint-Germain-des-Prés afin d'y être soigné. Après une longue convalescence, le jeune homme prend d'abord goût à cet environnement serein et songe à prononcer ses voeux. Or, dans ces lieux pourtant paisibles, un désir sournois et implacable s'insinue lentement en lui, celui de retrouver son père et de lui faire payer chacun des coups que sa mère Adélie et lui ont reçus, chacun des mots cruels qu'il leur a lancés. Survivre et se venger devient alors la règle, et ce, même si pour retrouver son père, il devra renoncer à son âme. C'est ainsi qu'un destin hors du commun l'amènera à devenir l'un des exécuteurs les plus redoutés du Royaume, un redoutable fonctionnaire de la justice humaine.

empty