Sciences politiques & Politique

  • Les écologistes contre la modernité

    Ferghane Azihari

    • Presses de la cité
    • 7 Octobre 2021

    Voici le seul ouvrage argumenté à défendre le point de vue de la philosophie "libérale' dans un climat intellectuel et social contemporain globalement défavorable, voire franchement hostile au progrès des sociétés industrielles avancées.
    Ce livre, plaidoyer en faveur d'une civilisation industrielle, aujourd'hui accusée de tous les maux, part en croisade contre les prophètes verts qui, au moment du premier confinement, annonçaient la mort du " monde d'avant ". Apôtres d'un évangile, souvent radical, de la régression préindustrielle, de l'écologie profonde, de la décroissance, du refus de la mondialisation, de l'imposition de modèles tribaux - les groupes de prophètes verts (de Pierre Rabhi à Greta Thunberg, en passant par Nicolas Hulot) sont nombreux et fragmentés en une multitude de chapelles qui adhèrent toutes au credo d'un retour à la nature. Mais comment refuser aux pays émergents qui y aspirent légitimement, les bénéfices du progrès technique et industriel ? Comment par ailleurs comprendre que les mêmes défenseurs du climat, applaudissant à l'interdiction des terrasses chauffées et à la réduction de la vitesse automobile à 80 km/heure, fassent fermer la centrale atomique de Fessenheim, infiniment plus économique en rejets de CO2 que ces mesurettes. Qu'il s'agisse de la nouvelle religion de Gaïa, ou des chiffons rouges - surpopulation, surconsommation, réchauffement climatique - qu'agitent ces nouveaux idéologues, les attaques se concentrent sur les bienfaits de la modernité, assimilés à du confort bourgeois, mais plus encore sur la contestation du principe même de modernité. Cet essai, incisif et informé, s'appuyant sur les discours des nouveaux prophètes, sur l'analyse de leurs sources, mêlant sciences économiques et philosophie politique permet de cartographier ce nouveau parti des antimodernes qui gagne dans l'opinion, de comprendre les ressorts de cette nouvelle illusion, et de défaire les raisons de l'utopie régressive qu'elle promeut.

  • Infantilisation

    Mathieu Laine

    • Presses de la cité
    • 21 Janvier 2021

    L'infantilisation est de tous les partis. Depuis des décennies, c'est elle qui nous dirige.Face à la pandémie, la France a, jusqu'à l'absurde, rivalisé d'imagination bureaucratique.
    " Pour notre Bien ", l'Etat nounou provoque une fièvre maternante, hygiéniste et centralisatrice.
    Elle révèle un mal préexistant : notre infantilisation croissante, de plus en plus consentie. Comme
    un chemin de servitude.
    L'infantilisation est un poison lent. A trop abandonner nos libertés, nous désapprenons la liberté. A la levée d'écrou, il nous faudra quitter les jupes en fer de
    Big Nanny. Avant qu'il ne soit trop tard.
    Infantilisation offre de penser ce phénomène et livre des anticorps précieux pour nous en arracher.

  • Deux présidents pour rien ; 2007-2017, chronique d'une décennie

    Christophe Barbier

    • Presses de la cité
    • 23 Février 2017

    Le recueil des éditoriaux d'un des plus talentueux chroniqueurs du paysage médiatique. Une rétrospective pleine de verve assortie d'un verdict sans appel." Entre les Français et les politiques, la rupture est consommée. Peut-être définitivement. Et c'est en grande partie à cause de ces deux-là : Nicolas Sarkozy et François Hollande, présidents successifs aux personnalités si différentes et aux échecs si ressemblants...
    Pendant dix ans, rédiger l'éditorial de
    L'Express m'a permis de jauger les espoirs déçus, les réformes inabouties et les renoncements funestes. Même s'il y eut aussi du volontarisme, des audaces et des moments de courage, c'est l'impression d'un vaste gâchis qui saisit les citoyens. Sarkozy-Hollande: deux hommes d'Etat, deux politiciens endurcis, deux destins avortés, le côté pile et le côté face de la médaille de l'échec... " Christophe Barbier

  • Elles sont environ cinquante aujourd'hui en France : cités gangrenées par la drogue, l'islamisation, la violence. Etat des lieux et aveu d'échec terrible, par un haut fonctionnaire issu de ces banlieues qui les a sillonnées pendant plus de quarante ans. Michel Aubouin témoigne de la réalité de ces zones devenues " de non-droit ". Comment en est-on arrivé là ?
    "Mon témoignage n'est pas seulement celui d'un haut fonctionnaire, au contact d'une réalité que beaucoup ignorent ; il est aussi celui d'un homme d'âge mûr qui se souvient de son enfance en HLM, des copains de jeu de son quartier, qui a vécu, depuis Dreux, le basculement politique de la France, qui franchi toutes les étapes d'une carrière exaltante sans jamais rompre avec ses origines, qui peut donc décrire le demi-siècle passé, celui d'une lente et inexorable dérive dont nous craignons l'issue."
    Michel Aubouin
    Historien de formation, Michel Aubouin, préfet, a quitté ses fonctions et son devoir de réserve.
    Les banlieues, il les connaît depuis quarante ans, il y a enseigné puis mené plusieurs missions pour le ministère de l'Intérieur. Il a vu, au cours du temps, comment certains quartiers sont devenus des zones de non-droit. En quatre décennies, Michel Aubouin a rencontré tous les acteurs et professionnels concernés : des architectes aux sociologues, des hommes politiques aux acteurs de la vie associative et aux hommes de foi, qu'ils soient prêtres ou imams. Il a croisé leurs expériences et leurs regards. Il a souvent proposé d'agir dans le sens du "vivre ensemble", sans être toujours entendu...
    Dans
    40 ans dans les cités, il raconte, à travers les grands événements auxquels ont été confrontés les Français, le fil continu d'une lente dérive et nous livre avec son regard un état des lieux de ces "quartiers" rongés par la drogue et la radicalisation.
    Une enquête à 360° au plus près des faits et de la réalité.
    Michel Aubouin constate mais ne renonce pas ; lui-même, enfant des cités, s'est issé là où personne ne l'attendait.
    Il veut encore croire aux bonnes volontés et à une prise de conscience salutaire.

  • Ma carrière autour du monde

    Boris Eliacheff

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 6 Janvier 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Petit précis des bobards de campagne

    Cédric Mathiot

    • Presses de la cité
    • 15 Mars 2012

    La campagne présidentielle s'annonce et déjà la polémique autour des chiffres domine le débat. Comment le citoyen lambda peut-il s'y retrouver dans ce maquis où les bobards se cachent sous l'apparence du plus grand sérieux ? Eh bien, grâce à ce petit précis, mis au point par " Intox-Désintox ", seule rubrique de " fact-checking " de toute la presse française.
    Le " fact-checking ", pour reprendre le terme de la presse anglo-saxonne, consiste à confronter les propos chiffrés avancés par nos hommes publics à la réalité brute des faits. Créée il y a trois ans par Cédric Mathiot, " Intox-Désintox " est la seule rubrique de ce type de la presse française, dont le succès et la notoriété vont grandissant, comme en témoigne la polémique qui l'a opposée à Claude Guéant à propos des calculs (fallacieux) avancés par ce dernier sur la part des enfants d'immigrés dans l'échec scolaire. A l'approche de la campagne présidentielle de 2012, il nous a paru judicieux de tenir la chronique des affirmations des différents candidats et " pré-candidats " pour mettre à nu les libertés que les uns et les autres prennent avec la réalité. Le livre sera donc composé en partie d'une reprise des chroniques les plus pertinentes parues au cours des derniers mois de l'année 2011, ainsi que d'une analyse inédite présentée par Cédric Mathiot sur la manière abusive dont les hommes politiques exploitent des assertions chiffrées douteuses en tant qu'arguments d'autorité dans le débat public, ouvrant la voie à toutes les manipulations.

  • Philippe Séguin : une certaine idée de la politique

    Jean-Daniel Pierre

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    L'approche de la bataille électorale pour les européennes de 1999, où Philippe Séguin tient une place à part, la restructuration actuelle des grands mouvements de droite vont, en cette rentrée, propulser davantage encore sur le devant de la scène cet homme politique dans lequel certains voient déjà le sixième président de la Ve République.

  • SDECE Service 7

    Bernert/p

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Novembre 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le Marin de l'ombre

    Pasquelot/m

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 11 Septembre 2015

    Une fois encore, le commandant Alex Antoine sortait vivant de la dernière tuerie, celle de Mers el-Kébir... Mais une même question revenait toujours à son esprit : Pourquoi nos bateaux n'ont-ils pas rallié les Anglais ? Pourtant, depuis quelques heures, le commandant Antoine avait choisi : l'ennemi n'était pas l'Angleterre, mais l'Allemagne. Certes, entre les Anglais et les Français, il y avait mille tombes de marins, mais cela devait-il ruiner leur alliance contre ceux qui avaient envahi la France ? L'armée à vaincre c'était l'armée allemande. Le commandant Antoine accepte la mission confiée par l'amirauté britannique : s'emparer du code de la marine italienne. Il quitte clandestinement la France à bord d'un petit chalutier. Avec beaucoup de difficultés, il s'embarque sur un torpilleur à destination de l'Angleterre, échappe à l'attaque d'un sous-marin allemand. Après mille péripéties dramatiques, il revient en France où, avec l'aide d'une poignée d'officiers de marine, il réussit à s'emparer du fameux code. Lorsque les Anglais entrent en possession de ce code, ils coulent la flotte italienne au cap Matapan au sud du Péloponnèse. L'Angleterre est à nouveau maîtresse de la Méditerranée orientale. Un choix difficile. Une leçon de courage. Un grand roman d'aventure.

empty