Histoire du monde

  • De la France

    Laetitia Strauch-Bonart

    • Perrin/presses de la cité
    • 24 Février 2022

    La vraie France expliquée par l'histoire et auscultée par une analyse novatrice et optimiste. A rebours des idées reçues et de la radicalité ambiante.
    " Le déclin français ", pour reprendre le titre du célèbre essai de Nicolas Baverez, omnubile les journalistes et les intellectuels depuis une génération, inspirant une littérature brillante et à succès (Alain Peyrefitte, Jean-François Revel , Alain-Gérard Slama, Marcel Gauchet, Christophe Guilly Patrick Buisson etc.) dont le dernier représentant est Jérôme Fourquet. Tous ces best-sellers souffrent pourtant de deux défauts récurrents : le déclinisme et la spécilisation.
    Le pari de Laetitia Strauch-Bonart, jeune intellectuelle et figure de proue du conservatisme libéral, est tout autre. Offrir un essai global conjuguant l'histoire et l'actualité en mobilisant pour la première fois une large gamme de disciplines (philosophie politique, économie, sociologie, sciences) au service d'un propos limpide cherchant à comprendre et à expliquer le mystère français sans dogmatisme ni esprit de système. Le point de part pose un concept novateur : " la société de créance ", avant de dérouler un tableau large qui dépasse " le mal Français " pour montrer tout ce qui fonctionne et nous permet toujours de " faire nation " pour emprunter un concept familier aux lecteurs de Pierre Rosanvallon.
    Le regard de l'auteur, à mi-chemin entre l'Angleterre et la France, ouvertement francophile mais distancié et ouvert sur le monde, offre une large gamme de perspectives novatrices et parfois iconoclastes, qui vont largement contribuer à animer le débat en cette année-charnière .
    La grande enquête qui répond aux questions d'une France qui doute et ne s'aime plus.
    Table :Introduction. Ce pays que l'on croyait connaître
    Première partie : La société de créance

    Les faux-semblants de l'identité
    Le Léviathan à la françaiseDeuxième partie : Effets de non-retour

    Le pouvoir sans pouvoir
    La décentralisation introuvableTroisième partie : Liberté, égalité, franternité ?

    La haine du libéralisme
    Inégaux et incivils
    Le travail comme souffranceQuatrième partie : Les liens qui ligotent

    L'intelligence empêchée
    Centre partout, politique nulle partCinquième partie : Le bien qui nous reste

    Prendre soin des corps
    Tenir ensemble le corps socialConclusion. La France, demain

  • Dieu, l'or et le sang

    Jean Larteguy

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Dans la partie aujourd'hui la plus agitée du monde, en Égypte, en Syrie, en Israël, au Liban, en Iran et en Afghanistan, Jean Lartéguy a voulu retrouver, par delà les masques, les mobiles profonds qui agitent les hommes, excitent leurs convoitises et les envoient à la mort. C'est l'or bien sûr, l'or noir et fétide du pétrole, l'or rouge des mines du roi Salomon, l'or vert des pétro-dollars mais c'est surtout Dieu, sous tous les noms, sous toutes les apparences. Allah redevient Osiris en Égypte, et le Christ Baal au Liban. Un président syrien, élevé par le Jésuites, tient son pouvoir d'un vieux de la montagne dont les ancêtres pratiquaient les mêmes rites étranges que les lamas thibétains. En Iran, se trompant de divinité, un ayatollah atrabilaire fait sa révolution au nom de Zarathoustra. Bien plus qu'un reportage Dieu, l'or et le sang est l'étonnant récit d'un périple de l'autre côté du miroir, là où se cache la vérité de l'histoire.

  • L'Algérie de Boumedienne

    Roger Pic

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le Boer attaque

    Saint-Loup

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Novembre 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Hiroshima-Nagasaki ou la Fin de l'Empire divin ?

    Michel Hérubel

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 25 Septembre 2015

    Le 6 et le 9 août 1945, deux bombes atomiques tombaient sur Hiroshima et Nagasaki, causant sur la population civile les effroyables ravages encore présents dans la mémoire collective du monde entier. Dans cet ouvrage, Michel Hérubel traite des problèmes suivants : l'affrontement de deux civilisations opposées : le Japon traditionnel et la démocratie américaine moderne ; la mise au point de la bombe, la construction de son vecteur, la superforteresse B 29, qui coûta plus cher que les travaux et l'industrialisation du projectile ; la lutte entre les partisans et les opposants au bombardement atomique... ; l'interrogation, quant au rôle décisionnaire joué par Hirohito. En effet, pour sauvegarder l'unité nationale du Japon, très attaché à son empereur, indispensable du point de vue américain à l'équilibre des forces mondiales d'après-guerre, les Alliés avaient imaginé de le faire passer pour un simple d'esprit, le déchargeant ainsi de toute responsabilité dans la conduite de la guerre ; le mystère entourant l'avertissement des Américains aux Japonais par tracts et appels sur la Voix de l'Amérique et qui n'avait jamais été élucidé ; et, enfin, la responsabilité controversée de Harry Truman quant au largage des deux bombes. Un document indispensable sur un sujet toujours contesté.

  • Médecins à Diên Biên Phu

    Pierre Accoce

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Novembre 2018

    Le personnel médical accomplit un travail extraordinaire pendant la bataille de Diên Biên Phu. Le récit de leur terrible odyssée.

  • Francais a sarajevo

    Frédéric Pons

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Depuis 1991, près de cinquante mille militaires français ont servi dans les Balkans, soldats d'une paix improbable, au coeur du premier et du plus terrible conflit dans l'Europe de l'après-1945. À Frédéric Pons qui les a rencontrés, ils ont tout raconté, le meilleur et le pire. La vie et les missions dans Sarajevo assiégée, sous la menace permanente des snipers et des bombardements ; l'incroyable épopée des convois humanitaires sur des routes impossibles, et les embuscades meurtrières face à des milices déchaînées : les raids aériens les plus audacieux, montés par les pilotes de l'armée de l'air et de l'aéronavale ; la tristesse et l'impuissance devant la mort de camarades, assassinés par des tireurs sans visage ; la honte, enfin, l'humiliation de devenir otages, enchaînés à des poteaux, transformés en cibles vivantes. Près de cinq cents soldats ont été blessés ou tués. Frappés sans pouvoir combattre. Pourtant, ils ont été et vont encore jusqu'au bout d'eux-mêmes, tous ces jeunes soldats, étrangement mûris par cette guerre sans nom, par tous les coups reçus, par la déception et par les regrets. Ce livre explique leur engagement, dévoile leurs succès et leurs échecs sanglants. Il raconte aussi l'angoisse de leurs familles et de leurs amis restés en France, qui auront vécu ces heures avec une intensité et une émotion jamais vues jusque-là. Il révèle, enfin, ce qui restera, pour l'armée française, une terrible blessure. En pleine actualité, un document exceptionnel sur un des grands drames d'aujourd'hui.

  • Djebel amour, djebel amer

    Michel Heger

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Renonçant aux espaces liquides, des pilotes de la Marine ont rejoint, sans hésiter, les hautes montagnes de l'Atlas, les djebels arides ou les vastes étendues sahariennes, pour participer plus directement aux combats d'Algérie. D'évacuations sanitaires en héliportages d'assaut, ils ont dû tout découvrir de ce nouvel et merveilleux outil de combat qu'était l'hélicoptère. Ils ont pris, souvent, des risques insensés pour sauver la vie de leurs camarades qui se battaient au sol. Avec eux, paras, légionnaires, commandos marine ou commandos de chasse, ils ont écrit des pages magnifiques d'enthousiasme et de courage, et tissé des liens durables, fondés sur une grande estime réciproque, et le partage des coups durs. Pilote de Siko lui-même, ancien commandant de la 33 F, l'auteur fait revivre, avec une grande authenticité, le fruit de soigneuses recherches documentaires, ou les témoignages patiemment recueillis auprès de ses anciens, pilotes ou mécaniciens hors normes.

  • Le Monde entre deux guerres (1919-1939)

    Cartier

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Novembre 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les Canadiens à Dieppe

    Mordal

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 11 Septembre 2015

    Dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, le nom de Dieppe restera, pour toujours, associé à la sanglante aventure au cours de laquelle les commandos britaniques et les bataillons de la 2e division canadienne vinrent, le 19 août 1942, arroser de leur sang le pied de la falaise normande, et les abords d'un port puissamment défendu. Trois bataillons canadiens, un commando des Royal Marines, essayèrent vainement de franchir la plage de Dieppe, sur laquelle les tanks restaient figés dans les galets. Sur les plages voisines, sauf à Varengeville, il en fut de même et, pour finir, les assaillants durent se retirer en abandonnant à l'ennemi plus de douze cents morts et le double de prisonniers. Coûteux échec ? Victoire inutilement offerte à la propagande ennemie ? Expérience nécessaire ? Affaire politique destinée à montrer aux alliés russes les difficultés de l'établissement d'un second front ?... On a tout dit de l'opération Jubilée et tout pouvait en être dit, car aucune explication officielle n'est vraiment tout à fait satisfaisante. Afin de mieux poser le problème, Jacques Mordal s'est efforcé, non seulement de retracer le déroulement des combats de Dieppe, au vu de toutes les sources accessibles dans un camp comme dans l'autre, au vu de tous les témoignages inédits qu'il a pu recueillir, mais aussi de replacer l'événement dans son cadre, en recherchant tous les éléments du problème stratégique et politique, tel qu'il se posait aux Alliés à l'été 1942.

  • Les SS en Limousin Périgord et Quercy

    Beau

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Novembre 2018

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Otages

    Collectif

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Les années 70 avaient été marquées par les vagues successives d'attentats, de détournements d'avions et d'actions terroristes diverses, menées par des extrémistes palestiniens, allemands ou italiens. Après quelques années d'une paix relative, consécutive au démembrement de la Bande à Baader et des Brigades Rouges, l'Europe semble aujourd'hui, à nouveau, frappée par ce moyen d'action redoutable, injuste et imparable qu'est la prise d'otages. Alors que les États-Unis ont vécu, au Liban, les affres d'un détournement d'avion, aussi dramatique que l'affaire des otages de leur ambassade à Téhéran, et que plusieurs Français, dont le journaliste Jean-Paul Kauffmann et le chercheur Michel Seurat, ont été enlevés en plein Beyrouth, ce livre fait le point sur les plus importants enlèvements politiques vécus par des Français au cours de ces quinze dernières années. De Françoise Claustre à Jacques Abouchar, de Kolwezi à Tripoli, des dizaines de nos compatriotes ont été, pour quelques semaines ou quelques années, les otages du jeu politique international. Certains d'entre eux avaient mesuré le risque qu'ils encouraient, d'autres furent de véritables victimes, mais tous restent profondément marqués par leur captivité. Cet ouvrage raconte leur histoire.

  • Le magicien de guerre

    Fischer/d

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 18 Avril 2019

    Cette aventure qui se lit comme un roman, c'est de l'histoire vraie, l'histoire de la campagne de Libye de 1940 à 1942, mais vue sous un aspect très particulier, celui des opérations de camouflage et d'intoxication militaire qui l'ont accompagnée.
    Le héros de l'ouvrage a existé. C'était un magicien fort connu de Londres, un certain Jasper Maskelyne, dont le père et le grand-père avaient été de célèbres illusionnistes. Jasper a l'ambition de faire mieux qu'eux, et la guerre va lui fournir l'occasion de montrer ses talents.
    Après bien des difficultés, il finit par se faire accepter dans l'armée. Son but est de mettre son imagination et sa technique au service de son pays et - ainsi qu'il le dit - de mobiliser le monde de la magie contre Hitler. Envoyé à l'Ecole de camouflage, il commence par stupéfier Lord Gort, Inspecteur général de l'armée britannique, en lui faisant apparaître en pleine campagne anglaise l'image d'un cuirassé allemand voguant sur la Tamise.
    Expédié ensuite en Afrique du Nord, il arrive au Caire en avril 1941, au moment où l'offensive du général Rommel - le Renard du Désert - menace de chasser les Anglais d'Egypte. Afin de tromper l'ennemi sur les mouvements des chars de combat, il est demandé à Maskelyne de les camoufler en camions. Aidé d'une petite équipe pittoresque, la « Bande magique », il s'acquitte si bien de cette tâche que l'armée lui confie la création et la direction d'un complexe industriel où vont être fabriqués en masse et secrètement des chars et des canons en toile et carton, ainsi que des soldats factices, destinés à leurrer l'adversaire.
    Tout en montant des spectacles d'illusionnisme pour la distraction des troupes engagées dans cette campagne, Maskelyne accomplit des exploits étonnants. Il crée un faux port d'Alexandrie, que les Allemands vont bombarder à la place du vrai. Il fait disparaître le canal de Suez grâce à des artifices lumineux. Il fabrique de faux navires de guerre, camoufle des vedettes lance-torpilles, protège l'île de Malte contre les raids aériens, et invente une foule de stratagèmes dont le dernier, le plus remarquable, apporte à la Huitième Armée de Montgomery une aide déterminante dans la bataille d'El Alamein qui vit la victoire britannique et mit fin à la « guerre du désert ».
    Outre les faits historiques, mais peu connus, qu'il dévoile, l'ouvrage est rempli de notations amusantes, d'études de caractères des chefs d'armée et des combattants, et le tout est assaisonné d'un mélange typiquement anglais de sentimentalisme discret et d'humour incisif.

  • Guide maquis hts-lieux resist.

    Levy

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Octobre 2015

    Il s'est passé, ici, un épisode trop méconnu, mais très héroïque, de la Résistance française. Ainsi s'exprimait, le 5 juin 1959, le général de Gaulle au pied du monument national du mont Mouchet, un des hauts lieux de la Résistance. L'Auvergne fut, en effet, comme le Vercors, un des bastions privilégiés de la lutte du peuple français contre l'occupant. Gilles Lévy, l'auteur de À nous Auvergne !, nous propose dans ce guide - à travers l'Allier, le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire - 16 circuits des pierres souvenirs dispersées au bord des routes, dans les bois, au coin des rues, aussi dans les cimetières. Ils font découvrir aux, promeneurs et aux jeunes générations curieuses de leur passé, cette armée des ombres qui, aux pires moments de notre humiliante défaite, prit les armes pour la liberté de tous. 16 circuits, clairs, précis, illustrés de cartes et de photographies, chaque halte faisant l'objet de commentaires concis, qui fournissent l'essentiel de ce que chaque visiteur peut souhaiter connaître. Tout en parcourant les sites grandioses et les magnifiques paysages de cette belle province qui, de Vercingétorix aux glorieux maquisards du mont Mouchet, a toujours été et entend demeurer terre de liberté, on marche dans les pas de ceux qui sont tombés au combat, dans les prisons ou les salles de torture, de tous ceux qui ont subi le martyre infligé par l'occupation nazie aux populations de cette si attachante région.

  • Guide maquis resist.t1 bretagn

    Le Marec/g

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 9 Octobre 2015

    La Bretagne : terre de légendes mais aussi de résistances à tous les envahisseurs. À l'extrême occident de l'Europe, face à la Grande-Bretagne proche, elle ne pouvait faillir de 1940 à 1944. L'Allemand y fut supporté moins qu'ailleurs. Très vite, la Haute-Bretagne, pays de bocage, va devenir le terrain d'élection des résistants, des terroristes, comme disait alors l'occupant. À l'insécurité pour la Wehrmacht, va succéder le harcèlement des unités stationnées derrière le mur de l'Atlantique réputé imprenable. À l'heure du débarquement, les maquisards vont se transformer en combattants, jusqu'au dernier jour de la guerre menée contre les poches de l'Atlantique. Sur tous ces hommes, la répression s'est abattue, farouche. Partout, aux calvaires de jadis, aux monuments aux morts de la Grande Guerre, sont venues s'ajouter des centaines de croix et de plaques, en souvenir de ces héros, tombés face aux pelotons d'exécution, ou les armes à la main. Dans ce guide, le relevé de chaque monument, si modeste soit-il, permet de reconstituer la globalité d'un combat inégal, et les notices donnent la mesure des coups portés à un adversaire impitoyable. Gérard Le Marec, l'auteur de nombreux ouvrages consacrés à la Seconde Guerre mondiale, en Bretagne notamment, offre aux touristes - dans un premier volume pour l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique - douze circuits possibles par routes et chemins creux, où souffle toujours le vent de l'Histoire.

  • Bérets rouges en Indochine

    Raymond Muelle

    • Presses de la cité (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    4 mars 1946 : « Sèches, brutales, les rafales d'une arme automatique éclatent tout près. » « C'est Oudinot. Les Viets sont devant nous. Pour une prise de contact avec l'Indochine, nous sommes gâtés, ricane Bianchi à l'intention de son sous-officier adjoint qui vient aux ordres en courbant le dos. » Janvier 1946 : quelques centaines de parachutistes reprennent à leur compte la devise des Bataillons du Ciel : « Qui ose gagne. » Tous volontaires pour l'Indochine, ils viennent des différentes unités d'élite de l'armée française, soucieux de la grandeur nationale, à la recherche de l'aventure, fous de gloire et d'orgueil viril. Ils adoptent le béret rouge et seront, avec fierté, les S.A.S. d'Indochine. Aptes à toutes les missions, ils devront lutter durement contre le Viêt-minh, du nord au sud du pays. Ils créent les unités autochtones, encadrent les partisans, forment des commandos. Ces paras à bérets rouges qui deviendront, en 1948, les Parachutistes coloniaux, forment une caste à part : les S.A.S. d'Indochine. Quarante ans après, le gouvernement français décide de rapatrier 25 000 corps. Mais certains des S.A.S. resteront là où ils sont tombés, enterrés à l'écart des pistes. D'autres ont disparu dans l'eau jaune des rachs, dans la nuit sanglante de Nam Dinh ou dans les marais de Cochinchine. Ce livre est une histoire d'hommes, une histoire de Paras.

  • Les maîtres de la terreur

    Patrick Pesnot

    • Presses de la cité
    • 12 Mai 2016

    Les portraits sans concession de vingt-quatre personnages célèbres qui ont fait du meurtre de masse un instrument de pouvoirL'empereur chinois Qin Shi Huang fit exécuter en une fois 460 intellectuels et brûler tous les livres de son empire. Simon de Montfort ordonna qu'on crève les yeux de tous les défenseurs d'une ville dont il venait de faire le siège. Le sultan Abdülhamid II organisa le massacre de plus de 200 000 Arméniens et l'enlèvement de 100 000 femmes pour ses harems. Kadhafi faisait retransmettre à la télévision les exécutions publiques de ses opposants. Des 20 000 personnes que Pol Pot a internées dans la prison S-21, sept seulement ont survécu.
    Ce ne sont là que quelques détails des crimes commis par les hommes hors norme réunis dans ce livre. Cependant, le catalogue de la terreur universelle dressé par Patrick Pesnot n'est pas seulement hallucinant. Il permet de s'interroger sur l'exercice du pouvoir : jusqu'à quel point le Mal a-t-il été dans l'histoire un outil de gouvernement ? Et cet outil a-t-il jamais été efficace ? Mais aussi : n'y a-t-il pas une part de légende dans la recension des faits du fait, parfois, de l'accusé lui-même ? Faut-il attribuer de telles dérives à la maladie - la tyrannie d'Ivan le Terrible serait ainsi un symptôme de la syphilis ?
    Un livre inventaire qui ne néglige pas l'anecdote sanglante, mais la dépasse pour permettre au lecteur d'aborder le territoire de la réflexion.

empty