Presses de la cité

  • François de Sales ; le gentilhomme de Dieu

    Patrick de Gmeline

    • Presses de la cité
    • 25 Janvier 2018

    Une biographie vivante de la plus grande figure de l'Eglise catholique au temps de la Contre-Réforme.
    Né dans une famille d'ancienne noblesse savoyarde, François de Sales (1567-1622), personnalité majeure de l'Eglise catholique tant par son action au temps des guerres de Religion que par l'héritage qu'il a laissé, choisit très jeune sa voie. Ordonné en 1593, il est rétablit le catholicisme dans la région de Genève alors sous la coupe des protestants. Ordonné évêque de Genève en 1602, il siège en exil à Annecy. En 1610, il fonde avec Jeanne de Chantal l'Ordre de la Visitation, dont les visitent pauvres et malades. Personnalité charismatique, réputé pour sa douceur, redoutable argumentateur, humaniste et organisateur hors pair, il a laissé une oeuvre spirituelle considérable : Introduction à la vie dévote (1608), Traité de l'amour de Dieu (1615), et une correspondance importante. Canonisé dès 1665 (fêté le 24 janvier), docteur de l'Eglise (1877), il est l'auteur catholique le plus publié dans le monde.
    Patrick de Gmeline restitue avec son talent de conteur cette vie riche et foisonnante. Une biographie illustrée par une centaine de documents, le portrait d'un homme profondément attachant dans une époque troublée.

  • Je suis le chat qui va tout seul...

    ,

    • Presses de la cité
    • 14 Septembre 2017

    Pour la première fois, François Raveau, le plus jeune résistant déporté de France, témoigne et raconte aussi "l'après". Une voix singulière et lucide. Celle d'un homme exceptionnel devenu psychiatre, ethnologue... qui ne cesse de s'interroger sur l'Histoire.
    François Raveau a onze ans quand la guerre éclate. Très précoce intellectuellement, l'école ne lui convient pas. Dès 1940, il est engagé avec ses parents, protestants, dans des opérations de résistance, parfois meurtrières. En avril 1944, il est déporté à Neuengamme, puis Fallersleben et Wbbelin. Pour ce livre, il est retourné pour la première fois sur les lieux des camps et de sa résistance en Dordogne. Ce livre traite aussi de " l'après " : comment se passe le retour à la vie " normale ", pour autant qu'elle le soit ? Il se trouve que François Raveau a participé à nombre d'aventures, en France (du complot du Plan Bleu à Mai 1968), en Amérique Latine (chez des tribus reculées), en URSS ou en Asie. Il a soigné des rescapés des camps nazis et des camps d'Indochine. Il a été l'ami proche de Malraux, de Gracq, de Koestler, et le psychiatre de Sartre. Il dresse de ces derniers des portraits savoureux.

  • Au nom des pères : de leur disparition à une société déshumanisée

    Marc Mangin

    • Presses de la cité
    • 15 Juin 2017

    C'est au moment où ils veulent affirmer leur paternité que le constat s'impose : les pères sont une espèce en voie de disparition. Comment la société réagit-elle à cette évolution, en particulier sur les plans politique et juridique, car la vraie question est peut-être : quelle autorité l'Etat conservera-t-il lorsque le père qui la symbolisait aura disparu ?
    " Mon père est mort je n'avais pas trois ans et je n'ai pas vu grandir mes trois enfants. Cela m'autorise-t-il à parler du père ? Cela me permet sûrement de parler de l'absence de père. Les orphelins de père ne manquent pas, ceux qui réfléchissent aux conséquences du manque créé par l'absence non plus. Le sujet nourrit un nombre d'oeuvres considérable. Mon propos est d'ailleurs de m'appuyer sur ce travail de témoignages et de réflexions autour d'une question de plus en plus d'actualité : et si le père disparaissait ? " Marc Mangin
    Décimés par les guerres de la première moitié du xxe siècle, désacralisés par le mouvement féministe des années 60 et 70, les pères seraient devenus interchangeables, réduits à une " figure ", une " fonction ", quand bien même, depuis des décennies, les professionnels mettent en garde contre leur exclusion, leur disparition.
    Les mutations économiques et sociales des cinquante dernières années dessinent un monde où l'homme ne sera bientôt plus qu'une marchandise comme une autre. La disparition des pères préfigure celle des mères. Nous n'avons jamais été aussi près du
    Meilleur des mondes que décrivait Aldous Huxley.

  • Baron rouge et cigogne blanche

    Patrick de Gmeline

    • Presses de la cité
    • 5 Mai 2011



    Le Baron Rouge, la Cigogne blanche. Les deux plus grands As ? les As des As ? de l'aviation de la Première Guerre mondiale. L'Allemand, le Français. L'aristocrate prussien, le fils d'un ouvrier forestier. Richthofen tué au combat en 1918, Fonck disparu en 1953. Le Baron Rouge encore célèbre dans le monde entier : films, livres, mémoriaux, cérémonies. René Fonck presque totalement oublié. Tout les oppose, tout les rapproche. Ce livre les fait revivre au quotidien. Avec leur personnalité, leurs idées, leurs stratégies, leurs combats, leur environnement humain, familial et guerrier, leur vie quotidienne, privée et publique. Pour Manfred von Richthofen, cette double biographie est une nouvelle approche car parallèle à celle de son alter ego français. Pour René Fonck, c'est la réparation d'une injustice, celle de l'ombre et de l'oubli.

  • Les super bonus du foot

    Renaud Lecadre

    • Presses de la cité
    • 12 Janvier 2012

    Dans un monde auquel l'argent a fait perdre la tête, le foot assure une bonne partie du spectacle. Pas une saison sans soupçon de matchs truqués, sans la révélation de transferts aux coûts astronomiques (plus de 90 millions d'euros pour Ronaldo, dernier record en date !), sans ouverture d'enquêtes judiciaires suivies de procès retentissants (le PSG, cette année). Or jusqu'ici, dans les prétoires, on n'a pas encore vu de joueurs ? Ces grands bénéficiaires d'une si efficace machine à fric, que l'on sait pourtant totalement réfractaires aux prélèvements sociaux comme à l'impôt. Les clubs, leurs dirigeants et les intermédiaires portent, pour l'instant, assez bien le chapeau, mais il faut dire qu'ils n'ont pas leurs pareils pour ficeler les super contrats offshore au profit des joueurs, inventer des primes défiscalisées ou pratiquer un lobbying parlementaire redoutablement efficace. Pendant six ans, Renaud Lecadre a enquêté. Il nous révèle le dessous des cartes, démêle, un à un, les fils des super bonus du foot et nous montre qu'il est peut-être temps de siffler un coup franc.

empty