Parascolaire

  • Que faire pour améliorer les conditions d'accueil, d'apprentissage et d'épanouissement de tous nos jeunes enfants?dès l'âge de 3 ans ? Quels liens renforcer ou construire entre la maternelle et les parents ? Et comment garantir une formation optimale à tous les professionnels qui y travaillent ? Bref, comment construire l'école maternelle de demain ? Dans ce livre issu des Assises de l'école maternelle, une dizaine d'experts de la petite enfance sont ici réunis autour de Boris Cyrulnik pour réfléchir, notamment, sur l'acquisition du langage, la mémoire, le rôle des émotions ou encore le sommeil. Boris Cyrulnik est neuropsychiatre. Il est l'auteur de nombreux ouvrages qui ont tous été des best-sellers dont, récemment, La nuit, j'écrirai des soleils. Avec Alain Bentolila, Ranka Bijeljac-Babic, Francis Eustache, Anne-Marie Fontaine, Valérie Grembi, Bérengère Guillery-Girard, Caroline Huron, Pierre Lemarquis, Lyliane Nemet-Pier, Agnès Pommier de Santi. 

  • « À nos enfants, nous devons apprendre que la langue n'est pas faite pour parler seulement à ceux que l'on aime, mais qu'elle est faite surtout pour parler à ceux que l'on n'aime pas. C'est en leur transmettant avec autant de bienveillance que d'exigence les vertus pacifiques du verbe que l'on peut espérer qu'ils en viennent aux mots plutôt qu'aux mains. » A. B. Un livre militant qui nous exhorte, toutes et tous, à jouer notre rôle dans ce combat pour la transmission d'une langue commune. Un livre lucide et inspiré qui nous parle de nous, de nos enfants, de demain. Professeur de linguistique à l'université Paris-Descartes, conseiller scientifique de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme, Alain Bentolila est l'auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité, parmi lesquels Tout sur l'école. Il a reçu le prix Essai France Télévisions pour cet ouvrage. 

  •  Et si le bilinguisme précoce, c'est-à-dire le fait d'acquérir deux langues, était un atout majeur pour le développement des capacités cognitives ? L'ambition de ce livre, qui s'appuie sur les études de plus en plus nombreuses menées sur le sujet dans le monde entier, est de faire découvrir les avantages du bilinguisme et de valoriser la richesse d'une double culture dès le plus jeune âge. L'école française hésite malheureusement encore sur l'importance à accorder au bilinguisme et à l'apprentissage simultané de plusieurs langues vivantes chez les très jeunes enfants. Comment faire évoluer les mentalités ? Le premier ouvrage en langue française sur les parcours langagier et cognitif de l'enfant bilingue de la naissance à 6 ans. Pour un public de parents et d'enseignants en attente de réponses afin d'accompagner avec succès le bilinguisme précoce. Ranka Bijeljac-Babic est psycholinguiste. Maître de conférences à l'université de Poitiers, elle est également membre du Laboratoire de psychologie de la perception de Paris-Descartes où elle mène des recherches sur les effets précoces du bilinguisme chez les nourrissons et, plus largement, sur le bilinguisme chez l'enfant. Elle est également vice-présidente de l'association CAFÉ bilingue, qui défend la diver­sité des langues dans les familles, à l'école et dans la sphère publique.

  • « Comment élever son enfant ? Comment faire avec cette sensation étrange que nos réactions issues de notre enfance, que l'éducation que nous avons reçue imprègnent nos choix éducatifs et influencent plus que nous ne l'imaginons notre attitude envers nos enfants ? Dans ce livre, j'ai voulu partager et faire partager à d'autres parents et à ceux qui vont le devenir tout ce que j'ai appris, tout ce que j'ai compris, à travers ma propre et difficile expérience. Un livre centré sur les parents, sur leur personnalité et leurs difficultés. Un livre de parent à parent, destiné à tous ceux qui, comme moi, ont l'impression de mal faire, ou qui doutent de leurs réactions ou de leurs capacités. Pour leur permettre de mettre au service de leur enfant toute l'énergie qu'ils perdent d'ordinaire en inquiétude et en culpabilité, et de découvrir, comme je l'ai fait depuis lors, qu'il n'y a pas besoin d'être un parent parfait pour faire oeuvre éducative et qu'il est bel et bien possible d'avoir des rapports heureux et respectueux avec ses enfants. » C. D.-W. Une réflexion utile et déculpabilisante pour rassurer les parents qui font de leur mieux pour être à la hauteur. Cécile David-Weill Cécile David-Weill est romancière, mère et grand-mère. Elle est l'auteur de Béguin, Femme de, Les Prétendants et de Chroniques de New York publiés chez Grasset. 

  • En France, le problème de la violence à l'école est tout sauf réglé. Faut-il avoir peur pour nos enfants ? Ne peut-on vraiment rien faire pour traiter et surtout prévenir ces violences en milieu scolaire ? Reposant sur une connaissance intime du terrain, s'inspirant d'innombrables études menées en Europe, en Amérique ou encore en Afrique, voici dix propositions pour lutter efficacement contre la violence à l'école. Dix propositions claires qui concernent aussi bien la protection des victimes, l'action des équipes éducatives, la formation des personnels ou le rôle décisif des parents. Dix propositions concrètes, sans souci du politiquement correct, mais validées par les meilleurs spécialistes mondiaux. Dix propositions pour éclairer, sans démagogie, le débat français et, plus que tout, permettre à nos enfants de continuer de profiter de l'école dans les meilleures conditions. Professeur à l'université Bordeaux-II, après avoir été éducateur et enseignant auprès de jeunes en grande difficulté, Éric Debarbieux a dirigé de nombreuses études sur la violence à l'école et la délinquance des mineurs tant en France qu'à l'étranger. Il est actuellement directeur de l'Observatoire international de la violence à l'école.

  • « Nous voulons que la maternelle soit une école à part entière, avec des objectifs, des missions et des fonctions parfaitement identifiés, avec des programmes clairement affichés, une formation exigeante et appropriée et un encadrement spécifique. « Pour mieux assurer son identité et sa pérennité, nous demandons que l'école maternelle soit inscrite dans le cadre de l'obligation scolaire, marquant ainsi une double volonté : celle des parents de scolariser leurs enfants dès trois ans révolus, celle de la République de préparer au mieux la réussite scolaire des élèves qui lui sont confiés. » (A. B.)Des propositions concrètes pour que l'école maternelle puisse être, pour tous nos enfants, l'école de toutes les chances. Alain Bentolila est professeur de linguistique à l'université Paris-V-Descartes. Il est notamment l'auteur de Tout sur l'école, Urgence école et du Verbe contre la barbarie,couronné par le prix France-Télévisions. Il est également le signataire de trois rapports très remarqués sur l'enseignement de la grammaire, l'enseignement du vocabulaire et enfin, plus récemment, l'enseignement en maternelle.

  • En France, les enfants peuvent entrer en maternelle dès l'âge de 2 ans. C'est le moment où ils acquièrent leur individualité, où ils se construisent physiquement et psychiquement. Ils organisent leurs relations avec leurs parents, puis avec le groupe et acquièrent le langage. Mais ce sont encore des « bébés » : ils ont besoin de sommeil, d'attention, de protection et d'affection. L'école d'aujourd'hui est-elle adaptée pour ces petits ? Quel est pour eux le meilleur mode d'accueil qui permet de respecter leurs besoins fondamentaux ? On sait que les étapes ultérieures du développement ne peuvent être réussies que si les précédentes se sont réalisées dans de bonnes conditions. Avant d'entrer à l'école, l'enfant doit acquérir sa sécurité interne. C'est une pièce essentielle du « droit à l'enfance ». Autour de Claire Brisset, ancienne défenseure des droits des enfants, de Bernard Golse, professeur de pédo-psychiatrie, et de Boris Cyrulnik, psychiatre, spécialiste de l'attachement, les meilleurs spécialistes de l'enfance sont réunis : les psychiatres Roger Misès et Geneviève Haag, le pédiatre Julien Cohen-Solal, le linguiste Alain Bentolila, Martine A. Pretceille, professeur des sciences de l'éducation, et Hubert Montagner, spécialisé dans les rythmes du très jeune enfant. Ils nous éclairent sur le développement de l'enfant et donnent leurs arguments pour convaincre que, dans la grande majorité des cas, la scolarisation précoce néglige les besoins fondamentaux des enfants.

  • ?Comment motiver mon enfant ? Que puis-je faire pour l'aider à devenir plus autonome ? Quelles compétences doit-il acquérir pour s'épanouir dans la société du tout-numérique ? En quoi Internet peut-il devenir un allié pédagogique ? La révolution numérique est un formidable atout pour la réussite scolaire. Pourtant, trop souvent encore, Internet est négligé par les adultes - parents ou enseignants -, qui le perçoivent d'abord comme une source de distraction. Bien au contraire, l'outil numérique peut constituer une réponse  efficace aux problèmes de motivation des élèves. Jean-Michel Fourgous plaide ici pour que cet outil soit mieux utilisé à l'école.  Il répond aux multiples questions que soulève cet usage. Inspirés par des expériences de terrain, des exemples sont donnés pour les élèves du primaire et du secondaire, ainsi que des conseils de spécialistes et d'enseignants pour aider chacun à réussir dans son travail, tant scolaire qu'extrascolaire. La réussite scolaire, personnelle et professionnelle des enfants est un vrai défi à relever, le numérique peut y contribuer. Jean-Michel Fourgous est député-maire d'Élancourt (Yvelines). Auteur du rapport parlementaire Réussir l'école numérique, il est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes du monde éducatif et de la sphère économique.   

  • « Lorsque j'ai obtenu mon diplôme de l'École des Mines, je ne savais rien faire de mes mains. Rien d'étonnant à cela : j'étais un pur produit de la pédagogie française. J'ai pris conscience qu'il serait utile d'apprendre aux élèves à mettre la main à la pâte : éduquer les futurs ingénieurs en leur inculquant d'abord les sciences par une approche expérimentale, les envoyer sur le terrain, leur faire enfiler le bleu de travail de l'ouvrier, leur faire partager les préoccupations du technicien, les associer aux problématiques de l'état-major, préparer des ingénieurs ingénieux. Je ne savais pas alors que Robert Germinet accorderait à mes opinions l'attention de quelqu'un qui avait longtemps réfléchi à ces questions. Il a introduit à l'École des Mines de Nantes l'apprentissage par l'action. Grâce à une série d'expérimentations réalisées par l'élève dans le secret de sa chambre, cette méthode sème la valeur de l'interrogation, le souci de l'observation, le sens de la créativité. » Georges CharpakRobert Germinet, docteur en physique, est directeur de l'École des Mines de Nantes et directeur régional de l'industrie, de la recherche et de l'environnement des Pays de la Loire.

  • Un événement intellectuel : l'auteur de L'Homme neuronal, brillant neurologue représentant du matérialisme, dialogue avec l'un des meilleurs mathématiciens contemporains, médaille Fields en 1982. Les objets mathématiques sont-ils réels ? Les mathématiques sont-elles un langage universel ? La science conduit-elle à une éthique ? La morale peut-elle reposer sur des fondements naturels, sur des principes universels comparables à ceux des mathématiques ?Jean-Pierre Changeux et Alain Connes sont tous deux professeurs au Collège de France.

  • Maîtriser la lecture

    Collectif

    Pourquoi continuer à enseigner la lecture aux enfants de plus de huit ans ? Parce que la reconnaissance des mots, même les plus fréquents, reste souvent fragile. Parce que la saisie du sens est encore problématique. Bref, parce que la compréhension de ce qui est lu reste approximative, lacunaire. Voici les propositions des meilleurs spécialistes et praticiens pour améliorer l'enseignement à cet égard. L'Observatoire national de la lecture a pour vocation d'étudier tous les champs de la lecture, notamment celui de l'apprentissage. Il réunit des chercheurs, des enseignants, des membres des corps d'inspection de l'Éducation nationale, ainsi que des représentants des parents d'élèves.

  • « Notre système éducatif fut et reste encore aujourd'hui l'un des meilleurs du monde. Mais il se heurte à des difficultés inédites, longtemps déniées par manque de courage ou par démagogie. Dès la fin de l'école primaire, trop d'enfants ne maîtrisent pas assez bien les compétences élémentaires en matière de lecture et d'écriture qui leur permettraient de réussir normalement au collège. Trop d'enseignants se plaignent à juste titre des incivilités, de la violence, de l'hétérogénéité des classes ou du manque de motivation de leurs élèves. Oserons-nous nous avouer les vraies raisons de ces difficultés qui, pour l'essentiel, ne viennent pas de l'école elle-même ? Que faire pour y porter remède ? Comment aider les enseignants à faire en sorte que leurs élèves réussissent mieux ? Depuis plusieurs mois maintenant, nous mettons en oeuvre, Claudie Haigneré, Xavier Darcos et moi, des réformes qui sont autant d'urgences. Elles sont l'affaire de tous. C'est donc aussi avec tous qu'il faut en débattre. » Luc Ferry

  • « Reconstruire Babel, c'est refuser la dispersion et l'enfermement, tisser solidement les fils d'un dialogue exigeant et lucide entre nos intelligences singulières, aussi différentes, aussi éloignées soient-elles. Reconstruire Babel, c'est transmettre une langue commune et forte pour que nos enfants, curieux de la différence et défiant la distance, puissent construire ensemble un monde un peu meilleur que celui que nous leur aurons laissé. Reconstruire Babel, c'est le défi que nous devons aujourd'hui relever. » A. B. Une analyse lucide de notre société ; des propositions pour que, à nouveau, nous puissions croire ensemble en un avenir commun. Professeur de linguistique à l'université Paris-Descartes, conseiller scientifique de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme, Alain Bentolila est l'auteur de plusieurs ouvrages qui sont de grands succès, parmi lesquels Tout sur l'école et Le Verbe contre la barbarie, qui a reçu le prix Essai France Télévisions.

empty