Les Carnets DDB

  • Au coeur du mystère du mal qui traverse notre monde, comment envisager la beauté ? Et, allant plus loin, comment la dévisager en vérité, sans fuite ni artifice ?À travers une méditation aux confins de l'Occident et de la grande tradition chinoise, François Cheng invite à cette authentique contemplation. Car par-delà la création artistique, la sainteté révèle la beauté de l'âme et se découvre l'autre mystère, celui du Beau qui justifie notre existence terrestre. Alors, nous ne pouvons entrer que pas à pas dans ce qui nous dépasse et nous transfigure. L'oeil ouvert et le coeur battant.
    Écrivain, membre de l'Académie française, François Cheng a publié notamment Le Dit de Tian-yi, Le Dialogue, À l'Orient de tout et Cinq méditations sur la beauté.

  • « Je suis venu dire un seul mot et ce mot je le dirai. Mais, si la mort devait m'en empêcher, alors il sera dit demain. Car demain ne laissera aucun secret dans le livre de l'Eternité. »
    Dans ces textes, Khalil Gibran nous propose une invitation à la méditation et à la réflexion. Le fil conducteur de ces poèmes, nouvelles, pièces de théâtre, maximes et manuscrits est l'amour, aux couleurs nuancées par les larmes et les sourires.Khalil Gibran livre ses réflexions sur l'art et la beauté, appelle à la renaissance du Moyen-Orient, parle de son amour pour Salma Karamé et pour l'humanité et chante l'essence du mysticisme.C'est toute l'âme de ce visionnaire « porteur de souffle » qui se découvre.
    Khalil Gibran (1883-1931) publie Le Prophète en 1923, qui connaît aussitôt un retentissement mondial et devient un classique de la pensée humaniste.

  • Le pouvoir exerce une fascination, parce qu'il engendre la puissance et peut opérer de vraies transformations. Qu'est-ce qu'avoir du pouvoir ? Qu'est-ce qui fonde le pouvoir qu'un homme peut exercer sur d'autres hommes ?Pour répondre à ces questions, Charles Pépin s'attarde sur le pouvoir de l'homme politique, du chef d'entreprise, d'un ami qui sait se faire écouter, du prêtre par rapport à ceux qui se confient à lui, du professeur dans sa classe... et même d'une oeuvre d'art.Une réponse s'impose alors dans chacun de ces cas : avoir du pouvoir, c'est être capable de le transmettre.
    Philosophe, journaliste et écrivain, Charles Pépin enseigne à la Maison d'éducation de la Légion d'honneur de Saint-Denis et à l'Institut d'Études politiques de Paris. Il a notamment publié La Joie (Allary, 2015, Folio, 2016) ; La Confiance en soi (Allary, 2018) et chez Dargaud, en collaboration avec Jul, La Planète des Sages et 50 nuances de Grecs.

  • L'Ennéagramme est un formidable outil de connaissance de soi et des autres. C'est à sa découverte et à sa pratique que Marielle Bradel convie son lecteur, en analysant les neuf types de personnalité qu'il regroupe.Chacun pourra y trouver une aide précieuse pour grandir, changer son regard sur soi et sur les autres, vivifier sa relation de couple et pacifier sa manière d'être avec son entourage.Emaillé d'exemples concrets et de témoignages, ce livre offre une initiation à un véritable art de vivre, où les différences ne sont plus vécues comme un obstacle à la relation mais comme une richesse.
    Relaxologue thérapeute, Marielle Bradel s'intéresse au développement personnel, à la communication entre les personnes et dans le couple. Après avoir expérimenté l'Ennéagramme dans sa vie personnelle, elle anime des sessions pour le faire découvrir. Ce livre en est le témoignage.

  • Ce livre rassemble les derniers textes de Krishnamurti et aborde les thèmes qui lui sont chers : les vertus du doute et la liberté de l'esprit, les rapports de la pensée et du temps, la méditation, l'intelligence de l'amour, l'écologie... En poète, en marcheur infatigable, il livre les réflexions apaisantes que lui inspire l'observation de la nature, qui prépare à ouvrir son esprit. Cette leçon de vie s'achève par une réflexion sur la mort. « La mort n'est pas une chose horrible, une chose à éviter, à différer, mais plutôt une compagne de chaque jour. De cette perception naît alors un sens extraordinaire de l'immensité. »
    Jiddu Krishnamurti, né à Madanapalle le 12 mai 1895 et décédé à Ojai le 17 février 1986, est un philosophe d'origine indienne.

  • Depuis la première édition de ce livre, en 2017, tout confirme et rend plus urgent son diagnostic.Car tous les maux de l'époque sont redoublés par le mal analysé ici, que la démocratie est la seule à affronter : la violence intérieure entre les humains. Avec ses formes précises: cynisme, racisme, ultralibéralisme.Que ce mal soit « chronique » ne veut pas dire qu'on ne peut rien faire, bien au contraire. Car s'il peut atteindre des pics mortels, il peut également connaître des progrès vitaux, avec les bons remèdes. On pourra ainsi répondre à tous les maux du moment.
    Frédéric Worms est professeur de philosophie à l'ENS et membre du Comité consultatif national d'éthique. Il est notamment l'auteur de Revivre (2012, Prix lycéen du livre de philosophie), et de Pour un humanisme vital (2019). En même temps que la présente réédition paraît un recueil de ses chroniques dans Libération : Sidération et résistance. Face à l'événement (2015-2020).

  • La personnalité si singulière de l'Auvergne fait d'elle un monde d'une austère et fascinante majesté. Avec des paysages dont on ne revient pas, elle cache un peuple que l'érosion des vieux volcans, l'ascèse des longs hivers et la proximité du monde animal prépare à d'étonnantes tendresses.À l'automne 2015, François Cassingena-Trévedy, depuis longtemps familier de cette région, a arpenté en solitaire le massif du Cézallier, entre Monts Dore et Cantal. Il nous livre ici le récit de sa marche, accompagnée des premières neiges et comme étoilée de chaleureuses rencontres. Il y a ici bien plus qu'un simple récit de randonnée : un hymne de l'univers, un hommage au monde paysan et une profession de foi en l'amitié des hommes.
    Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, moine bénédictin en l'abbaye de Ligugé près de Poitiers, François Cassingena-Trévedy est également écrivain. Il a reçu le Grand Prix catholique de littérature 2017 pour ce livre.

  • La paix est une science, un art, une culture. Et pour Maria Montessori, qui qualifiait sa pédagogie d'« éducation à la paix », elle s'apprend. Car ce qui se joue au niveau de la famille, de la classe, du quartier, se retrouve aussi dans les rapports entre les nations.En favorisant les potentiels de l'enfant, en lui apprenant l'autonomie, la coopération et le respect de l'autre, on contribue à bâtir le citoyen qu'il deviendra. Dans ces textes plus que jamais d'actualité, Maria Montessori souligne l'importance de construire dès l'enfance une culture de paix.
    Maria Montessori (1870-1952) fut l'une des premières femmes médecins d'Italie. Elle est mondialement connue pour la pédagogie qui porte son nom. Son oeuvre en français est éditée chez Desclée de Brouwer.

  • Paternité cachée, non-dits d'une guerre, d'un viol, drame que l'on a tu... Il existe des secrets qui font mal et provoquent des dégâts psychologiques, pesant de tout leur poids, de manière inconsciente, sur l'identité d'une personne.Barbara Couvert explique ici comment un secret de famille se construit, perdure et se transmet. Et comment il doit être dévoilé pour permettre à un traumatisme de se révéler, à une parole de se dire afin de sortir des « syndromes d'anniversaire » qui emprisonnent certains dans des drames à répétition.Un ouvrage très accessible, illustré par une multitude d'histoires authentiques et littéraires, pour entrer au coeur du secret de famille.
    Barbara Couvert est Gestalt-thérapeute et psycho-généalogiste.

  • Plus le monde menace de s'écrouler, plus il faut  abreuver les populations de promesses exorbitantes.  Tel est le rôle du transhumanisme,  qui prétend nous « augmenter », nous doter de  capacités faramineuses. Ces promesses sont autant de leurres, destinées à nous faire accepter  l'artificialisation croissante de nos vies.Se détourner ? Cela n'est pas si simple. Le  transhumanisme nous trompe parce qu'il joue  en nous sur des ressorts puissants. Se donner  une chance de désamorcer la fascination qu'il  exerce, et le malheur qu'il propage, réclame  de mettre au jour ce qui, dans nos façons de  vivre et nos modes de pensée, nous rend si  vulnérables à ses illusions.  Olivier Rey est chercheur au CNRS, membre de l'IHPST, et  enseigne la philosophie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a publié deux romans, dont Après la chute  (2014), et plusieurs essais, dont Itinéraire de l'égarement  (2003), Une folle solitude. Le fantasme de l'homme auto-construit  (2014),  Une question de taille (2014), Quand  le monde s'est fait nombre  (2018).  Leurre et malheur du  transhumanisme a reçu le prix Jacques Ellul 2019. 

  • Ce livre est à la fois sauvage et réfléchi. Sauvage parce qu'il exclut d'emblée les paix morbides, qui, sous couvert d'apprivoiser la mort, empoisonnent la vie. Il clame en premier lieu que nous ne sommes pas faits pour mourir.  Mais ce cri oblige à une méditation plus profonde. Nous devons mourir à notre désir de maîtrise.Ce consentement à la mort se nomme amour. Mourir à soi-même, c'est tuer ce qui, dans notre vie, est obsédé par la vie. Ces « petites morts », lues à partir de la pensée de Simone Weil, indiquent un chemin de dépossession et de plénitude. À l'heure où nous serons dessaisis de tout, c'est notre propre vie qui nous sera redonnée. Il faudra bien l'éternité pour prendre la mesure de cette étrange nouvelle.
    Martin Steffens est professeur de philosophie en khâgne, conférencier et chroniqueur. Il a publié de nombreux essais, parmi lesquels : Qui nous fera voir le bonheur (avec Christophe André), Rien que l'amour, Rien de ce qui est inhumain ne m'est étranger ; et récemment L'amour vrai, au seuil de l'autre et un Dictionnaire paradoxal de la philosophie.

  • Extraite des Frères Karamazov, la Légende du Grand Inquisiteur - précédée ici de la Révolte d'Ivan - constitue l'un des passages majeurs de l'oeuvre romanesque de Dostoïevski. À travers une mise en scène saisissante, elle oppose la douce figure du Christ de l'Évangile à celle de l'Inquisiteur médiéval, symbole d'un pouvoir absolu sur les corps et les âmes que l'écrivain russe ne cesse de dénoncer.Guerres, totalitarismes, intégrismes... cette parabole n'a pas fini de hanter la conscience moderne par sa force et son actualité. Comme le souligne Michel del Castillo dans sa présentation, elle « ne montre rien d'autre qu'un pari désespéré, proprement insensé, contre l'absurdité du monde, contre le mal, contre le réalisme froid des Églises, contre la tiédeur et le conformisme ».

  • « Penser, vivre, être présent au monde, c'est essayer d'écouter-voir ce qui monte du fond des temps, se laisser troubler par des songes venus d'ailleurs, d'infiniment plus loin que soi, et cependant nous concernant au plus intime. »En méditant sur les fêtes, en parcourant les saisons d'un hiver à un autre, de l'Avent à la Toussaint, en s'arrêtant aux bords des jours les plus ordinaires comme des plus irradiés de mystère, en traversant aussi quelques nuits, étoilées ou obscures - Sylvie Germain donne au poids du temps un relief inédit.
    Docteur en philosophie, Prix Femina en 1989, Prix des Libraires religieux 1997, Sylvie Germain est l'auteur de plus d'une trentaine d'ouvrages, parmi lesquels : Le Livre des nuits, Les Échos du silence et À la table des hommes. Son dernier roman, Le vent reprend ses tours, est paru chez Albin Michel en 2019.

  • Épreuveset espérances toujours vives, solitude tantôt recherchée, tantôt détestée,amour et compassion, souffle et urgence de la création : l'âme humaine - ses fragilitéset ses forces - est au coeur de l'oeuvre de Marie Noël. Choisis par ColetteNys-Mazure, les mots de la poète nous accompagnent chaque jour de l'année enune spiritualité rebelle et fulgurante. Ils éclairent notre chemin.
    Marie Noël a vécu une foi traverséede ténèbres et de lumière. Elle est connue par ses poèmes en forme de chansons(Les Chansons et les Heures) et son journal spirituel (Notes intimes).Poète, Colette Nys-Mazure, estaussi romancière, nouvelliste et essayiste (Célébrationdu quotidien).

  • Comment faire en sorte que l'éducation de l'enfant rejaillisse à sa manière sur le destin de toute l'humanité ? Toute sa vie, la grande pédagogue que fut Maria Montessori (1870-1952) a tenté de répondre à cette question.Dans cet ouvrage, elle insiste en particulier sur deux convictions fortes. Elle voit d'abord dans l'éducation le seul moyen de construire la paix entre les hommes. Elle explique ensuite combien, pour assurer la formation de l'homme de demain, il faut aider l'enfant à grandir comme être de liberté et de créativité, comme être ouvert à tous les possibles.Écrit en Inde et publié en pour la première fois en 1949, ce texte apparaît comme le testament spirituel de Maria Montessori et livre la clef de toute son oeuvre.
    Une des premières femmes médecins d'Italie, Maria Montessori est mondialement connue pour la pédagogie qui porte son nom. Son oeuvre en français est éditée chez Desclée de Brouwer.

  • On oublie vite. Est-ce que déjà ne s'efface pas, en moi, la trace de ces jours-là ?J'écrivais, sur mon lit, de petites notes. Ça me venait comme ça, comme une parole qui m'était dite en même temps que je la disais. C'était une parole de consolation. Peut-être touche-t-elle, en moi, en chacun, à des choses trop proches pour qu'on ait envie de discourir dessus. Pudeur oblige.Il ne reste qu'à dire simplement, sans rien ôter ni ajouter, sans réfléchir ni arranger.En peu de mots.
    Maurice Bellet (1923-2018) est l'auteur d'ouvrages bien connus qui ont contribué à renouveler le vocabulaire et la méthode de l'interrogation chrétienne : Le Dieu pervers, La Peur ou la foi, Naissance de Dieu. Il est également l'auteur de petits traités sur l'expérience chrétienne, comme La Force de vivre, La Voie et enfin L'Épreuve, écrit sur un lit d'hôpital.

  • Ce texte posthume, dont Nietzsche avoua l'importance dans son orientation vers la philosophie, fut dicté à l'un de ses amis en 1873. L'auteur de La Naissance de la tragédie y expose une conception du langage qui restera la même tout au long de son oeuvre.Il s'y attaque à la prétention philosophique d'élaborer un système comme une «pyramide de concepts ». Contre l'idée d'un discours entièrement rationnel, il fait valoir les droits de la métaphore, cette force instinctive qui produit des images, bien avant que l'homme ne songe à établir une rigueur théorique fondée sur les distinctions lexicales et les conventions morales.Le philologue est ainsi devenu philosophe, mais son style sera celui d'un « poète-prophète ».
    Présentation, traduction et commentaire de Marc de Launay.
    Marc de Launay est chercheur aux Archives Husserl de Paris (ENS-Ulm). Il a traduit des philosophes allemands (Kant, Schelling, Nietzsche, Husserl, Cohen, Rosenzweig, Scholem, Cassirer, Adorno, Habermas, Blumenberg) et vient de recevoir le Grand Prix Etienne Dolet. Il dirige l'édition des oeuvres de Nietzsche dans La Pléiade.

  • Les histoires que nous conte ici Idries Shah - qu'il nous donne à entendre et à vivre - illustrent les modes de pensée et d'action des sages soufis.Il s'agit de faire ressortir par-delà les apparences la réalité des êtres et des situations.Plus que toute autre caractéristique, la tendance à entretenir des idées arrêtées, à s'en tenir à des suppositions faciles, fait obstacle à la compréhension et, par là même, à la maturation psychologique et spirituelle. Idries Shah ne se contente pas de porter sur ce travers fondamental un regard grave et amusé, il offre encore une fois un remède, sous la forme d'un livre-exercice.Ces « contes » s'adressent à l'esprit intérieur. Ils sont interactifs, ouverts. Ils réveillent chez celui qui les lit ou les entend la faculté peu exercée de revenir toujours au point de départ, l'aptitude à percevoir ce qui est là. Ils dessinent un chemin.
    Idries Shah, d'origine afghane, est né en 1924 à Simla (Inde). Il est mort à Londres en 1996. Comme l'avaient fait en leur temps certains maîtres soufis, particulièrement Jalaludin Rumi et Bahaudin Naqshband, il a reformulé pour notre époque les enseignements traditionnels du soufisme.

  • La Pensée et le mouvant est le dernier livre publié par Bergson de son vivant, en 1934. Rassemblant des articles ou conférences (de 1903 à 1923) et introduit par deux essais alors inédits, ce volume constitue, selon son auteur, une « initiation à la vraie méthode philosophique » : celle qui permet de retourner vers la durée mouvante des concepts que le langage avait immobilisés.Cette édition présente et commente, pour la première fois de façon séparée, les deux parties de l'introduction, qui traitent de la philosophie de l'histoire et du rapport entre la métaphysique et la science, mais aussi des concepts d'intuition et de mysticisme. Elles constituent donc en soi une excellente entrée dans la pensée de Bergson.
    Caterina Zanfi est chargée de recherche au CNRS et présidente de la Société des amis de Bergson. Elle a publié, entre autres : Bergson, la tecnica, la guerra (2009) et Bergson et la philosophie allemande (2013). Elle a édité le tome VII des Annales bergsoniennes sur Bergson, l'Allemagne, la guerre de 1914 (2014).

  • Kalila et Dimna est un des cycles de contes les plus populaires au monde, de la Chine à l'Ethiopie, et l'une des inspirations de La Fontaine. Les premières compilations en sanskrit de ces fables animalières, également nommées « Fables de Bidpaï », ont près de deux mille ans.Ramsay Wood, après avoir publié un premier recueil de ces contes moralistes pleins de fougue et d'esprit, nous en propose une nouvelle sélection, encore inédite en français, et nous plonge dans les complots et les intrigues d'un royaume des animaux fort moderne, tout en finesse et en roublardise.
    Ecrivain, poète, journaliste et voyageur, Ramsay Wood vit à Londres. Passionné par l'héritage des traditions des contes populaires tout autour du globe, il les restitue avec toute leur vivacité et leur mordant.

  • Ce livre présente, pour la première fois en Occident, les sciences et les yogas internes de Kalachakra, traduits de l'original sanskrit, qui sont les bases de l'Ayurveda et de la médecine tibétaine.Transmis en Inde par le souverain de Shambhala, le Tantra de Kalachakra intègre les interdépendances du vivant à une méditation sur les destinées du monde, inspirant l'enseignement de la responsabilité universelle du Dalaï-lama. Tout vibre, tout est énergie et, comme dans l'entrelacement quantique, le coeur humain bat à l'unisson de l'univers. L'Éveil est à portée de nos souffles.
    Sofia Stril-Rever est diplômée d'Études indiennes et biographe du Dalaï-lama, autour duquel elle organise les séminaires Better We Better World. Au Jardin de la Paix, près de Paris, elle anime des formations en méditation, axées sur la transmission spirituelle de la médecine tibétaine.www.betterwebetterworld.org & www.menlaling.org

  • La conversation n'est pas qu'un passe-temps destiné à nous divertir : elle est une occasion d'entrelacer notre existence à celle des autres, en toute liberté et selon notre humeur.Mais comment la distinguer du dialogue ou de l'entretien ? La correspondance et la causerie ne sont-elles pas des formes plus achevées de la conversation ? Pouvons-nous converser avec Dieu, avec les poètes, entre amoureux ? Comment éloigner les goujats, les fâcheux, qui n'ont rien à attendre de nous, les ironistes aussi, à la froideur dérangeante ?Dans cette satire joyeuse, la conversation n'est plus considérée comme l'apanage des nantis. Chacun de nous peut y participer. Nous découvrons alors notre capacité à plaire et à savoir écouter.
    Pierre Sansot (1928-2005) a enseigné la philosophie et l'anthropologie aux universités de Grenoble et Montpellier. Il a notamment publié : Poétique de la ville, Le Rugby est une fête ou Du bon usage de la lenteur.

  • Entre le jour de Noël et l'Épiphanie, fête des Rois mages, s'étendent les Douze petits mois: douze jours différents des autres, douze nuits de clarté et de neige.De ce moment d'hiver, Marie Rouanet fait un temps privilégié, celui du dépouillement nécessaire.Renonçant chaque jour à un objet, de ceux qui tissent son univers quotidien, à un symbole, et même à certains souvenirs, elle apprend à s'alléger du poids des choses pour retrouver une sorte d'essentiel, à se séparer pour naître davantage.Marie Rouanet propose un véritable petit traité du dépouillement, une variation profonde et belle sur le thème du détachement.
    Écrivain, auteur de films et interprète de chansons en langue d'oc, Marie Rouanet a notamment publié La Marche lente des glaciers, L'Ordinaire de Dieu et Luxueuse austérité.

  • Bien avant le langage, c'est avec ses tensions et ses détentes, ses pleurs et ses sourires que le bébé manifeste sa vie affective à son entourage. L'adulte en appui sur son histoire personnelle, sur ses ressentis et ses fantasmes répond à ces manifestations toniques et émotionnelles.Grâce à ces échanges précoces, à partir d'une même matrice, le corporel et le psychisme de l'enfant se différencient et créent un ensemble de liens psychomoteurs qui le personnalisent.L'organisation tonique et motrice du nouveau-né apparaît donc au premier plan du travail de recherche de Suzanne Robert-Ouvray, qui propose ici une véritable théorie interdisciplinaire de la psychomotricité. L'auteur répond ainsi dans cet essai à de nombreuses questions sur la nature des liens psychomoteurs et ouvre également des perspectives nouvelles au niveau psychopathologique.
    Docteur en psychologie clinique et psychothérapeute d'enfants, Suzanne Robert-Ouvray enseigne la psychomotricité à la Faculté de Médecine Pitié-Salpétrière. Elle est l'auteur d'ouvrages concernant la vie affective de l'enfant, notamment L'enfant tonique et sa mère, Enfant abusé, enfant médusé et Mal élevé.

empty