Sciences humaines & sociales

  • Femmes et république Nouv.

    Femmes et République livre un récit passionnant sur la place des femmes dans la République en France depuis la Révolution française. Comment ont-elles pris part à la vie politique et sociale ? Comment ces citoyennes sans citoyenneté se sont-elles inscrites dans la longue marche vers la reconnaissance de leurs droits civils et politiques ? Quels ont été les combats et qui les a menés ?
    Trois grands axes rythment la réflexion des auteures, historiennes et politologues : l'histoire de la conquête des droits républicains, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges à l'obtention du droit de vote en 1944 ; l'affirmation après-guerre des femmes sur la scène politique, jusqu'à la quête d'un exercice paritaire du pouvoir ; les représentations et l'imagerie dans l'art politique, dont Marianne est le symbole le plus connu.
    Cette composition richement illustrée donne la parole aux militantes, aux femmes politiques et d'influence, à travers des portraits et des discours marquants qui ont émaillé leurs conquêtes, de Maria Deraismes ou Jeanne Deroin à Christiane Taubira, en passant par George Sand, Cécile Brunschvicg ou Simone Veil.
    Plus de 200 photographies font la part belle aux oeuvres des graveurs sous la Révolution, des peintres, des illustrateurs et caricaturistes du XIXe siècle, des photographes et des street-artistes contemporains.
    « Entre la République et les femmes, il y a une alliance objective : faire que les "droits de l'homme" deviennent ceux de tous les êtres humains. [...] L'ouvrage dessine une fresque qui devrait intéresser un vaste lectorat, intrigué par le silence de la République sur les femmes. Un beau livre à mettre entre toutes les mains. » Michelle Perrot

  • Justice et esclavages Nouv.

    La France s'est, comme plusieurs puissances frontalières, engagée dans la voie de la traite transatlantique et indienne destinée à pourvoir en esclaves ses colonies de cultures. En 1848, et avec l'avènement de la Seconde République la France abolit l'esclavage légal. 170 ans plus tard, les stigmates de cette histoire persistent et l'esclavage existe toujours. Cet ouvrage propose une vue rétrospective de ce que fut la réalité de l'esclavage colonial ainsi que le long combat pour la reconnaissance des droits, tout en soulignant la place de l'Affaire Furcy dans la mémoire post-coloniale ayant entrainé son abolition. Enfin, les auteurs analysent la question des réparations, la fonction mémorielle des récits d'esclaves en justice et le droit des réparations liées à l'esclavage colonial.

  • Revue questions internationales ; défis mondiaux : l'insécurité collective Nouv.

    Quelles réponses collectives aux nouveaux défis mondiaux du XXIe siècle ?
    Au moment où les défis globaux sont plus prégnants, en matière de climat et plus largement d'environnement, de santé publique, de maîtrise des armements et de non-prolifération, d'échanges économiques, de problèmes migratoires, les réponses collectives semblent aujourd'hui lacunaires ou insuffisantes.
    L'organisation multilatérale de la société internationale a cependant marqué le XXe siècle, en particulier après 1945. Une vingtaine de grands traités, le plus connu étant la Charte des Nations Unies, assurent la cohésion et le fonctionnement régulier des institutions et des normes internationales.

    Ce système doit désormais relever deux défis principaux. Le premier est celui de l'efficacité : de moins en moins nombreux, les traités multilatéraux se cantonnent souvent à des engagements purement déclaratoires (la COP 21 en est un exemple), d'autres semblent en panne, comme le système de l'OMC. Le second défi est celui de l'unilatéralisme des grandes puissances, certaines refusant de participer aux traités multilatéraux ou aux juridictions à vocation universelle, voire les combattant ouvertement - comme le Statut de Rome et la Cour pénale internationale pour les États-Unis.

  • Rêvée depuis la nuit des temps, imaginée avant l'informatique, nommée dans les années 50 (du 20ème siècle), l'Intelligence Artificielle a traversé des moments difficiles depuis mais connaît ces dernières années une expansion grâce à l'augmentation des performances des ordinateurs et surtout les masses de données générées par une civilisation de plus en plus numérisée. Cette omniprésence de l'IA est la promesse de jours meilleurs pour certains mais le début de la fin de l'humanité pour d'autres. En adoptant, dans les deux parties de ce livre, ces points de vue diamétralement opposés, les auteurs ont cherché à présenter les multiples facettes de cette technologie et ses conséquences sur nos vies, notre relation au travail mais aussi nos choix de société et notre environnement. Qui, des prophètes de malheur ou des technophiles heureux, a raison ? Chacun pourra se faire une opinion, peut-être grise, à la lecture du livre blanc et du livre noir de l'IA. Ce n'est qu'en connaissant les bons et les mauvais côtés de sa créature que l'humanité pourra la maîtriser.

  • Rédigé dans un style clair et didactique par deux universitaires, ce livre s'adresse aux lecteurs curieux de l'actualité et de la politique internationale. Il traite des aspects historiques, juridiques, économiques et politiques essentiels à la bonne compréhension du système international. Sont également abordés les grands thèmes au coeur de l'actualité internationale tels que les acteurs illégaux, la cyber-menace ou encore la protection internationale de l'environnement. Pour aller plus loin, chaque chapitre se clôt sur des approfondissements consacrés à des sujets saillants du débat international (choc des civilisations, réforme du conseil de sécurité des Nations Unies etc.).

  • En s'appuyant sur les résultats des municipales et les données exclusives du Cevipof (Centre de recherches sur la vie politique en France de Sciences Po Paris), l'auteur souligne le double mouvement contradictoire que subissent les maires, à la fois de hiérarchisation accrue des collectivités locales (communes et structures intercommunales, départements, régions) et de demande de proximité de la part de leurs administrés. Il revient sur la construction historique de la figure du maire, sur les logiques politiques des élections municipales (nationalisation des questions en débat), sur le profil sociologique des maires, sur la relation des Français à leurs maires (confiance et démocratie locale) et sur les raisons profondes de la crise."

  • L'objectif de ce livre est de décrire les réalités de ce système afin de les rendre plus accessibles et plus compréhensibles pour le simple citoyen ainsi que de revenir sur les critiques que ce système suscite et qui mériteraient des débats politiques plus approfondis.
    La première partie vise, d'une part, à clarifier la répartition des compétences entre l'Union européenne et ses États membres, d'autre part, à préciser la diversité et la nature des décisions prises par les instances européennes.
    La deuxième partie traite des pressions auxquelles ce système est soumis en raison du développement exponentiel du lobbying privé et de l'émergence des stratégies et des pratiques d'influence publique.
    La troisième partie analyse les quatre grands acteurs du nouveau carré institutionnel européen.
    La quatrième partie est consacrée aux procédures de décision, à leur exécution et à leur contrôle.

  • Depuis de longues décennies, le Moyen-Orient est en proie aux conflits, aux tensions et aux divisions. Des religions vouées à la paix et à l'amour s'y transforment en doctrines de haine et de guerre. Des sources immenses de richesse, notamment pétrolière, y coexistent avec la pauvreté de la grande majorité des populations. Nulle part au monde, on ne trouve dans un espace aussi réduit tant de rivalités et de violence portant sur la maîtrise de territoires (Irak, Syrie, Yémen, Palestine...). Récurrence des affrontements, stagnation économique, absence de démocratie, inertie politique, interventions extérieures multiples et non coordonnées..., le numéro 103-104 de Questions internationales dresse un panorama complet de cette région conflictuelle.

  • La cour des comptes au palais d'Orsay ; chronique d'un drame de pierre Nouv.

    Entre 1842 et 1871, c'est-à-dire jusqu'à l'incendie du bâtiment lors de la Commune de Paris, la cour des comptes, aux côtés du Conseil d'État, a siégé au Palais d'Orsay. L'édifice se trouvait à l'emplacement de l'actuel musée d'Orsay. Le Palais fut incendié comme d'autres symboles de l'État. Mais, contrairement à l'Hôtel de Ville, au Louvre, au Palais de Justice et l'hôtel de Salm, il ne fut pas reconstruit. La République vendit le terrain et les ruines à la compagnie des chemins de fer d'Orléans et ainsi fut édifiée la gare d'Orsay. La Cour des comptes, quant à elle, fut réinstallée dans les vestiges d'un ancien couvent de la rue Cambon.

  • Profondément ancrées dans les moeurs politiques américaines, les primaires ne se sont imposées que très récemment en France, où elles ont fait l'objet d'une forte médiatisation en 2011, 2016 et 2017, à l'occasion des présidentielles. Louées au départ comme un outil de modernisation d'une démocratie représentative en crise, elles sont aujourd'hui sévèrement jugées par d'autres, qui fustigent notamment l'exacerbation des rivalités entre candidats d'une même formation et les dissensions intrapartisanes auxquelles elles donnent souvent lieu. Pourquoi se sont-elles substituées aux modes traditionnels de désignation des candidats dans de nombreux pays du monde ? Quel est le profil sociologique des participants à ce type de consultation ? Quelle est l'efficacité électorale des primaires ? Ont-elles un avenir ? L'auteur, professeur de science politique, examine de façon claire et compréhensible toutes ces questions en faisant de nombreuses comparaisons internationales.

  • L'évolution des modes de vie, le progrès technique et numérique contribuent à modifier considérablement les comportements en matière de consommation au cours des dernières décennies. Ces changements engendrent une diversification de nouveaux modes de consommation : vente directe, e-commerce, consommation collaborative ou circulaire... Comment les politiques publiques accompagnent-elles cette transformation ? La consommation est-elle en train de devenir plus responsable et équitable ?
    Les autres rubriques traitent de la fraude aux prélèvements obligatoires, du nombre de fonctionnaires et France et du projet de bibliothèque numérique Gallica.

  • La campagne du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni ou celle de la présidentielle américaine de 2016 (conclue par l'élection de Donald Trump) ont été marquées par l'importance centrale des réseaux sociaux et l'émergence de ce qu'on appelle désormais les fake news. À bien des égards, le discours politique, public, médiatique d'aujourd'hui semble être entré dans une nouvelle ère, celle de la post-vérité, où la distorsion des faits, les manipulations et les approximations à des fins malveillantes apparaissent monnaie courante. Parallèlement, médias et journalisme traditionnels font l'objet de violentes attaques. Alors qu'une loi destinée à lutter contre la production et la propagation de ces nouveaux facteurs de « malinformation » est en préparation, cet ouvrage adresse au grand public une synthèse informée sur la question : quels risques les fakenews font-elles vraiment courir à la démocratie, en France comme ailleurs ? Est-il possible de les contrôler ? Quelles évolutions législatives sont envisageables?

  • Brexit, crise migratoire, montée des populismes... que devient l'Union européenne à la veille des élections de juin 2019 qui enverront de nouveaux députés au Parlement européen ? Dans une nouvelle édition mise à jour et augmentée, cet ouvrage présente à la fois les mécanismes du fonctionnement de l'Union européenne, ses moyens d'action et les défis auxquels elle est confrontée. Sa présentation sous forme de questions-réponses fait de cet ouvrage un outil de travail utile notamment pour bien se préparer aux concours et examens.

  • Cet ouvrage dresse le portrait de la justice civile, pénale et administrative à la lumière de ces changements. Il est organisé autour de quatre thèmes : la définition de la notion de justice et de ses principes, le fonctionnement de la justice, les gens de justice, la justice internationale.

    Sa présentation sous forme de questions-réponses et d'encadrés, fait de cet ouvrage un outil de travail utile notamment pour bien se préparer aux concours et examens.

  • À la suite du Brexit et à l'heure du plan de relance européen, quel bilan dresser des changements à la tête des institutions et de l'administration de l'Union européenne au cours de la mandature 2014-2019 ? Cet ouvrage analyse les membres, les conseillers et l'ensemble de l'encadrement supérieur et dirigeant de la Commission Juncker, du Parlement européen sous la législature 2014-2019, du Conseil européen présidé par Donald Tusk, de la Banque centrale européenne de Mario Draghi, du Service européen pour l'action extérieure de Federica Mogherini mais aussi, à Luxembourg, des Cours de justice et des comptes, et d'organes moins connus comme l'Office européen de sélection du personnel ou l'École européenne d'administration.
    Au sein de la polyarchie européenne, la question classique de la science politique « qui gouverne ? » est envisagée ici selon trois acceptions : Quels lieux - institutionnels et administratifs - pèsent davantage dans le rééquilibrage des pouvoirs depuis 2014 ? Au sein de ceux-ci, quelles fonctions et positions sortent renforcées ? Qui occupe ces positions et quels sont leurs dispositions (profils, appartenance nationale et parcours) ?
    Ce hors-série de la RFAP traite, par ailleurs, des transformations de la fonction publique européenne ainsi que de la place qu'occupe les Français au sein des institutions européennes. Non exclusivement centré sur les capitales de l'Union (Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg et Francfort), il aborde ceux qui, de François Hollande à Emmanuel Macron, conduisent et gèrent les affaires européennes en France (Paris-Bruxelles) et, depuis Londres, les acteurs du Brexit.
    Il s'interroge en conclusion sur le départ des Britanniques des institutions européennes et sur la composition des nouvelles équipes dirigeantes de l'Union européenne : Ursula von der Leyen, Charles Michel, Josep Borrell et Christine Lagarde.
    Michel MANGENOT est directeur de l'Institut d'études européennes de l'université Paris VIII, professeur de science politique, membre du Centre de recherches sociologiques et p olitiques de Paris (CRESPPA-LabToP, UMR CNRS 7217) et secrétaire général de l'Association française de science politique (AFSP).

  • Lors de sa création, en 1933, l'armée de l'air française prend place aux côtés de l'armée de terre et de la marine nationale. Elle constitue donc la plus jeune des trois armées et a dû se constituer une identité pour affirmer sa place au sein du système militaire français, développer un esprit d'entreprise et créer une culture commune aux aviateurs. Cette identité s'est formée dès les débuts de l'aéronautique militaire à partir de traditions venues d'unités de l'armée de terre et de la marine nationale puis s'est enrichie de la lutte des aviateurs lors de la seconde guerre mondiale et des conflits coloniaux mais aussi des combats institutionnels qui marquent l'histoire militaire française.

  • La question de la démocratie représentative a pris une ampleur sans précédent en France alors même que l'on va célébrer le soixantième anniversaire de la Ve République. Les élections de 2017 se sont déroulées dans le cadre d'une crise historique de confiance entre les Français et leur personnel politique. Les propositions de réforme constitutionnelle se sont multipliées. Comment expliquer cette crise de confiance ? Comment renouer le lien politique avec des citoyens plus autonomes ? En quoi la situation française est-elle différente des autres démocraties européennes ? En quoi la démocratie directe ou la démocratie participative sont-elles des perspectives d'avenir ? Comment concevoir de manière réaliste une amélioration de la vie démocratique ? Telles sont les questions abordées dans cet ouvrage.

  • Entré dans l'armée de l'air à la fin des années 1920, il est notamment en poste en Allemagne et assiste à la montée en puissance de la Luftwaffe grâce à ses liens privilégiés avec Gring. Après avoir combattu lors de la campagne de France en 1940, il sert un temps le régime de Vichy, avant de reprendre le combat aux côtés des Alliés. Après la guerre, il alterne les responsabilités en états-majors le plus souvent au sein de l'OTAN les affectations dans des représentations diplomatiques et les postes en cabinet ministériel. Il suit ainsi de près les questions de défense européenne et celles relatives à l'Alliance atlantique avant d'être nommé chef d'état-major de l'armée de l'air en 1960. Après avoir quitté l'armée en 1963, Paul Stehlin entame une carrière dans l'industrie puis se lance, en 1968, avec fracas en politique en s'opposant aux choix de défense du général de Gaulle. En 1974, une note qu'il rédige à l'intention du président Giscard d'Estaing enflamme le monde politique français et donne naissance au « scandale Stehlin ». Abandonné par la majorité de ses soutiens politiques, le général doit démissionner.

  • À partir d'une sélection de textes de références, cet ouvrage propose un parcours à travers les politiques de l'éducation menées depuis le début du XIXe siècle en France.
    Les textes sont introduits par une présentation qui éclaire leur nouveauté, leur portée ou au contraire, leurs limites. Au fil de plus de cent textes majeurs, connus ou plus rares (lois, circulaires, mais aussi discours, mémoires, etc.), introduits et commentés, le lecteur est invité à parcourir plus de deux cents ans d'histoire de l'École, des décrets fondateurs du Premier Empire aux récents aménagements des rythmes scolaires.

  • Le paysage politique est en recomposition. La social-démocratie recule dans de nombreux pays. En France, une nouvelle force politique a balayé les traditionnels partis de droite et de gauche aux dernières élections. Jusqu'où ira cette mutation ? L'ancien clivage gauche-droite est-il dépassé ou sortira-t-il sous une forme nouvelle ? Quelle est l'influence de cette évolution sur les extrêmes ?

  • Près d'un an après l'élection du président Obama pour un second mandat, où en sont les États-Unis ? À première vue, leur situation n'est guère florissante, mais les États-Unis conservent de multiples atouts et la volonté de s'en servir. Ils demeurent la première puissance mondiale et entendent le rester. Alors, repli conjoncturel ou déclin durable ? Les différents articles de ce dossier - qui analysent la situation intérieure et la politique étrangère de ces dernières années - montrent une situation plus complexe qu'il ne paraît au premier abord.

  • Les questions de sécurité publique sont au coeur de l´actualité française.
    En témoignent les lois d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (dites LOPSI 1 et LOPPSI 2), le débat autour du fichier central d´identité biométrique ou encore celui sur la vidéosurveillance et les violences urbaines avec l´exemple anglais.
    Quels sont les enjeux et les réalités de la sécurité en France ?
    Pour sortir du brouhaha médiatique, « Entrez dans l´actu » vous l´éventail des informations en mesure de vous éclairer objectivement.

  • La mort est-elle un droit ? Et le moment est-il venu d'ouvrir un droit à mourir ? L'objet de cet ouvrage est de donner quelques clés pour comprendre les principaux enjeux qui sous-tendent la controverse afin que chacun puisse se situer en toute liberté à l'égard des deux principales positions en présence. Depuis les années 1970, trois étapes majeures se sont succédé : l'avènement de la réanimation médicale, (au risque de "l'acharnement thérapeutique"), le traitement médicamenteux de la douleur (au risque "d'amoindrir les capacités de résister à la mort") et, troisième facteur venu alimenter dernièrement le débat, une revendication sociétale du "droit à mourir" au nom du respect dû aux convictions personnelles. Les dernières lois (Claeys-Leonetti) ont cherché des points d'équilibre entre ces différentes positions. Un consensus est-il enfin possible ? Qu'ont choisi les autres pays ? Pour répondre à ces questions, "Place au débat" vous propose l'analyse d'un médecin, directrice du centre d'éthique clinique et présidente du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie.


  • Préambule par Jean-Clément Martin
    Chapitre 1 - La Révolution par Jean-Clément Martin
    Chapitre 2 - Les Bonaparte. Regards sur la France impériale par Jacques-Olivier Boudon
    Chapitre 3 - La France sous la IIIe. La République à l'épreuve par Arnaud-Dominique Houte

empty