FeniXX réédition numérique (Presses de la cité)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • CONVOI 42 » est l'histoire d'un groupe de soldats de Diên Biên Phu, capturés le 7 mai 1954, rassemblés en brousse avant d'entreprendre la longue marche qui les mènera, 700 kilomètres au nord, dans le camp « de rééducation par le travail et le repentir ». Il y a « Jo » Allenic, le saint ; Mallier, fragile et dévoué ; Phongue, l'Eurasien fidèle ; Margoz, le légionnaire vaguement anarchiste ; Azam, le gendarme solide ; Norris, l'irréductible. Et les autres, uniquement préoccupés de survivre, lâches ou courageux, la plupart terrorisés à l'idée de la mort. Mais la mort est à la fête. Sur les 400 prisonniers que comporte à son départ le « Convoi 42 », 83 vont disparaître au cours de la longue marche. 250 reposent, à jamais, dans les fondrières de l'effroyable camp « 42 ». Moins de 70 recouvreront la liberté. Quelques témoignages ont été déjà publiés sur les « Camps de l'enfer vert ». Peu d'entre eux ont rendu compte de l'essentiel : la lente dégradation des corps, mais surtout cette transformation morale où la haine des autres, le mépris de soi-même sont autant d'étapes vers le désespoir absolu. Un point de non-retour dont on ne guérit jamais tout à fait. « Jusqu'où peut-on accepter la déchéance pour survivre ? » demandait « Jo ». Lui seul connaît la réponse. On n'invente pas l'horreur ; dans « CONVOI 42 », tout est vrai. Sauf les noms ; les survivants les reconnaîtront. C'est à eux qu'Erwan Bergot a voulu dédier ce récit.

  • Un roman de foi, de courage et de fraternité. Un hommage rendu à un sous-officier cambodgien qui, pour être resté fidèle, est mort sous la pioche des Khmers rouges, ses frères.

  • Cook hurle dans la radio : Attention derrière ! Messerschmitt à six heures ! Mais, ni Peter ni Michael ne semblent l'entendre. Ils continuent à foncer imperturbablement sur les Stukas. Juillet 1940, la Bataille de France vient d'être perdue, et les forces allemandes occupent la majeure partie de l'Europe occidentale. Pour que la victoire du Reich soit complète, un seul bastion reste à réduire, l'Angleterre qui refuse de capituler. C'est par la voie des airs que le premier assaut sera lancé, préludant, en principe, à un débarquement. Dès les premiers jours du mois de juillet, la Luftwaffe, usant de son écrasante supériorité numérique, part à l'attaque des îles Britanniques, s'efforçant, à la fois de détruire les installations vitales du pays, et d'éliminer la Royal Air Force. Mais celle-ci, à force d'obstination et d'héroïsme, résiste à tous les assauts. Soutenue par toute une population, elle tiendra jusqu'au bout, elle tiendra cent vingt jours de bombardements terrifiants et de combats incessants. Et le miracle se produit, qui va changer radicalement le cours de la Deuxième Guerre mondiale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La 8e compagnie du capitaine Ralph Dewey, appartenant à la 1re armée américaine, est stationnée dans l'épaisse forêt ardennaise. Le premier lieutenant Wildbaker, aux allures aristocrates, le sergent tankiste Blumfeld, le polono-américain Radomsko, le noir Lafleur et le caporal O'Connor, géant irlandais au goût prononcé pour le whisky, s'ennuient. Chacun rêve d'aller fêter Noël aux U.S.A. Leur secteur est calme. Trop calme. Thierry Liotard, correspondant de guerre, envoyé couvrir le front américain des Ardennes, pense, lui aussi, qu'il perd son temps. Il regrette son amie Vic, rencontrée à la Libération de Paris, et le climat des bars parisiens à la mode. Dans le bureau d'Otto Skorzeny, l'Oberleutnant Metzler écoute attentivement les dernières instructions concernant sa mission : saboter les arrières des lignes ennemies en s'infiltrant, accompagné d'un petit groupe de commandos revêtus de l'uniforme américain. Brusquement, dans la nuit du 15 au 16 décembre 1944, à 5 h 30 du matin, un grondement formidable ébranle le sol : des Panzers, suivis de fantassins, surgissent de la forêt. La bataille des Ardennes vient de commencer. Sans relâche, durant des jours, au-delà des limites humaines, la 8e compagnie du capitaine Dewey va se battre. Pour la première fois de sa carrière, au coude à coude avec ces hommes pittoresques et braves, Thierry est contraint de participer au combat. Il est confronté avec la mort. Il découvre la peur, le danger de chaque seconde, le courage du soldat, l'exaltation de la bataille. Le rendez-vous à Bastogne fait de lui un homme conscient du prix de la vie, de ses responsabilités et de son amour profond pour Vic. Une grande fresque d'une époque terrible et passionnée.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Stelle vient d'une lointaine planète, à la recherche de cet amour terrestre dont elle ignore tout. Elle le découvrira, mais repartira dans son paradis galactique en laissant derrière elle un grand besoin de merveilleux.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un tueur fou, un violeur fou, une armada de jolies jeunes femmes folles... de leur corps, de folles orgies et, dans ce tourbillon frénétique, un « commando spécial » de la Police des moeurs entraîné dans une valse macabre et insensée. Familiers de ce monde secret des passions inavouables, des pulsions les plus perverses, où règne la folie du sexe, Griffon, Sophie Leclerc, Gribovitch et Savary n'ont pourtant jamais eu à résoudre une affaire aussi inextricable qui, d'Irlande en Côte-d'Ivoire, va les entraîner dans un monde fou, fou, fou. Une équipe très spéciale pour cas très spéciaux. C'est le nouveau commando de "Police des moeurs", un service autonome, capable de mener la vie dure aux criminels du vice grâce à son action discrète et rapide. À sa tête, un policier peu orthodoxe mais d'une efficacité redoutable, le commissaire principal Pierre Griffon. Sous ses ordres, un jeune inspecteur qui trompe son monde parce qu'il n'a pas la tête de l'emploi, Lionel Savary ; un bricoleur de génie doté d'une mémoire d'ordinateur, Alex Gribovitch ; et l'inspecteur de charme, Sophie Leclerc, qui manie aussi bien le sourire que le pistolet.

  • On a bien besoin de l'aide des anges, lorsqu'on s'appelle Pierre Griffon, que l'on est commissaire principal, que l'on dirige un « commando spécial » réduit à sa plus simple expression, et que l'on traque un caïd de la prostitution qui a « passé la ligne » : riche, arrivé, connu, protégé et fréquentant le Tout-Paris, mais commandant à distance des meurtres horribles. Alors, on utilise les seules armes qui vous restent : la tête et l'astuce. Et à travers une pègre pittoresque : caïds, petits souteneurs, avocats marrons, filles faciles ou folles de leur corps, on va monter, dans le Paris de la nuit et du vice, une machination retorse et imparable. Et quand on commence à ramasser les cadavres à la pelle, le Milieu s'inquiète et l'on est bien près de la « solution finale ».

  • Il était apparu un jour en Asie, venant de nulle part et, derrière les multiples identités qu'il empruntait, chacun avait oublié son véritable nom. Par dérision, plus que pour brouiller les pistes par un surnom passe-partout, il se faisait appeler Johnny. Il était beau, intelligent, décidé et, à sa manière, courageux, mais d'une beauté, d'une intelligence et d'un courage maléfiques. Pour être lui-même et vivre, il volait. Séduisait. Et tuait. Elle était arrivée un jour en Thaïlande, douce, fraîche, réservée, pudique même. Sa famille, en France, était une « grande famille ». Mais elle avait croisé la route de Johnny et, en un regard, il en avait fait sa chose, son esclave, sa complice. D'un coup, elle avait tout renié, tout quitté et s'était volatilisée, sans laisser derrière elle la moindre trace. Le « Commando spécial » du commissaire Griffon et surtout Lionel Savary, son « voltigeur de pointe », sera chargé de la tâche impossible : retrouver, au milieu des multitudes de l'Asie, cette proie trop consentante et tenter de la sauver contre elle-même, malgré les drogués, les homos, les escrocs et les tueurs. Cela dans une contrée où, à chaque pas, le rêve côtoie le pire des cauchemars.

  • Consuelo s'est juré de lutter contre la corruption qui ravage la Colombie. Pour cela, elle affrontera les périls, les lâchetés, les bassesses, les haines et les jalousies. Pour seules armes, sa volonté, son courage, son extraordinaire beauté, et l'amour fou de Gaël. Mais cet amour même est menacé. Et quand elle s'adresse à la foule frémissante qui oscille à ses pieds, ses premiers mots sont : "Amigos, on veut tuer l'homme que j'aime."

  • "Elle portera malheur à ce bateau". Marianne frémit sous la malédiction de l'homme en noir et, par deux fois, en vérité, le beau yacht bleu et blanc manquera de sombrer. Par deux fois aussi, l'homme que Marianne aimait plus que sa propre vie, crut mourir. Passion contre sortilège, amour et déraison, la lumière du soleil de cinq heures doit vaincre d'étranges ténèbres pour triompher.

  • Se dissimulant dans la foule bigarrée, Paul Bontemps couvait du coin de l'oeil la jeune marchande. Elle seule avait osé défier la loi de la Cité Interdite pour aider le policier français. Soudain, un hurlement déchira l'air. Le caïd des Anti-gangs se rua. Trop tard, la Chinoise s'effondrait déjà, son corps fendu en deux. Du nombril jusqu'à la gorge... La Cité Interdite l'avait voulu ainsi.

  • Une jeune femme dans la tourmente d'un pays menacé. Un amour que tout rend impossible. Dans le Montana envahi par de nouveaux immigrants, une longue sécheresse sévit, et une nuée de sauterelles achève de ruiner les espoirs. Propriétaire du prestigieux ranch des Trois C, Webb Calder est le plus visé par l'hostilité des nouveaux venus. Or, c'est parmi eux qu'il rencontre Lilli, mariée à un homme trop âgé... Et pour cet amour, Webb devra lutter. Si la passion de Webb et de Lilli finit par vaincre les obstacles, la haine ne désarme pas, et frappe ce beau couple trop heureux aux yeux des envieux.

  • Henri Morazé... Cet homme, plusieurs fois millionnaire en dollars, fut le roi de Saint-Pierre-et-Miquelon. Pendant les années de la Prohibition, il fut un des rares Français à oser naviguer sur le « Rum Row » - le fameux « Boulevard du Rhum » - et le long des côtes américaines, les cales remplies à ras bord de caisses d'alcool de contrebande. Pendant des années, nuit après nuit, il risqua sa vie dans de cruelles parties de « gendarmes et voleurs » avec les Cutters des garde-côtes américains et canadiens. Il vit mourir des hommes, couler des goélettes, brûler des stocks d'alcool, mais jamais - pas une seule fois -, il ne fut pris. Ce « gentleman-bootlegger », qui côtoya Al Capone et traita avec les plus fameux gangsters de l'époque de la Prohibition, est aujourd'hui prisonnier sur son île. Les gouvernements des États-Unis et du Canada ne lui ont, en effet, pas pardonné son audace et ses exploits. Interdit de séjour dans ces deux pays, il ne pourrait quitter l'archipel qu'à bord d'un Transall de l'armée française. Le journaliste Freddy Thomelin a rencontré cet homme étonnant. Pour la première fois, au soir de sa vie, Henri Morazé a accepté de parler. Les incroyables souvenirs de ce Surcouf des temps modernes, raviront tous ceux qui aiment la mer, l'insolence et l'aventure...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Interroger un détenu dans sa prison, c'est - pour le commissaire Griffon et son équipe - un travail de pure routine. Mais il y a un os... Le détenu est Roland Parentini, gangster marseillais, dépositaire de lourds secrets, "officieusement" mort depuis dix ans, et que beaucoup ne tiennent pas à voir réapparaître. Et puis la prison se trouve à Caracas, Venezuela. Cela suffit à faire basculer la trappe, et précipiter Lionel et Gribo dans un autre univers. Un univers du crime où tous les figurants, putains des deux sexes, trafiquants, tueurs parano, ingénues libertines, flics douteux, amantes déçues et nymphomanes de service, sont à la fois truqués et truqueurs, où le faux n'est pas toujours vrai ni la vérité mensonge, où les plus vieilles amitiés basculent et surtout, surtout, où la vaseline n'est pas faite pour les chiens.

  • La prostitution industrielle, ça existe. Tous les flics le savent, et le commissaire Griffon mieux que quiconque. Un chancre ? Un mal vieux comme les hommes ? Pour les flics, c'est tout simplement du fric et une chaîne avec deux bouts : des filles d'un côté, des hommes de l'autre. Pour Griffon, ce serait plutôt un serpent de mer, avec une tête et une queue. Or, tout comme Sophie, Leclerc et Savary, le commissaire Griffon a horreur des serpents. Il n'a qu'une idée, une obsession : leur couper la tête, et à celui-là en particulier. Quant au reste, il charge Gribovitch de s'en occuper. Et Alex Gribovitch est bien décidé à donner de sa personne, pour justifier la confiance de son patron, d'autant que c'est à Ceylan qu'on l'envoie. Seuls les flics et les truands s'en plaindront. Pas les dames...

  • Humiliée par un homme qui abuse d'elle sauvagement... Reniée par celui qu'elle aimait... Femme d'officier, Hannah Wade vit heureuse avec Stephen, son mari. Stephen est sa vie. L'avenir s'annonce radieux. Mais le destin cruel s'apprête à frapper, tapi dans les ombres violettes des grandioses paysages du Nouveau-Mexique. Enlevée par les Apaches, violée, torturée, réduite en esclavage, Hannah survivra pourtant. Quand le destin desserrera enfin ses griffes et rendra Hannah aux siens, ceux-ci la rejetteront. Son martyre sera son péché. Les Apaches auront meurtri son corps ; l'implacable bonne conscience des Blancs s'acharnera contre son âme. N'y aura-t-il donc aucun homme prêt à se battre pour l'honneur de Hannah Wade ?

  • Belle, sensuelle, mortellement dangereuse, Louise de Talouarn est plus connue sous son nom de code, LOU. Authentique comtesse et call-girl de luxe, elle possède un PERMIS DE TUER en règle, délivré par la C.I.A. Mais ses armes sont souvent plus particulières... Ç'aurait pu être une banale affaire d'enlèvement. Mais la splendide mulâtresse aperçue en compagnie de la victime n'est autre que la Perle Noire de Miami, un transexuel dirigeant un important réseau anticastriste. Lorsque la C.I.A. s'aperçoit qu'elle ne contrôle plus la Perle Noire, LOU est chargée de la retrouver et de découvrir qui la manipule : les Russes ? Les Cubains ? Un autre réseau anticastriste ? Une organisation parallèle de la C.I.A. ? Un combat sans merci opposera LOU à la Perle Noire... Le seul homme qui puisse rester insensible à ses charmes.

  • OSS 117 est mort... Bénarès. Foule, violence, misère. Les séparatistes sikhs frappent aveuglément. Une bombe détruit entièrement un temple. L'agent OSS 117 meurt dans l'attentat. CLEVELAND FOX Ambitieux, dépourvu du moindre scrupule, il est prêt à tout pour parvenir à ses fins : créer un service indépendant de la CIA, prenant ses ordres directement de la Maison Blanche. HBB OSS 117 a disparu, mais Hubert Bonisseur de la Bath est bien vivant. Plus teigneux que jamais. Cette fois, il a une mort à venger. La sienne.

empty