Ex-Æquo

  • Plongée dans l'univers du rock des seventies.
    Décembre 2007, Paris : Jean-Louis Souhanse, ancien musicien d'un groupe de rock " Les crapauds de lune ", soupçonne un médicament fabriqué par Edoxyl Pharma - EP-0699 - d'avoir rendu amnésique son demi-frère, Pierre Poinsignon. Dans une soirée à laquelle participe un ministre actionnaire du laboratoire, il menace de transmettre à la presse un dossier sur le sujet. Poursuivi par les gardes du corps de l'homme politique, il disparaît. Quelques mois plus tard, Tonino Di Nalli, l'ancien batteur du groupe, se retrouve mêlé involontairement aux conséquences de l'amnésie de Pierre Poinsignon et de la disparition du demi-frère de ce dernier. Il va mener l'enquête, aidé par deux personnages aussi inattendus que sympathiques.
    Les amateurs de rock se régaleront de cette plongée dans l'univers des seventies où tous les ingrédients d'un excellent polar sont réunis : l'intrigue, la poursuite de la vérité, les dessous peu reluisants des cartes du jeu de l'argent, du pouvoir et de la mort... Pour son premier roman policier à quatre mains le duo Monique Debruxelles / Denis Soubieux s'impose comme une mauvaise habitude qu'on aura plaisir à entretenir...
    Suivez les investigations de Tonino Di Nalli, batteur de rock, bien décidé à comprendre la disparition de son ami Pierre et l'amnésie du demi-frère de celui-ci.
    EXTRAIT
    Il réfléchit à la façon dont il allait s'y prendre. Tout d'abord, il se rendrait au domicile de Pierre, dans l'espoir d'y trouver un indice qui le mettrait sur la voie. Sans les clés de la maison, ce ne serait guère facile d'entrer, mais il devait tout de même essayer. Et, à l'intérieur, il aviserait. Une seule fois dans sa vie, il avait pénétré chez quelqu'un sans permission. Il était encore adolescent. C'était une baraque délabrée, presque à l'abandon, à l'orée d'une forêt. Avec l'aide d'un ami, il n'avait eu aucun mal à défoncer la porte. Ils n'avaient pas de mauvaises intentions, ils voulaient simplement s'amuser et ne pensaient pas commettre un délit. Ils croyaient la maisonnette vide, mais un vieil homme était assis dans un fauteuil, près d'un vieux poêle éteint, une couverture sur les genoux. Les yeux fous de terreur, il les regardait, sans même oser crier. Ils avaient eu encore plus peur que lui et s'étaient enfuis, bafouillant des excuses bien insuffisantes. Tonino s'était senti pendant très longtemps écrasé de remords.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Monique Debruxelles travaille dans le secteur sanitaire et social. Elle est l'auteur de cinq livres, parmi lesquels un roman policier, Enquête sur un crapaud de lune, écrit à quatre mains avec Denis Soubieux.
    Né près de Pithiviers, Denis Soubieux habite à Tours. Il a publié des poèmes au siècle dernier en revues et en recueil (Le Silence entre les Dents, CEP Orléans 1981) puis des nouvelles fantastiques, policières ou SF en revues (L'Encrier Renversé, Florilège, nousvelles.com...), journaux (Le Nouveau Ligérien...) ou recueils collectifs (Editions L'Harmattan, Editions Cameras Animales...).
    Il est l'auteur, en collaboration avec Monique Debruxelles, d'un polar, Enquête sur un Crapaud de Lune, publié en 2011 aux Editions Ex Aequo (collection Rouge).

  • Aphrodite Pandora, psychologue clinicienne, ne craint pas de se mettre en danger pour ses patients.
    La fascinante Aphrodite Pandora ne craint pas le danger. Sinon cette psychologue clinicienne ne se serait jamais spécialisée dans le traitement des auteurs de violences conjugales. Quand ses patients disparaissent dans des circonstances suspectes, elle s'inquiète... Le commissaire Wolf, un ancien soldat au passé trouble, est bien de cet avis... Avec une subtile association de gravité et d'humour, l'auteur nous plonge dans une enquête haletante entre l'Europe et le Canada, à la recherche de réponses qui prennent des accents de guérison. En explorant la psyché de personnages torturés, il nous fait découvrir des thérapies qui n'empruntent pas toujours des chemins policés, ceux enseignés dans les universités. Mais... aurez-vous l'audace de vous engager sur ces chemins de traverse ?
    Plongez dans une enquête haletante entre l'Europe et le Canada, et découvez une psychologue à la recherche de réponses qui prennent des accents de guérison.
    EXTRAIT
    Quand elle fut seule, Aphrodite Pandora chercha aussitôt à joindre une des assistantes sociales de l'hôpital. C'était la règle. En dehors de sa hiérarchie, seuls les travailleurs sociaux étaient habilités à rompre le secret professionnel de l'entretien psychologique. Eux seuls pouvaient engager une enquête de maltraitance. Eux seuls déclenchaient les mesures concrètes de protection pour les victimes. Elle édita le fichier des numéros d'urgence sur son imprimante. Une chance ! Elle venait juste de mettre la liste à jour, la veille au soir. Elle avait passé la soirée seule, Paul était de service, et les enfants dormaient chez des amis. Entre se poser devant le feuilleton du vendredi soir, et s'avancer dans son travail, le choix avait été facile. Elle composa un numéro. Tapotements impatients sur le bureau. Ses appels sonnèrent dans le vide. Tous les intervenants étaient sur le terrain, et ils n'étaient pas équipés de portable. Restriction budgétaire oblige... Dans le secret de son bureau, elle pesta contre le carcan des procédures administratives, lourdes, inadaptées aux urgences. Cette attente forcée la contraignait au calme, à l'analyse du mot clé, urgence. En était-ce vraiment une ?
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Premier roman de cet auteur... On ne dirait pas tant il est maîtrisé. Un thriller. Une plongée dans le monde de la psychologie et de la psychiatrie criminelle. - Blackkat, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-François Thiery réside en France, dans le pays de Montbéliard. Il commence à écrire en 2009, et ses premières participations à des concours littéraires sont couronnées de succès. Après la publication de recueils de nouvelles, il plonge dans l'univers sombre des thrillers. Thérapie en sourdine est son premier roman.

  • Le cadavre mutilé d'une jeune femme est retrouvé dans un terrain vague.
    Paris, 5ème arrondissement. Une jeune femme est retrouvée atrocement mutilée dans un terrain vague le long de l'autoroute. Les sévices qui lui ont été infligés n'augurent rien de bon quant à la folie des meurtriers. Pour Camille, dont la vie privée va se retrouver intimement liée à cette affaire, et Mathias, enquêteurs au 36, Quai des Orfèvres, c'est le début d'une course effrénée contre la mort qui va éprouver toutes leurs convictions. Tour à tour chasseurs ou gibiers, les deux officiers accompagnés de Sophie, leur amie médecin légiste, vont vivre une traque infernale et bouleversante.
    Découvrez l'enquête de Camille, Mathias et Sophie, et vivez à leurs côtés cette traque infernale et bouleversante.
    EXTRAIT
    C'était un Zippo, de couleur argent, orné d'une gravure noire représentant une salamandre entourée à gauche et à droite du chiffre 1. Ce dessin était l'exacte réplique du tatouage sur son épaule droite. Après une fouille méticuleuse de l'habitacle, il dut se faire à l'idée qu'il n'était pas là et, persuadé de l'avoir utilisé dans la soirée, il savait qu'il ne serait pas chez lui. Une vieille pochette d'allumettes qui traînait lui permit néanmoins d'allumer sa cigarette. Il inspira profondément la première bouffée jusqu'à emplir ses poumons tout en s'adossant sur son siège, les yeux fermés. Il adorait la sensation provoquée par la première cigarette de la journée. S'il devait un jour, arrêter de fumer, ne pas allumer cette cigarette serait un grand défi.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Philippe Boizart est né en février 1973. Il est Ingénieur Territorial en voirie et espaces publics au sein de Lille Métropole Communauté Urbaine. Passionné de littérature et de poésie voici son premier thriller. Il partage son affection pour les livres avec celle qu'il cultive pour le 7ème Art depuis l'enfance.

  • Crocs

    Patrice Wolley

    Deux frères : l'un est serial-killer, l'autre est curé de village...
    Un serial-killer cannibale, Joël, trouve refuge dans l'église de son frère, curé de village. Depuis quelques temps, il a des hallucinations, il voit des pingouins un peu partout. Mais il a un problème plus grave, il est tombé amoureux de sa dernière victime...
    Plongez dans un thriller palpitant et suivez le parcours plein de rebondissements d'un seria-killer cannibale.
    EXTRAIT
    Il s'appelle Joël. Son nom n'est pas important. Tout le monde a oublié son nom, y compris et surtout lui. Il est le bedeau de l'église du village, là-haut, plus haut, sur les collines qui surplombent la plaine. De là, il voit tout, domine tout ; les bêtes, les hommes, l'humanité. Tout ce qu'il hait, tout ce qui l'excite, tout ce qui fait ce qu'il est...
    Même le printemps, il ne l'aime pas.
    Il pense que la terre fait semblant d'être heureuse, tout comme les hommes qui tels des moutons font semblant d'être heureux comme la terre, croyant que tout change, tout revit. Mais non, rien ne change et tout continue lentement, inlassablement, insidieusement, pour mieux mourir à nouveau, depuis des millénaires.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrice Woolley est né le 5 Février 1962 à Monaco. Graphiste et peintre de formation, il est dessinateur de BD avec deux albums parus : Ténèbres aux éditions ERKO en 2003 et Necronomicon chez Kyméra-comics en 2007. Il est également l'auteur du roman L'ange de Sable, paru en 2010 aux éditions Persée.

  • Les coulisses de la mort

    Anne Basc

    Meurtres à l'opéra de Strasbourg.
    À l'opéra de Strasbourg, on découvre des cadavres dans les placards des studios de danse ! Un grand chorégraphe, Jonel Rose, vieux lion décadent à la crinière blonde et blanche, séducteur, despotique et pervers à ses heures est le centre d'une coterie de danseurs hauts en couleurs. Son épouse, Lucie Delattre, une belle brune aux yeux d'un violet profond semble s'être fait une raison des frasques, infidélités et même de la bisexualité de son mari. Passions amoureuses, ambition débridée dévorent les étoiles qui gravitent autour de Jonel Rose et se déchirent pour avoir la vedette sur scène et dans le coeur de notre bel indifférent, aussi génial que dépourvu de sentiments véritables... En apparence ! Deux journalistes des Dernières Nouvelles d'Alsace parviennent à pénétrer la compagnie et à nouer avec certains de ses membres des liens de confiance et davantage...
    Tout cela se termine mal ! L'inspecteur Lantier, sorte de Colombo alsacien, totalement déplacé dans ce milieu se laisse abuser un peu par tout le monde. Il finira par s'orienter dans cet imbroglio de passions et ambitions malsaines, pour révéler - mais un peu tard - la Vérité. Ceux des danseurs qui parviendront à échapper à une mort violente sortiront éclopés de l'aventure. Le lecteur frissonnant de peur refermera le livre avec le sentiment d'avoir été lui aussi baladé mais ce fut une belle échappée dans les coulisses de l'Opéra du Rhin, pas si éloignées, peut-être, des coulisses de tous les théâtres, en tout lieu et en tout temps.
    Découvrez l'enquête de l'inspecteur Lantier, projeté dans les coulisses du monde du spectacle, où règnent passions amoureuses, ambitions débridées, et jalousies malsaines.
    EXTRAIT
    Trois petites explosions ouvrirent le spectacle, issues de trois pétards lumineux disposés sous le proscenium. Dans l'obscurité qui succéda aux flashes, des éclairs jaillirent un peu partout sur la scène, pareils à des feux follets s'agitant par une nuit noire. Puis un éclairage rasant découvrit la silhouette de sept danseurs vêtus de simples justaucorps.
    Soudain, tout s'éteignit. Un court instant plus tard, s'allumait un projecteur puissant, placé juste au-dessus du proscenium. Pivotant sur lui-même, l'énorme projecteur était dirigé vers la salle à intervalles irréguliers, plongeant alors la scène dans une nuit profonde.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Anne Basc est originaire de Nice, elle réside en Alsace. Elle a enseigné l'histoire de la danse au conservatoire de Strasbourg et les Lettres classiques au Lycée Kléber de la même ville. Elle est l'auteur de pièces de théâtre pour la jeunesse, des contes de la Cathédrale, de livrets de cantates et d'oratorios, pour les compositions de son mari, Bernard Lienhardt. Les coulisses de la mort est son quatrième roman policier dont l'intrigue est étroitement mêlée au monde artistique de la ville de Strasbourg.

  • Une célèbre skieuse autrichienne disparaît mystérieusement avec sa petite fille.
    « L'âme humaine nourrit d'obscures pensées qu'elle n'ose s'avouer. C'est ainsi qu'elle avait plongé dans les ténèbres. Quand tout fut accompli, elle s'accorda le temps de fumer une cigarette. Elle avait la nuit devant elle. Puis elle donna deux tours de clé et sortit sans se retourner. »
    Melbourne : un couple de sportifs adulés, lui surfeur australien, elle skieuse autrichienne. Mariage médiatique, divorce tout aussi médiatique. La jeune femme disparaît mystérieusement avec leur petite fille. Melinda Fields inspectrice principale à la Brigade Criminelle de Melbourne est chargée de les retrouver. Son enquête la mène au coeur de l'Europe ; elle s'y enfonce peu à peu dans les méandres d'assassinats en chaîne. A la poursuite de la vérité elle traque les coupables sans répit rendant coup pour coup : oeil pour oeil, dent pour dent...
    Tout comme dans son précédent polar Accents Graves Mary Play-Parlange nous entraîne sur des chemins de traverse jalonnés de crimes odieux dont l'horreur poursuit le lecteur bien après qu'il ait refermé le livre.
    Suivez pas à pas les investigations de Melina Fields, et engouffrez-vous avec l'inspectrice sur des chemins de traverse jalonnés de crimes odieux.
    EXTRAIT
    Lorsque Melinda raccroche le combiné, elle arbore ce sourire que Nathan connait bien : s'il était là, il saurait ce qu'elle éprouve à cet instant précis, cette légère excitation provoquée par le ton péremptoire de Karin et son insistance pour qu'elle soit à l'heure au rendez-vous ; cette petite secousse qui électrise son corps, la montée d'adrénaline, l'onde de choc qui la parcourt. Il y a longtemps qu'elle n'a pas été convoquée ainsi, de manière impérieuse dans le bureau du chef.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Deux amies d'enfance se retrouvent à l'aube de la soixantaine avec le désir de partager leur envie d'écriture. Mary Play-Parlange travaille à quatre mains en parfaite harmonie de fond et de forme.

  • Montevideo hotel

    Muriel Mourgue

    Un saxophoniste est assassiné dans le milieu de la bohème new-yorkaise des années 20.
    Ce roman noir est la première enquête du détective privé Thelma Vermont. L'action se déroule à New York à la fin des années cinquante au milieu d'une bohème en pleine effervescence créatrice. Un musicien, Martin Lassovski, saxophoniste dans une formation de jazz appelée Beaulieu's Band, est assassiné un soir d'automne. Son ami, John Ginger demande à Thelma Vermont de mener l'enquête car la police semble peu se soucier du meurtre de Martin. Commencera alors pour  Thelma la découverte d'un microcosme qu'elle se met peu à peu à apprécier.
    Dans ce roman noir « à l'ancienne », elle va côtoyer des patrons de club un peu louches, des écrivains, des musiciens ; le tout dans une société de consommation à son apogée, certes traumatisée par la guerre froide et guettant l'arrivée des premiers Martiens, mais qui croit en un avenir rose bonbon sur fond de cinoche hollywoodien. Thelma n'est pas dupe, les horreurs de la seconde guerre mondiale -à laquelle elle a participé en Angleterre- sont encore trop fraîches dans sa mémoire. Peut-on encore croire en quelque chose après tout cela ? Et surtout est-il possible d'oublier et de passer à autre chose ? Car on fait d'intéressantes rencontres à New York dans ces années-là ; de Kerouac aperçu à la White Horse Taverne à Billie Holiday, sans oublier Ava Gardner -entrevue à Central Park- ; même si, comme le chante Dana Raise tout se termine toujours par un rêve noir, un Black Dream blues...
    Plongez dans ce roman noir, et découvrez la première enquête de Thelma Vermont, propulsée dans un microcosme artistique qu'elle connait peu, mais qui parviendra à la séduire.
    EXTRAIT
    Alors que j'attaquai ma troisième cafetière de la journée, je l'aperçus soudain : une silhouette un rien hésitante en arrêt derrière la porte vitrée ; les clients qui ont recours aux services d'un détective privé sont souvent pris d'un accès de timidité au moment de franchir le seuil. La silhouette frappa deux coups secs contre la vitre. Je me levai pour l'accueillir. Un homme de haute taille sanglé dans un imperméable blanc cassé me faisait face. Il ne portait pas de chapeau et devait avoir une bonne trentaine d'années.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai passé un agréable moment et je recommande chaudement « Montevideo Hotel » aux amoureux de jazz et des atmosphères enfumés des années 50. - Blog Du bruit dans les oreilles, de la poussière dans les yeux
    Un roman bien sympathique et une jeune détective au caractère complexe qu'on a bien envie de retrouver dans de prochaines aventures ! - Blog Lectures et élucubrations de Liliba
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Muriel Mourgue est née le 9 juin 1957. Elle vit en Lorraine où elle enseigne l'allemand. Après la parution de L'esprit voyageur aux éditions Mon Petit Editeur, Montevideo Hotel est son second roman.

  • Tout commence par une mystérieuse formule mathématique...
    Kyle Ashcroft, professeur dans une université de province américaine, entre un jour fortuitement en possession d'une formule mathématique dont il ne soupçonne pas l'importance. Recherché par la police pour un meurtre qu'il n'a pas commis et poursuivit par des tueurs invisibles, il n'aura d'autre choix que de fuir pour déchiffrer la formule, afin de comprendre pourquoi il est devenu une cible. De la Virginie Occidentale à Paris, en passant par Berlin, Rome et les Arcanes du Vatican, aidé dans sa cavale par une militante écologiste radicale et un Russe inquiétant aux desseins mystérieux, Kyle comprendra vite que dans ce monde post-11 septembre, les ennemis les plus dangereux ne sont pas toujours ceux qu'on croit.
    Le piège se referme sur le héros de ce thriller haletant : en sortira-t-il indemne ?
    EXTRAIT
    Aveuglé par les phares, je ne distinguai que la silhouette longiligne de l'homme qui en descendit.
    - Vous êtes le professeur Ashcroft, Kyle Ashcroft ? m'interpella-t-il.
    J'hésitai un instant, puis me décidai à répondre. Ce que j'ignorai, c'est que celui qui venait de prononcer mon nom me connaissait parfaitement, sans pour autant que lui et moi ne nous soyons jamais rencontrés. En fait, il m'apparut presque familier, comme une troublante sensation de « déjà vu ».
    J'ignorai encore si je pourrais tout lui raconter. Tout ce que fut ma vie au cours des quatre mois qui venaient de s'écouler, depuis cette nuit d'octobre où tout avait commencé...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1975 à Troyes, dans l'Aube, Johann Étienne écrit depuis l'âge de seize ans. Passionné d'Histoire et d'actualité, il se sert des réalités qui nous entourent pour élaborer intrigues et personnages au profit de romans de fiction policière.
    Il est l'auteur de trois thrillers, Le Théorème de Roarchack, Prophétie et La Colonie, et d'un roman court intitulé Le Plan, tous quatre parus chez Ex æquo.

  • Sans mobile apparent

    Arnaud Papin

    Avez-vous déjà lu un livre où le narrateur lui-même cherche à se disculper d'une série de meurtres à connotation sexuelle ?
    Sans mobile apparent entraine le lecteur dans une intrigue à rebondissements qui prend place entre l'Angleterre, le Maroc, et la France. Le narrateur nous fait pénétrer dans les coulisses d'une agence de développement personnel Londonienne, avant d'embarquer son lecteur au travers d'un périple touristique au pays du soleil qui tourne au vinaigre : l'une des participantes disparait dans des conditions étranges. C'est la seconde cliente à qui cela arrive.
    Philippe Ray, coach pas très convaincu par son métier, doute fortement que ses clientes se soient donné la mort volontairement. Il décide de mener l'enquête, notamment parce qu'une Juge le tient dans son collimateur et colle deux énergumènes de la brigade criminelle à ses trousses...
    Vous ne trouverez pas d'autre moyen de ne pas vous triturer l'esprit trop longtemps que de dévorer l'ouvrage le plus rapidement possible pour en connaitre la chute inattendue. L'écriture d'Arnaud Papin est fluide et palpitante. Ce roman moderne se boit comme du petit lait.
     Un bon moment de détente et de frissons offert aux fans de thrillers psychologiques.
    EXTRAIT
    - Facile de nous faire croire à un suicide, monsieur Ray, c'était une personne fragile, c'est sûr ! Vous ne connaissez que ça, Ray, des personnes fragiles...
    J'entendais encore ces phrases résonner dans mon crâne cinq mois plus tard. L'inspecteur Audrey Smith les avait prononcées alors que son compagnon de route était resté muet, assis à califourchon sur une chaise dans un coin de la pièce, et moi au milieu, sous une lampe blafarde, dans une position clichée de série policière.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'histoire est bien menée, il n'y a pas de temps mort, l'écriture est fluide, le rythme haletant. - Pole Culture
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Arnaud Papin est né en 1974 en banlieue parisienne. Passionné de littérature à l'adolescence, en 1990, il vend ses poèmes dans les rues de la capitale, façon colporteur. Plus tard, quelques-unes de ses nouvelles feront l'objet de publications dans des revues littéraires. En l'an 2000, la plus célèbre d'entre elles, « mémoire courte » apparaît dans une anthologie de l'imaginaire auprès d'auteurs reconnus. Arnaud Papin s'exerce toujours à la poésie et à la nouvelle, mais il privilégie depuis quelques années le genre romanesque, et plus particulièrement le thriller psychologique polardesque... Sans Mobile Apparent est son premier roman publié aux éditions Ex-æquo.

  • Inspectrice à Melbourne, Melinda a laissé en France un lourd passé qu'elle va devoir affronter plus tôt que prévu...
    Mois de décembre. Melinda, jeune inspectrice à la brigade criminelle de Melbourne, découvre par hasard chez son père Peter, flic alcoolique à la retraite, des messages énigmatiques adressés à Barbara sa mère française partie depuis vingt ans sans laisser d'adresse. Étrange coïncidence, son chef lui propose peu après un déplacement à Lyon, ville natale de Barbara, sous prétexte d'un congrès d'Interpol. Elle finit par accepter de s'y rendre à condition d'emmener son père avec elle : il s'agit pour tous les deux d'affronter un passé douloureux en tentant de dénouer les fils du mystère jamais résolu d'une disparition qui les a blessés à jamais.
    Un thriller sombre et haletant écrit à quatre mains !
    EXTRAIT
    Dix messages, juste dix, pas un de plus, pas un de moins, adressés à Barbara Fields entre le 23 décembre 1984 et le 05 mars 1985. Neuf enveloppes, une manquante. Adresses et textes, tous tapés à la machine, sans ponctuation et avec la même faute de frappe sur les accents.
    Un seul intitulé, une seule formule d'introduction, une seule signature en gros caractères.
    Melinda reste un instant figée sur place puis elle cherche où se poser dans ce capharnaüm qui sent le vieux, la poussière, mais pas vraiment le moisi : il fait au bas mot 40° sous le toit de tôle en ce dimanche 16 décembre. Elle finit par repérer un fauteuil bancal, à moitié défoncé, et s'assied prudemment juste au bord. Elle a entre les mains une série de messages adressés à sa mère, juste avant que celle-ci ne reparte en France au mois de mars 1985 et n'en revienne jamais.
    À PROPOS DES AUTEURES
    Deux amies d'enfance se retrouvent à l'aube de la soixantaine avec le désir de partager leur envie d'écriture. Mary Play-Parlange travaille à quatre mains en parfaite harmonie de fond et de forme.

  • La panique gagne le personnel et les patients d'un hôpital de l'Est de la France, lorsque survient une série de décès mystérieux.
    L'énorme électro-aimant développait cent mille fois le champ magnétique terrestre et une force phénoménale collait les quatre paires de menottes en acier à la paroi de plastique. Suspendu à l'avant de la machine, un mètre au-dessus du sol, le fer lui entaillait la peau des chevilles et ses pieds commençaient à bleuir par manque de circulation sanguine. Il avait attrapé les chaînes des menottes emprisonnant ses mains et tirait dessus de toutes ses forces, mais malgré sa forte musculature, il ne parvenait à soulager ses jambes endolories que quelques instants. Il ne connaissait pas bien la technologie des appareils d'IRM. Son métier d'infirmier anesthésiste ne nécessitait pas ce savoir. Cependant, il s'était aperçu, en accompagnant les malades dont il s'occupait, que le personnel de ce secteur prenait garde à la force magnétique colossale se dégageant de l'énorme aimant de trois mètres de diamètre percé d'un tunnel de soixante centimètres où il aidait souvent à installer le patient pour son examen. Il aurait dû s'en souvenir plus tôt et se méfier. Désormais il était trop tard ! La traction qu'il exerçait de tout son poids sur les chaînes ne suffisait pas à les faire glisser de quelques centimètres. La force physique étant une cause perdue, il se résigna à implorer...
    Plongez dans ce thriller en milieu hospitalier. Le suspense vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Alors les cadavres s'amoncellent, et l'intrigue se complique, et le lecteur a du mal à lâcher les pages de ce roman qui commencent en trombe avec des morts qui s'enchaînent, mais devient de plus en plus psychologique. Pourquoi, voilà la question qu'on se pose, et dont la réponse ne sera donnée que dans les dernières pages, qu'on aura dévoré avec un plaisir un rien sadique jusqu'à la chute plutôt inattendue. - Liliba, Babelio.
    J'ai été assez conquise par ce livre, dont j'ai aimé l'originalité. Tout d'abord, grâce au personnage principal qui au lieu d'être médecin ou infirmier, est manipulateur en radiologie. - Deidre, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né dans les Ardennes, Thierry Dufrenne a suivi ses études paramédicales à Reims où il vit. Il travaille dans la santé depuis presque trente ans et connaît bien ce milieu.
    Sept morts sans ordonnance est né lorsqu'il était adolescent mais il n'est pas parvenu à écrire plus de trente pages... Pourtant il a toujours conservé ce germe créatif dans un coin de sa cervelle. Dans sa carrière professionnelle, il a arpenté les hôpitaux et leurs coulisses, il y a croisé des hommes et des femmes remarquables ou méprisables, examiné des corps malades, douloureux, moribonds, froids...
    Nous ne rencontrerons vraiment la mort qu'une seule fois. Il la voit toujours comme un mystère, et lorsque son ombre insolite disparaît au bout du couloir, il est trop tard...

  • Quel est le trésor dont parle un manuscrit du IXème siècle que Virgile, jeune antiquaire parisien, rapporte de Trêves ?
     
    Pourquoi la mafia russe, dirigée par Constantin Basilivitch, l'a-t-elle missionné pour lui procurer ce Livre des miracles, rédigé par les plus grands ecclésiastiques de tous les temps, depuis Macaire, premier évêque de Jérusalem, jusqu'au pape Pie XII ? Quel est le secret contenu dans ces pages qui relatent la vie de Saint Hydulphe, chorévêque de Trèves, la ville où naquit l'empereur Constantin qui christianisa le monde romain ? Quel est le lien entre le médaillon que porte toujours Tontine, la mère adoptive de Virgile, et le trésor des abbayes qui composèrent la croix monastique des Vosges dont parlent les archives de la bibliothèque d'Épinal ?
    Plongés dans une affaire aux méandres diaboliques, Virgile et ses amis devront répondre à toutes ces questions pour découvrir le trésor des abbesses.
     Suivez Virgile et ses amis au coeur des mystères du Moyen Âge !
    EXTRAIT
    Le jeune homme penché sur une carte ancienne ressemblait à un bijoutier. Cela venait des bésicles qu'il avait sur le nez, pareilles à celles qu'utilisent les lapidaires. La blouse qu'il portait complétait l'impression de travail minutieux suggérée par son attitude studieuse.
    La trentaine, svelte et dynamique, c'était un très beau garçon. L'intelligence pailletait son regard brun et ses lèvres pleines rehaussaient son sourire. Grand et mince, d'allure sportive, il était toujours habillé comme pour aller dîner dans le monde. Il personnifiait le gendre idéal pour toutes les duègnes, et c'était un ami sûr, à l'esprit vif et cultivé, dont le goût avait été forgé par les meilleurs maîtres.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un livre plaisant, intelligent écrit d'une écriture fluide et élégante. Un plaisir de lecture. - Ismerie, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Charlène Mauwls est l'anagramme de Laurence Schwalm, la fondatrice des Éditions Ex Aequo.
    Après une carrière courte mais intense dans les différents domaines de la communication, elle a décidé de se consacrer à la littérature. Elle a créé les éditions Ex Aequo en mars 2009.

  • La vie "Aux Alouettes" devient un véritable enfer...
    Quand Paulo, septuagénaire, seul et sans enfant, doit se résoudre à prendre pension « Aux Alouettes », il sait qu'il n'en sortira que les pieds devant. Pourtant la vie s'écoule tranquillement, bercée par les illusions sentimentales de la jeune Marie, les anciennes batailles syndicales de Frédéric, les souvenirs de scène d'Hortensia et les lectures partagées avec Isabella. Mais, l'arrivée d'une nouvelle directrice, Louisa Visconti, bouleverse la vie des pensionnaires. Rapidement la situation se dégrade, et les « Alouettes » deviennent vite un enfer. 
    Plongez dans ce roman policier, et découvrez comment l'arrivée de Louisa Visconti, nouvelle directrice, va bouleverser la vie paisible des pensionnaires de la maison de retraite des Alouettes.
    EXTRAIT
    Je m'assois sur le bord du lit. Ma valise est posée à côté de moi. Je n'ai pas envie de l'ouvrir. Tant qu'elle reste fermée, je ne suis pas ici.
    La porte s'est refermée sur la directrice. C'est toujours la directrice qui reçoit le jour de l'entrée. Je ne suis pas sûr de la revoir. De toute façon, elle ne me plaît pas. Elle a des manières mielleuses. Elle me rappelle la Maryse Bertier, responsable des ressources humaines. Secrétaire du patron en réalité. Encore un café, Monsieur le Directeur ? Pour Martin, je mets quoi pour le licenciement, faute grave, faute lourde ? Une petite pipe, Monsieur le Directeur ? Toujours prête à rendre service cette brave Maryse. Je n'ai pas compté le nombre de fois où je l'ai croisée, affairée, décoiffée.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    A recommander pour les adeptes de textes de qualité ! Et même si vous n'êtes pas un fondu des maisons de retraite, vous risquez bien de voir ces institutions sous un autre éclairage après la lecture de ces pages ! - Jean-François Thiery
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Ayant grandi au milieu des livres, Virginie Lauby a commencé à écrire dès le plus jeune âge. Aujourd'hui, elle partage ses activités entre sa famille, son travail de conseillère à Pôle-Emploi, les lectures et l'écriture. Auteur de trois romans (Le mouroir aux alouettes, Hantise - Editions Ex Aequo et Nannig - Editions Chloé des Lys), elle décrit des univers très éloignés de sa propre existence.

  • Une vague de crimes pendant une vague de chaleur.
    La canicule est écrasante. Elle éprouve les nerfs. Elle échauffe les esprits. Au coeur de cette ambiance survoltée, un tueur s'illustre dans une vague de crimes aux mises en scène bien étranges... La première victime est Adam Cirrus, un pervers notoire, sinistre profiteur des failles du système pénal. L'inquiétude gagne les acteurs de la justice, et nul n'est épargné. L'orage gronde au loin. La foudre tombe déjà, et elle va encore s'abattre ! Le commissaire Wolf a le sentiment que le pire est à venir, et son équipe a peu de temps pour trouver des réponses. Seront-elles synonymes d'apaisement ? Avec maestria, l'auteur associe gravité et humour dans une nouvelle enquête du groupe Wolf, une course menée tambour battant au coeur des erreurs judiciaires. Il nous replonge dans un lieu où évoluent des personnages très attachants, des âmes torturées, des esprits en proie au doute. Nul ne ressort indemne de ces pages. En faites-vous le pari ?
    Suivez pas à pas les investigations du commissaire Wolf, au coeur d'une affaire qui fait trembler l'ensemble des acteurs de la justice : nul n'est épargné.
    EXTRAIT
    Malgré la chaleur, le commissaire Wolf coiffa son feutre sur la tête. Cet accessoire était indissociable du personnage, et la canicule n'y changeait rien. Aujourd'hui, il quittait son appartement plus tôt que d'habitude. Le procureur Morgan l'avait réveillé bien avant les aurores. Quelques heures plus tôt, la police de proximité avait découvert le corps d'un homme. Il avait été abattu par arme à feu. En soi, ce fait ne représentait pas un motif suffisant pour impliquer le groupe Wolf. D'ordinaire, la cellule de permanence était capable de gérer les homicides. Pas cette fois, le procureur en avait décidé autrement... À première vue, le meurtre semblait répondre à un rituel excluant un fait divers crapuleux. Au téléphone, il n'avait pas été très précis sur les circonstances, mais son insistance à impliquer Wolf n'était pas anodine. Morgan avait peur, car il était hanté par le cauchemar de tous les magistrats, avoir dans les pattes un tueur en série, le genre d'affaire à vous plomber à jamais une carrière. À trente ans à peine, cet arriviste des beaux quartiers n'était pas disposé à traiter des histoires d'excès de vitesse en province. Il lui fallait un enquêteur d'expérience. Wolf s'imposait comme son meilleur atout.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-François Thiery réside en France, dans le pays de Montbéliard. Il commence à écrire en 2009, et ses participations aux concours littéraires sont couronnées de succès. Après la publication de recueils de nouvelles, il s'invite dans l'univers sombre des thrillers. L'affaire Cirrus est son second thriller paru chez Ex Aequo.

  • Enquête duelle.
    Dualité, maître-mot de cette enquête à tiroirs où se côtoient deux régions sans lien apparent, deux peintres d'époques différentes, deux flics qui ne se connaissent pas : Touraine et Provence, Le Caravage et Cézanne, Melinda Fields et Diego Martelly. Ailleurs et ici, hier et aujourd'hui, elle et lui, marchez dans leurs pas, vous ne le regretterez pas !
    Ailleurs et ici, hier et aujourd'hui, elle et lui, marchez dans leurs pas.
    EXTRAIT
    Le train ralentit, freine puis s'arrête. Décidément, ça ne va pas, encore heureux qu'il n'ait que ce petit sac à trimballer. Un peu d'air lui fera du bien. Il respire un grand coup, Faustine sera sûrement en retard, elle est toujours en retard quand elle vient le chercher ; en plus, c'est lui qui se fera engueuler. Sur le parvis de la gare, en haut des grands escaliers il jette un regard ému à la Bonne Mère illuminée qui protège la ville, cette ville où il se dit qu'en fait il aurait bien aimé vivre ; mais certainement pas mourir, pas maintenant...
    À PROPOS DES AUTEURS
    Une rencontre sur les bancs du collège, des retrouvailles bien des années plus tard... quand deux femmes font une auteure. Cheminer de concert pour offrir à ses lecteurs un partition au rythme diablement syncopé, voilà  le défi que relève Mary Play-Parlange dans son quatrième polar.

  • Violine, jeune marginale punk a disparu...
    Joseph Berger est un homme proche de la retraite, employé modèle dans un magasin d'électro-ménager où il est entré dès la fin de la guerre. Sa rigueur et son regard froid lui ont valu le surnom de vieux reptile. Personne ne sait rien de lui ni de sa femme, invalide dont il s'occupe depuis des années ; un couple où l'amour ne semble pas être présent. À l'opposé de ce personnage à la vie parfaitement ordonnée et apparemment sans histoire, Violine, une jeune marginale dans la mouvance punk des années 80, se réfugie dans les enfers artificiels de la drogue et de l'alcool. Au détour d'une cavale, elle trouvera un refuge aux aspects de prison chez Joseph Berger. Qui s'inquièterait de sa disparition, hormis sa grand-mère qui se confiera à la seule personne de confiance qu'elle connaît, Marie-Claude. La jeune femme partira à la recherche de l'ado pendant que Joseph Berger, sûr de lui et de sa cause, cherchera à remettre Violine dans le droit chemin.
    Ces quêtes peuvent-elles aboutir à autre chose qu'une succession de drames ? Qu'est-ce qui pousse le Vieux Reptile à agir ainsi ? De quel démon du passé veut-il s'exorciser ? Dans quel engrenage sordide et macabre a-t-il mis les doigts ?
    Plongez dans ce thriller haletant et suivez les investigations de Marie-Claude, à la recherche de l'adolescente, sur les pas du Vieux Reptile.
    EXTRAIT
    Bien qu'entré dans la maison en 1945 à dix-neuf ans, personne ne savait rien de Joseph Berger. Depuis cette date, le démonstrateur-vendeur de machines à laver semi-automatique de chez Crossart était devenu responsable du rayon hi-fi chez Crossart & Fils où il s'était dilué parmi les soixante-quinze ou quatre-vingts employés de l'effectif actuel. Trente-cinq années de travail assidu et discret.
    Tout ce que ses collègues savaient de lui - à cause de l'étrange alliance qui ceignait son annulaire gauche - c'était qu'il était marié.
    Si Crossart père ne l'avait pas promu chef de rayon, il est probable que Joseph Berger se serait satisfait de son statut de simple vendeur.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-Michel Blatrier écrit essentiellement des nouvelles dont nombre ont été primées dans des concours et salons littéraires.

  • Le Sud de la France dans les années 2020
    Le rituel des minotaures est un roman puzzle. Les lecteurs sont invités à rassembler les pièces de l'intrigue jusqu'au tableau final.
    L'histoire se déroule dans les années 2020, dans le sud de la France. Des personnages et des événements que rien ne relie apparaissent au fil de la narration : Lam, une jeune étudiante en ethnologie, découvre que son frère se drogue et le prends en filature, une étrange épidémie régionale vient toucher les femmes, le commissaire Moréno et le jeune inspecteur Jughull sont chargés d'enquêter sur une série de meurtres animaliers. Les atrocités commises sur les taureaux camarguais remettent en cause le bon déroulement de la Féria de Nîmes. Un journaliste du Midi-Libre s'intéresse tant à l'affaire qu'il en oublie l'équilibre de son couple.
    Ces personnages ne nourrissent aucun lien visible, mais les apparences sont trompeuses, et les zones d'ombres s'éclairciront peu à peu pour laisser place à une aventure rocambolesque et forte en cohérence.
    Plongez au coeur de ce roman d'anticipation, suivez l'enquête de Moréno et Jughull, et découvrez une aventure rocambolesque et forte en cohérence.
    EXTRAIT
    Pour cette affaire, comme pour celle des bious, le Juge Podevin avait été saisi par le procureur de la République. Madame Podevin avait de suite joint Moreno par téléphone et lui avait soufflé de résoudre en priorité le mystère des taureaux scalpés. Le monde politique était en émoi. Elle lui avait fait comprendre que si les pressions exercées sur les magistrats étaient proscrites; via les médias, elles n'en demeuraient pas moins prégnantes.
    - Vous devez essayer de comprendre les motivations de la gamine, bien sûr, mais bon, ne perdez pas trop de temps avec cette affaire commissaire !
    Albert Moreno n'avait pas réagi face à l'injonction du Juge. Contrarié de devoir obéir au doigt et à l'oeil, il était demeuré silencieux.
    - Vous devez comprendre, commissaire. Les taureaux, c'est comme des dieux incas pour les Gardois !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un roman noir et rythmé car pas un moment on ne se pose. On passe d'une histoire à l'autre sans souffler jusqu'à ce que l'étau se resserre, jusqu'à ce que toutes les pièces du puzzle soient en place. - Laetitia, Polar - Zone livre
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Arnaud Papin est né en 1974 en banlieue parisienne. Mordu par le virus de l'écriture à l'adolescence, quelques années plus tard, ses nouvelles feront l'objet de publications dans des revues littéraires telles que la Nef des fous, Salmigondis. En l'an 2000, la plus célèbre d'entre elles, « mémoire courte » apparait dans une anthologie de l'imaginaire auprès de grands auteurs. Arnaud Papin privilégie aujourd'hui le genre romanesque, et plus particulièrement le thriller psychologique...
    Après l'intrigue effroyable et palpitante de Sans mobile apparent, Le rituel des minotaures est son deuxième roman publié aux éditions Ex-æquo.

  • Mort mystérieuse pour les fêtes de la Tarasque.
    Il était cinq heures et demie lorsqu'il descendit le talus d'herbes séchées les bras chargés de tout son attirail, avant d'arriver sur une plage de sable gris. Sur la route, un couple de joggeurs profitait de la fraîcheur matinale avant les premiers spectacles de ce dimanche pour les fêtes de la Tarasque. C'est la toute dernière fois que quelqu'un vit Jérôme Blanboulet. Le Rhône était calme. Il traversa la rue des Progrès, sa main droite s'engourdissant sur la canne au pommeau d'olivier finement sculpté qu'elle serrait, avant de bifurquer sur la droite pour continuer la rue de la Liberté. Devant lui se dressait la masse imposante de la Collégiale Sainte Marthe. Une odeur pestilentielle le fit grimacer. C'était la première fois depuis trois ans qu'il faisait ce trajet chaque mois qu'il respirait une telle puanteur. Une odeur d'égouts qui flottait dans l'air glacial. Il pensa qu'il devrait prévenir son « ami » le Maire afin qu'il remédie à cela au plus vite. En tournant pour longer l'abside de l'église, Gauthier Coubert de Leuze se figea...pour l'éternité. 
    Laissez-vous tenter par ce thriller, et plongez dans l'atmosphère du Rhône.
    EXTRAIT
    Jérôme Blanboulet se leva très tôt ce dimanche vingt-huit juin 2009 avec le sentiment d'avoir passé une très mauvaise nuit et même de ne pas avoir passé de nuit du tout.
    Il avait la tête lourde et tous les muscles engourdis par les efforts qu'il avait fournis.
    Il avait décidé d'aller pêcher sur les bords du Rhône afin d'oublier ses frasques de la veille.
    Vers cinq heures il se faufila hors de sa chambre et traversa le salon en chaussettes afin de faire le moins de bruit possible.
    Il avait dormi tout habillé, sans défaire le lit, fatigué qu'il avait été par ses « exploits ». Il passa sa main sur ses joues pas rasées. Il pensa qu'il se raserait le lendemain pour aller à son travail, ce serait bien suffisant.

  • Hyckz

    Muriel Combarnous

    Marie Hyckz est mère célibataire. Et commissaire de police. 
    De petits arrangements en gros compromis, elle s'efforce d'être à la fois une mère acceptable et un flic efficace, mais des fillettes disparues, un meurtrier insaisissable et des rumeurs au sujet d'un mystérieux proxénète font monter la pression qui pèse sur ses épaules.
    Au coeur de ces trois affaires, elle essaie également de venir en aide à Jeanne, l'amie de toujours, camée occasionnelle et pute régulière aux prises avec un flic véreux et, par-dessus tout, elle cherche à protéger sa fille des violences inhérentes à son métier. Quand le pire vient jusque chez elle mettre en péril la fragile et relative harmonie de son existence, c'est avec une détermination inébranlable qu'elle décide de faire justice et met tout en oeuvre pour écarter la menace.
    Une enquête féminine dans les milieux troubles de la prostitution...
    EXTRAIT
    Elle a trouvé. En moins de cinq minutes, Lila et elle riaient aux éclats. Moi je n'arrivais pas à ne pas penser aux horreurs qu'avait subies la fillette. Aux horreurs que ma Lila venait de découvrir. L'idée de l'autre petite encore aux mains de son tortionnaire depuis trois jours me hantait. Et je n'avais rien fait pour essayer de la retrouver depuis l'instant où j'avais quitté le bureau. J'ai donc repris ce satané dossier avec ses immondes photos et je suis retournée au bureau, laissant Lila et Jeanne se consoler ensemble de leurs maux de la journée. Je n'étais pas certaine de savoir de quoi je m'en voulais le plus, mais je m'en voulais à mort. Et plus encore j'en voulais au monstre qui avait provoqué tout ça.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Muriel Combarnous vit à Paris. Professionnellement plutôt portée sur les chiffres, elle consacre ses loisirs aux lettres, notamment à travers le théâtre et l'écriture de textes courts. Hyckz est son premier roman.

  • Sarah, médium pour la police depuis 30 ans.
    ?
    Sarah travaille pour la police en tant que médium depuis l'âge de 18 ans. Elle est le « témoin » à distance - dans le temps et l'espace - des crimes qu'elle aide à résoudre. À l'aube de la cinquantaine, elle se sent fatiguée par la vie qu'elle a menée. Divorcée, elle s'apprête à passer un été en solitaire dans sa maison au bord de la mer, mais sa vie va être bouleversée et prendre un détour inattendu : sa rencontre avec son voisin au passé trouble va la plonger dans une enquête qui devra faire appel à toutes ses facultés pour démêler une ancienne affaire de meurtres non résolue.
    Découvrez un polar haletant et suivez pas à pas les investigations de Sarah, plongée dans une enquête qui fera appel à ses toutes facultés.
    EXTRAIT
    Je sais avec certitude que la mort représente cette terre d'accueil merveilleuse, terre qui nous attend tous, comme une récompense aux efforts fournis dans notre vie. Ici-bas, c'est ma dernière vie, je le sais. Une voix intérieure me l'a soufflé. Et j'en éprouve un soulagement incommensurable. J'ai vécu plusieurs vies, et chacune d'entre elles a laissé des traces dans mon inconscient. Mais ce que je sais avec certitude : je suis restée digne et honnête dans toutes mes vies. Aujourd'hui, j'ai le privilège d'avoir un don, je vois au-delà. Je ressens les choses, les vois par anticipation. Mais ce don est loin d'être une sinécure ; il se mérite chaque jour un peu plus ; je dois accomplir le destin pour lequel on m'a choisie là-haut. Rien n'est le fruit du hasard. Nous avons tous notre route à suivre, ce pour quoi nous sommes venus dans ce monde. Nous ne sommes pas maîtres de notre destin. Lorsque nous ne prenons pas la bonne route, nous sommes remis sur la bonne voie d'une façon ou d'une autre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née dans les Deux-Sèvres en 1966, Isabelle Brottier s'est très tôt passionnée pour la littérature. Après une licence en Droit, elle a intégré l'administration. Mariée et mère de deux enfants,  elle vit en Loire-Atlantique. À ses heures perdues, elle prend des cours de peinture, et parcours les chemins de l'écriture. Témoin distant est son premier roman à suspense.

  • Immersion dans les eaux troubles de l'Église catholique...?
    Paris, été 2008. Une patrouille de police découvre un cadavre mutilé dans un immeuble désaffecté du XVIIIe arrondissement. Le Capitaine Liener et sa Brigade des Affaires Étranges prennent en charge l'investigation et mènent une enquête aux frontières occultes et criminelles. Un ennemi puissant, invisible, presque intouchable, manoeuvre dans l'obscurité et les secrets. Les talents guerriers, scientifiques et mystiques des trois lieutenants de la Brigade suffiront-ils à résoudre tous les mystères, à vaincre tous les périls ? À moins que les démons de Liam Liener ne les précipitent dans une ombre plus grande encore ? Dans un combat acharné, nul n'en sort indemne.
    Un polar au rythme effréné qui vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page !
    EXTRAIT
    - Deuxième visite à notre hôte. Le spectacle est toujours aussi pénible. Alors, l'homme a une cinquantaine d'années, guère plus, type caucasien. Le côté face du corps possède avant examen approfondi deux marques distinctives : ce curieux plan sur la poitrine, il y a des noms dessus, c'est écrit à l'envers, tiens donc. Où est le miroir ? Il y a des marques sur le mur en face, à vérifier et cette tige de métal transperçant l'avant-jambe droite, je parierais pour un passage dans le tibia. L'acier est lourd, avec un anneau de chaîne. Où est le reste de la chaîne ? Ah, sur le mur, il y a des traces de frottements métalliques et un trou sur le plancher. Il était attaché ici. Il n'y a pas de marques de coups ou de maltraitance sur le corps. Pouvait-il être consentant ?
    Liam Liener leva les yeux, examina la pièce, s'approcha de la fenêtre. « C'est étrange, je ne vois aucun atelier d'artiste d'ici. Où vit ce type qui dit avoir vu la scène ?»
    Il dicta :
    - Retrouvez le nom et l'adresse du témoin oculaire.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai lu ce polar avec plaisir car l'écriture est soignée, les personnages attachants et le thème intéressant. - Catherine, La culture se partage

  • Aton, le dieu égyptien du soleil, n'a pas dit son dernier mot...
    « L'obsédante mélopée enfle et se répand à travers tout l'espace. Le tribunal est à pied d'oeuvre, on va pouvoir commencer. Le premier jour du neuvième mois du cycle des soixante-quatre ans le Dieu-Soleil réclame son offrande. »
    Comment Melinda Fields, enquêtrice à la Brigade Criminelle de Melbourne, se retrouve-t-elle à Berlin confrontée aux pouvoirs maléfiques d'Aton, le Dieu-Soleil de l'Égypte Antique ? Il est temps de vous perdre dans le dédale de cette étrange énigme...
    De la même auteure, deux autres enquêtes menées en Europe par l'inspectrice australienne : Accents Graves et La mort à pleines dents.
    Un thriller surprenant entre Melbourne et Berlin !
    EXTRAIT
    Une étuve, la sensation d'être brutalement plongé dans une étuve, c'est exactement ce qu'éprouve Mike en mettant le pied sur la passerelle. Il n'est pas neuf heures et les indécents 31° qui s'affichent en rouge au fronton de l'aéroport accentuent sa mauvaise humeur.
    Le commandant de bord a bien prévenu les passagers qu'une canicule tout à fait exceptionnelle pour une fin août sévit dans la capitale allemande, mais Mike n'imaginait pas que l'air serait aussi sec et la lumière aussi aveuglante. Bien qu'Australien de souche, vivant à Melbourne depuis sa naissance, il n'aime pas la chaleur. Et voilà qu'il retrouve à Berlin les conditions climatiques extrêmes du plein été dans son pays. Décidément, ce séjour berlinois improvisé lui déplaît.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Amies de lycée, elles se sont quelque temps perdues de vue pour mieux se retrouver et combler leur besoin commun de prendre la plume. Elles partagent une passion conjointe des voyages et de l'écriture. Mary Play-Parlange écrit à quatre mains en parfaite harmonie de fond et de forme.

  • Anamorphose

    Charlène Mauwls

    Le petit immeuble du 16 rue des Clarisses renferme décidément bien des secrets...
    Philippe Meunier se disait que son subconscient lui jouait des tours ; que la fatigue conjuguée à la vague ressemblance de quelqu'un se rendant au troisième le mettait dans l'erreur. C'était à cet étage-là que vivait encore le pauvre Émile, emmuré dans la tristesse de son veuvage... Qu'est-ce que signifiait ce micmac ? Pourquoi Henriette hantait-elle soudainement l'immeuble de ses va-et-vient incessants ? Le petit immeuble situé 16 rue des Clarisses renfermait décidément bien des secrets.
    Avec Anamorphose, Charlène Mauwls adopte le style de la littérature policière du 19ème siècle qui lui permet de mettre en mots la vie quotidienne de ses personnages, et nous plonge dans l'univers Hitchcockien des habitants de cet immeuble avec lesquels l'agent d'assurances Philippe Meunier a tissé des liens étroits. Le suspense monte à chaque étage, et la psychose gagne.... mais oui... pourquoi n'avait-il pas fait le rapprochement quand la réponse était là sous ses yeux ?
    A travers cette nouvelle, plongez dans l'univers Hitchcokien des habitants de cet immeuble, et découvrez une histoire où suspense et psychose sont omniprésents !
    EXTRAIT
    Philippe Meunier commençait à s'endormir debout, bercé par les grincements et les ballottements lorsqu'il crut rêver pour de bon ; le palier du troisième s'enfonçait aussi lentement qu'un caillou dans la vase quand son regard accrocha la silhouette de madame Varlet qui disparaissait. C'était impossible ! Il avait lui-même porté le chèque de sa compagnie au veuf, le pauvre Emile, après que feue Henriette eut succombé à une crise cardiaque. Cela s'était produit au beau milieu de la partie hebdomadaire de bridge chez madame Marchand, premier étage à gauche... une autre de ses vieilles clientes de l'immeuble.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Charlène Mauwls est l'anagramme de Laurence Schwalm, la fondatrice des Éditions Ex Aequo.
    Après une carrière courte mais intense dans les différents domaines de la communication, elle a décidé de se consacrer à la littérature. Elle a créé les éditions Ex Aequo en mars 2009.

  • Green gardenia

    Muriel Mourgue

    Un mari, modèle de fidélité, a disparu...
    « C'est tout juste si je me remettais de la visite que je venais d'avoir au bureau ! Une jolie brune, la trentaine, en train de sangloter sur ma vieille chaise en bois parce que l'amour de sa vie n'avait pas remis les pieds à la maison depuis quarante-huit heures. Son Douglas chéri, un modèle de fidélité, était parti au bureau comme chaque matin que Dieu fait après avoir embrassé son April, et depuis, plus de nouvelles ! »
    Dans cette investigation de Thelma Vermont à la recherche d'un mari disparu, Muriel Mourgue nous dépeint sous un angle très noir la société américaine des années 50. Les amateurs du genre vont se régaler...
    Suivez pas à pas les investigations de Thelma Vermont, et plongez dans la société américaine des années 50.
    EXTRAIT
    Disparu corps et biens ! Et pourtant son Douglas était un rescapé qui avait toujours eu beaucoup de chance dans la vie, il avait été le seul de son escadrille à revenir d'une délicate mission au dessus de la Normandie en juin 1944... Mon « Douglas » à moi qui ne s'appelait pas Douglas, mais James, n'était jamais revenu. Tout ce qui me restait de lui était un Zippo rayé décoré d'un drapeau américain. Je n'avais pas osé dire à la pauvre April en pleurs qu'il arrivait que la chance change de camp tout d'un coup, sans prévenir. C'est fou ce que les choses peuvent remplir une existence. Mon stylo, par exemple, résume avec mon vieux Zippo la moitié de mon identité. Mon stylo, un Shaeffer Crest, est en effet le dernier cadeau d'anniversaire que j'ai reçu de mon père. Quelque temps après ma mère et lui ont raté un virage quelque part entre Yannis Port et Boston.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Muriel Mourgue est née en juin 1957. Elle vit en Lorraine où elle enseigne l'allemand. Après la parution de L'esprit voyageur aux éditions Mon Petit Éditeur, puis de Montevideo Hotel aux Éditions Ex Aequo, elle vous propose ici une nouvelle enquête de Thelma Vermont.

empty