Calmann-Lévy (réédition numérique FeniXX)

  • Un quinquagénaire sous un tilleul, trois adolescents, des oiseaux, une épouse, quatre femmes, un chef tapissier, des oiseaux, un père, une mère, une enfant dans un jardin, des oiseaux, un bébé, un autre bébé, encore un bébé, des oiseaux. Inventaire, éléments d'un puzzle, pièces d'un jeu de patience que le narrateur agence impatiemment, pour tenter de reconstituer sa personnalité et sa vie bouleversées par les battements d'ailes et les criaillements des oiseaux.

  • Ce second roman de l'auteur nous entraîne au coeur d'un continent qu'elle connaît bien : l'éternelle Afrique, mythique et triviale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Avec ses yeux de petite fille, S. Prou évoque ses émois, ses impressions, à travers les images de ces pays exotiques pendant les années vingt et trente. Le récit se termine avec le retour définitif en métropole.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Envisage tous les problèmes des couples qui veulent adopter un enfant. L'adoption y est traitée sous tous ses aspects : sociologique, juridique, administratif, psychologique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Jacob, 16 ans, habite une petite ville de l'Est. Un événement grave surviendra dans sa vie et le fera sortir définitivement de l'adolescence.

  • En partant des questions que se posent les parents inquiets et mal informés, ce livre propose une visite guidée du collège à la fin des années 80.

  • Personnage et écrivain attachant que Christine de Pisan : à travers ses écrits en vers et en prose, la fille de l'astrologue-astronome de Charles V n'hésite pas à revendiquer sa condition de femme contre les satires de Jean de Meun. Cette biographie nous fait découvrir une féministe avant la lettre.

  • Questionné par Stephen Smith, Abdallah, représentant spécial des Nations unies au Burundi de 1993 à 1995, décrit la vie quotidienne en Afrique par temps de massacres, explique l'impuissance onusienne, dénonce le piège humanitaire et la monstruosité voyeuriste des médias, analyse l'ingérence et l'indifférence de la diplomatie occidentale.

  • Alors que le PDG d'une grande chaîne de télévision est débarqué, lâcheté, égoïsme, arrivisme et tout le cortège misérable de la comédie humaine se met en branle en vase clos, sur fond de dîners mondains et de rapports incestueux entre les élites parisiennes de la politique, des affaires et des médias.

  • Une enquête de deux ans, plus de 300 personnes interrogées pour reconstituer le plus fidèlement possible le parcours de cette figure politique atypique qu'est Martine Aubry.

  • Dans l'Algérie exsangue de l'immédiat après-guerre, une vieille originale, Prudence Deschaussayes, confie à Lancelot - le narrateur - le manuscrit d'une tragédie, Trois Enfants perdus, « autobiographique », précise-t-elle. Fasciné par la démesure de la pièce, Lancelot se met en devoir de la faire représenter au théâtre municipal d'Oran. Le soir de la première, la vieille fille disparaît, emmenée par des inconnus qui sont peut-être les héros mêmes de l'histoire. Tel est le point de départ du roman, autrement dit de cette « enquête » que va dès lors entreprendre Lancelot, aidé par son ami Salah Eddine, pour retrouver l'auteur et ses personnages, les véritables modèles de ces « enfants perdus ». Étrange enquête, coupée de rappels, de confessions, et de réminiscences, dont les rebondissements imprévus, les multiples épisodes entraînent le lecteur au coeur du drame algérien, de la conquête à l'indépendance. Une étonnante remontée dans le Temps et la Mémoire de deux communautés unies malgré elles, déchirées par une guerre fratricide dont nous revivons les péripéties à travers le destin maudit d'une famille. Jamais sans doute Jean-Pierre Millecam ne nous avait fait sentir avec une telle intensité la nature mystérieuse d'un conflit où l'honneur de chacun se dévoile, unique et double à la fois, partagé entre l'amour et la haine, le sang et les larmes, la terreur et la pitié.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un événement singulier vient troubler la vie brillante de David, pianiste de concert installé à Londres avec Salman. C'est un télégramme de la mère de David. Elle lui annonce qu'elle va venir l'entendre ce soir jouer une ballade de Gabriel Fauré. Seulement David ne se souvient pas de sa mère, il avait effacé de sa mémoire celle qui l'avait abandonné à sa naissance. Pourquoi viendrait-elle l'écouter ce soir ? D'ailleurs elle ne viendra pas et suivront, après ce télégramme, une succession de messages, de rendez-vous manqués, d'appels téléphoniques étranges. Salman se fera passer pour David et devient amoureux de la mère de son ami. David ne peut croire qu'il a à nouveau une mère, et maintenant qu'elle existe ne supporte pas de ne pas la connaître. Après une multitude d'errances et de rendez-vous manques, il part à sa recherche, là où elle l'avait mis au monde, dans un ghetto de Bohême. Et là tout bascule.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le Planning familial a joué, ces quinze dernières années, un rôle décisif dans la société française en imposant la libération de la contraception et de l'avortement. Au cours de ce combat difficile, Simone Iff, présidente du M.F.P.F., et co-fondatrice du M.L.A.C., ainsi que les animateurs du Planning, se sont trouvés devant une immense demande d'information et de libération sexuelle de la part des jeunes et des moins jeunes. C'est cette expérience qu'ils relatent. Les questions posées par des adolescents des lycées, des collèges techniques et secondaires, et rapportées ici... stupéfieront. Cette assimilation profonde des problèmes sexuels de plusieurs centaines de milliers d'hommes ou de femmes, d'adultes et d'adolescents, a conduit le Planning à engager un nouveau combat, pour l'acceptation de la bisexualité innée de l'être humain et de la sexualité infantile, pour l'éducation sexualisée et l'épanouissement de la vie sexuelle hors des contraintes non librement choisies. Ce livre n'est pas seulement un manifeste ou un programme, mais aussi l'expression nouvelle d'un besoin collectif, la réintégration à part entière de la sexualité dans l'école, la famille, la société.

  • Une jeune comédienne en chômage accepte un engagement de strip-teaseuse dans un cabaret de Pigalle. C'est le Paris by night des années soixante. Avec elle, nous découvrons l'envers du décor, les coulisses qui sentent le fard, la sueur et le gros rouge, le petit monde des mannequins, des danseuses et des travestis, sur lequel règne Madame Auguste, une « garçonne » en smoking. Un monde étrange et familier où chacun se joue la comédie de l'artiste et poursuit le rêve d'une vie bourgeoise au milieu des pots de crème et des slips à repasser. Entre Maimaine l'habilleuse et « Georgette » le machiniste, Jacquot pense à son pavillon de banlieue, Jaja se console avec du 11°, Diabolo tricote des chandails. On rit, on pleure, on se quitte, on s'embrasse, on se fait des scènes de ménage et de jalousie. On lutte avec sa peau nue contre la misère et le désespoir. Un roman qui se lit comme un reportage, sans complaisances, plein de drôlerie et de tendresse cachée. Danièle Héran a le ton vif, le sens du dialogue, un naturel qui démonte tous les artifices d'une existence vouée à l'illusion. Une façon comme une autre de déshabiller les conventions de l'époque.

  • Un journal tenu régulièrement depuis 1923 est à l'origine de ce livre qui évoque pour nous un demi-siècle d'histoire à travers l'itinéraire personnel de l'auteur. Engagée dès sa jeunesse dans tous les combats intellectuels et politiques de l'époque, Janine Bouissounouse est un témoin exemplaire. Elle a le don d'amitié, le sens de l'événement et le privilège des rencontres. Sur un fond de chronique qui ressuscite le Paris des années trente, la France du 6 Février et du Front populaire, celle de la Résistance, où on la retrouve aux côtés d'Allemands antinazis, et de la Libération, se détachent les « moments » essentiels d'une existence mouvementée, illustrée par une galerie d'hommes célèbres. De la Sorbonne à la lutte des écrivains antifascistes, en passant par le surréalisme et le cinéma d'avant-garde, elle fait revivre les grandes figures de Pierre Morhange et de Georges Politzer, la présence chaleureuse de Paul Eluard et d'Eisenstein, croque un portrait familier d'André Malraux. Journaliste et grand reporter, elle a voyagé dans toute l'Europe, ce qui nous vaut quelques scènes cocasses comme l'interview avec Mussolini, mais aussi les descriptions saisissantes du Moscou de Staline, de Varsovie en ruines et de Budapest avant l'insurrection. A Rome (où son mari, Louis de Villefosse occupe un poste officiel) nous assistons à la naissance de la République italienne, en compagnie des plus grands écrivains : Ungaretti, Ignazio Silone, Carlo Levi et Alberto Moravia. Écrit avec vivacité, foisonnant d'anecdotes et de « choses vues », la Nuit d'Autun constitue un témoignage irremplaçable sur notre temps. C'est aussi le récit d'un trajet spirituel qui des « grandes espérances » du communisme aux « désillusions » de l'après-guerre nous conduit à une méditation généreuse sur la vie.

  • - Tu vois comme elle est ! marmotta Fabrice. J'en ai marre, mon gars, j'en ai marre. Des sanglots lui coupèrent la voix. Il alla quérir son fusil, et redescendit sur la pointe des pieds. Il se posta derrière la porte de la cuisine, où sa mère rinçait la vaisselle, il visa soigneusement et appuya sur la détente. Qui est Fabrice ? Une promesse. Une bulle qui s'avance, le nez en l'air et l'oeil en coin, entre un père et une mère qui le croient indifférent à leurs défaites. A neuf ans, on porte des moustaches en chocolat et des chaussettes en tire-bouchon. On ment, on pleure, on brûle. On rêve. Le meilleur et le pire. Brigitte, qui ne parvient pas à rompre le cordon ombilical, Philippe qui se rassure en mettant son fils échec et mat, découvrent que Fabrice les observe. Les juge. Neuf ans, le crépuscule de l'enfance. La dernière chance du naturel avant le conformisme et la révolte. Anne Loesch réussit là un étonnant portrait d'enfant qui efface tous les "clichés" de la mode comme de la tradition. Frère du Petit Trott et de Poil de Carotte, Fabrice ne ressemble à personne. Il nous entraîne à travers les années-lumière du premier âge et nous parle d'un monde que nous avions perdu.

  • Pour le monde entier, Pierre de Coubertin est, avant toute chose, le rénovateur des jeux Olympiques. A ce titre, il en a toujours préféré un autre : « Pierre de Coubertin, humaniste ». Marie-Thérèse Eyquem est partie à la recherche d'un Coubertin inconnu en consultant ses carnets intimes, ses inédits, ce qu'il a publié ; en s'informant auprès de ses proches. Il revit dans ces pages, au travers des drames de sa vie familiale, des luttes de sa vie publique. Coubertin, à qui la droite reprocha toujours de verser dans le socialisme, cependant que la gauche se méfia jusqu'au bout de sa particule, restera un dirigeant sportif aux vues étonnamment larges, un éducateur inspiré - dont les idées d'avant-garde sont puissamment actuelles - un historien de qualité, un visionnaire et un poète. « Je bâtis pour demain », disait-il à ceux qui voyaient en lui un utopiste. L'analyse de la pensée de Coubertin se mêle ici au récit de sa vie et au conte de l'épopée olympique. C'est l'histoire d'un "honnête homme" du XIXe siècle qui reste, au plus haut degré, un homme du XXe siècle.

  • Dans la nuit, une femme parle, aux murs, au silence. Elle parle, parce que les mots sont tout ce qu'elle a jamais possédé, esclave d'un père à la tyrannique tendresse, puis épouse soumise d'un jeune premier pour lequel elle n'a été qu'une femme-objet. Ses paroles acérées comme le fil d'un rasoir tranchent les liens qui l'attachaient à ces deux êtres, incarnations différentes d'un même geôlier. L'insomnie lui crée un théâtre d'ombres où s'abolit la frontière entre l'imagination et le réel. Quelle est la vraie vie ? Celle que l'on a, ou celle que l'on dit ? Un jeu subtil avec le temps. Un roman nocturne du désespoir.

empty