Bayard Culture

  • Compétition, évaluation, performances, voilà des termes qui marquent notre vie aujourd'hui et nous empêchent de vivre une présence au monde simple et bonne.
    Avec cette nouvelle collection, nous voulons mettre en avant des valeurs et des vertus qui aident chacun à vivre et à prendre sa place, en toute plénitude, dans la société d'aujourd'hui.
    Dans chaque ouvrage sont rassemblés des textes courts de grands auteurs; philosophes, théologiens, Pères de l'Église, écrivains, poètes ... qui constituent une anthologie non exhaustive, mais pertinente, étonnante, accessible.

  • Le grand mystique persan Rûmî, fondateur de l'ordre des derviches tourneurs au XIIIe siècle, est l'auteur d'une oeuvre vaste qui ne cesse d'inspirer l'Occident. Aujourd'hui plus encore le souci que le soufi manifeste à l'égard de chaque élément du cosmos, la gratitude pour chacun et son souci d'humilité sont au coeur de notre modernité.
    Dans un essai éclairant, cheikha Nûr Artiran la femme qui dirige actuellement la confrérie héritière de Rûmî en Turquie, nous guide dans son oeuvre riche faite de poèmes, de contes et de traités mystiques. Elle place l'amour au centre de sa lecture : n'est-ce pas par amour que le derviche répète sa danse, métaphore d'une existence vouée à l'ardent amour du divin ? Cette femme très engagée pour la paix et le dialogue interreligieux dévoile ici les mystères de la doctrine mystique de Rûmî.

  • éloge de la simplicité Nouv.

    Mariel Mazzocco nous invite à retrouver le sens de la simplicité, célébrée dans de nombreuses pages de la spiritualité chrétienne. Avec un regard libre et dégagé de toute prévention, nous découvrons la qualité originaire de notre esprit : la simplicité. C'est l'anima semplicetta de Dante dans la Divine Comédie. Si nous ne pouvons retrouver ce premier état, il nous est possible de travailler jour après jour à discerner l'essentiel, en cultivant notre capacité d'émerveillement. Cette dimension a nourri de nombreux auteurs chrétiens, à l'instar de Fénelon qui reconnaît les vertus d'une simplicité sublime que l'on ne peut que pratiquer sans jamais pouvoir la saisir dans les méandres du discours. De même les Pères de l'Église ont-ils fait l'éloge de la simplicité comme manière de vivre de manière juste et droite. Dans ce livre, l'auteur nous convie à un parcours spirituel au plus près de nos vies.

  • « Il m'arrive de penser que tout est mise en abîme. Mais à une échelle si grande qu'il nous est impossible de voir nos existences autrement que comme des ramifications anarchiques. Chacun de nous est à la fois la petite et la grande matriochka d'autre chose. Et si Dieu existe, c'est d'être la plus petite, l'indivisible. Cet ovale lisse et minuscule que j'aimais tenir enfin entre mes mains, enfant. Dans le désordre des poupées russes éventrées, éparpillées au sol par moitiés, tenir au creux de ma paume ce noyau dur solide, irradiant d'une inviolable unité. »
    Dans ce livre, Marion Muller-Colard part à la rencontre de Nikola Zaric, sculpteur suisse décédé en 2017. Son oeuvre lui révèle que « la vie ne se trace pas en ligne mais en ronde. »

  • Et si la méditation, plutôt qu'un exercice venu de l'Orient, devait bien se situer au coeur de la vie chrétienne ? Patrick C. Goujon réinscrit cette expérience au coeur de la spiritualité du christianisme. Au fil des textes qu'il présente, il dessine les chemins que la méditation nous ouvre. Qu'il s'agisse de l'épreuve du silence, du vide, l'auteur en dévoile la force d'humanisation. Car cette pratique permet à chacun, un peu mieux, de vivre, porté par la Parole de Dieu. Ainsi la méditation devient-elle une expérience du retentissement, celui d'une Parole qui ébranle le coeur, l'esprit et d'une vie qui déborde l'âme.

  • Comment trouver sa voie ?
    Mais surtout comment prendre
    confiance en soi pour s'accomplir ?
    Certes, personne n'est irremplaçable, et pourtant
    chacun est unique. Il se pourrait même que toute
    personne ait une mission à accomplir. Dans ce livre
    étonnant, Jean Moubourquette propose à chacun
    d'entre nous, où que nous en soyons sur le chemin
    de notre existence, de trouver la voie de la réalisation
    de soi et de sa mission.

  • Anne Lécu nous invite à une nouvelle méditation biblique pour en découvrir une facette inattendue : la force symbolique du texte quand il convoque la nature. Elle cueille auprès de quelques arbres ou plantes une prière singulière. Souvent comparés aux humains, ces végétaux nous enseignent une manière d'habiter notre relation avec Dieu. Ainsi l'amandier, figure la prière du veilleur car le mot hébreu qui le désigne, "shaked", dérive du verbe qui signifie « être attentif, veiller ». C'est cette étymologique l'on retrouve dans le livre de Jérémie. Le cèdre incarne la prière du bâtisseur, le chêne, celle du sage, le figuier celle du gourmand, etc. Qu'il s'agisse du Cantique des Cantiques, du livre de la Genèse, l'arbre guide la méditation spirituelle et ses différents moments. Le règne animal est également l'occasion de méditer le texte de la Bible, ainsi de quelques oiseaux qui s'invitent pour un temps de méditation sur le sens de la relation entre l'homme et la Création.
    Ces textes ont été l'objet d'une première parution dans "Prions en Eglise"

  • Trois femmes se croisent, se rencontrent, s'interpellent au pied d'une statue de la Vierge. Une amoureuse, une jeune mère, une clocharde. Elles se disputent, se consolent, en viennent aux mains, parfois. Elles livrent leurs souvenirs d'enfance, leurs rêves, leurs colères, leurs folies. Enfant, la jeune mère s'est jurée qu'elle deviendrait Marie, quand elle serait grande. Et la voilà enceinte, sans bien comprendre comment, émerveillée d'avoir si bien réussi. Mais lorsqu'elle revient de nuit avec son bébé, la jeune mère essaye de le faire tenir dans les bras de la statue pour le confier à plus grande qu'elle. Plus grande peut-être, mais de marbre.
    L'amoureuse et la clocharde sont malgré elles investies d'une mission. Elles ne peuvent pas abandonner la jeune femme, en proie à son premier désespoir maternel. Et qui pourra consoler l'amoureuse de l'homme qui ne vient pas ? Qui donnera à la jeune mère le courage de se détourner des statues pour entrer dans le vif du réel, dans la chair et l'os d'une vie incarnée, brinquebalante, majestueuse, décevante? Sur ce qu'il reste de la vie après les désillusions, la clocharde en connaît un rayon. Un rayon lumineux qu'elle dévoilera petit à petit, au pied de la statue de Marie...

  • Madeleine Delbrêl (1904-1964) a traversé le siècle dernier. Après sa conversion à l'âge de 20 ans, elle est devenue assistante sociale. Avec quelques compagnes, elle a choisi de vivre l'évangile, en plein monde, en coude-à-coude avec les habitants d'Ivry sur Seine. Elle a ouvert un chemin de sainteté dans la vie ordinaire au point que l'Église s'apprête à la reconnaître comme « Bienheureuse ».
    Son expérience spirituelle marquée par un amour profond de l'évangile et de ses contemporains offre des clés pour vivre la foi aujourd'hui. Pour elle, la foi ne trouve son sens plénier que dans le partage de la vie ordinaire de nos contemporains. « Tout cette foule dans notre coeur » n'est pas une biographie de plus, mais une invitation, à travers l'expérience et les textes de Madeleine Delbrêl, à découvrir que les croyants n'ont pas le choix « entre partir ou rester », et que toute vie est prise, bénie, rompue et appelée à être donnée. Par son exemple, cette femme de peu nous remet, en quelque sorte, sur la route, et invite à se questionner sur le sens du don et de la solidarité.

  • L'estime de soi est au coeur de la recherche d'épanouissement. C'est une notion fondamentale de la psychologie qui sert dans de nombreux domaines, comme l'éducation, le travail, etc. Pourtant, la psychologie a oublié les racines spirituelles de cette notion, comme s'il était possible de s'épanouir hors de cet enracinement primordial. Dans cet ouvrage devenu un classique, l'auteur reconnaît les affinités profondes entre psychologie et spiritualité, et se propose de rétablir les articulations entre la démarche de l'estime de soi et celle de l'estime du Soi. Pour être pleinement heureuse, une personne doit à la fois développer l'estime d'elle-même et découvrir les richesses intérieures du Soi, « l'image de Dieu » en elle. De la même manière, la maturité spirituelle exige un « je » fort sur le plan psychologique.
    De ces deux parcours qui s'enrichissent mutuellement, on découvre que l'épanouissement personnel véritable s'appuie sur le soin de l'âme et puise dans les ressources spirituelles de l'être.

  • L'encyclique Laudato si', publiée en juin 2015, marque un seuil dans la prise de conscience par l'Église catholique d'une nécessaire « conversion écologique ». Depuis cinq ans, ce texte du pape François a accompagné la conversion de nombreux lieux d'Église et l'émergence de nouvelles formes d'engagements chrétiens. Surtout parmi les jeunes générations qui y trouvent un motif nouveau pour vivre leur foi en lien avec les grands enjeux que le monde affronte. Quand l'écologie fait son entrée dans les milieux catholiques, elle révèle à la fois les fragilités et les inerties des Églises, et le travail de renouveau qui s'opère dans les périphéries souvent inattendues. Monastères, lieux nouveaux, création d'associations sont autant de signes de la diversité de l'écologie chrétienne, dite intégrale.
    Un portrait d'une génération montante par le spécialiste de ces questions en France.

  • A huit ans, Jeanne Pelat a touché tous les Français par son courage et son témoignage lors du Téléthon 2004.Sa maladie a été diagnostiquée lorsqu'elle avait six ans. Un an après, Jeanne ne marchait plus. Aujourd'hui, la jeune fille de 22 ans ne peut plus bouger. Elle se bat contre la souffrance mais aussi et surtout contre l'exclusion du handicap. Dans cet ouvrage, son deuxième, elle évoque sa foi profonde, qui, depuis son enfance, s'est construite et affermie au fil du temps. Elle s'adresse notamment à ceux qui traversent des épreuves et se demandent : Pourquoi la maladie est-elle tombée sur moi ? Dieu m'a-t-il abandonnée ? Pourquoi Dieu ne me guérit-il pas alors que je le prie ? Est-ce que je suis punie ? Et elle répond, avec ses mots plein de force et de simplicité : non seulement je ne suis pas punie, mais je suis bénie. Ce témoignage sur le mystère de la souffrance bouleverse par sa puissance, son humilité, sa formidable force spirituelle.

  • « Je ne vous appelle plus serviteurs ; je vous appelle ami » : Jésus, dans l'évangile (Jn15,15) place l'amitié comme une valeur suprême de nos relations. L'amitié, si rare et importante dans nos existences, a donc un sens tout à fait particulier, qui dépasse toute définition.
    L'amitié tient à la fois de la confiance, de la familiarité, de la fraternité aussi. Mgr Jean-Paul Vesco, dominicain, ancien provincial de France jusqu'à sa nomination à la tête du diocèse d'Oran (Algérie), témoigne de toutes les dimensions de l'amitié dans nos vies relationnelles mais aussi dans une démarche de croyants.
    De l'Evangile à l'amitié quotidienne en Algérie, sur les traces de Mgr Claverie, ou à partir de Amoris Laetita, la dernière encyclique du pape François, Jean-Paul Vesco raconte cette amitié telle qu'il l'a découverte et qui se noue entre les êtres, entre les communautés, entre les peuples. Et avec Dieu. Une authentique confession.

  • Roseline Hamel, 78 ans, est la soeur du P. Jacques Hamel, assassiné en son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, en juillet 2016. Elle vit dans le Nord de la France.
    Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel était égorgé dans la petite église de Saint-Etienne du Rouvray par deux jeunes islamistes. A 85 ans, le vieux prêtre continuait à rendre service dans cette commune limitrophe de Rouen : il était en train de célébrer l'eucharistie avec quelques paroissiens.
    La mort du père Jacques Hamel, quelques jours après l'attentat de Nice, a bouleversé le pays, bien au-delà du monde catholique. Roseline Hamel a été reçu par le pape François, très touché par la mort du prêtre. Le diocèse de Rouen a ouvert une enquête en vue de sa béatification.
    Si le drame ne quitte pas les pensées de sa soeur Roseline, celle-ci se souvient de la vocation de prêtre et des longues années données à ses paroissiens. Liée à son frère par une tendresse fraternelle, sa soeur cadette témoigne de la générosité discrète d'un homme attentif aux autres, jusqu'au sacrifice. Des souvenirs d'enfance aux dernières vacances familiales passées ensemble, Roseline Hamel nous fait découvrir l'intimité de son frère avec qui elle avait une longue correspondance et une grande complicité.
    Un témoignage exceptionnel sur la vie du Père Jacques Hamel.

  • Il ne s'agit pas d'un ouvrage d'exégèse, ni de théologie, ni de piété. Pour l'auteur, l'enjeu est ailleurs. Le Messie, le Christ, Jésus, c'est scandale et folie, subversion inouïe de c qui était, au temps de Paul et de la rédaction du Nouveau Testament, religion et philosophie. L'auteur pose la question suivante : quel sens peut bien avoir cette subversion si on la pense aujourd'hui ? On peut sauver le monde du chaos et l'homme de la misère si l'on aime Dieu par la seule force de l'esprit critique.
    Maurice Bellet (1923-2018) est psychanalyste, prêtre et théologien. Son oeuvre considérable est traduite dans le monde entier.

  • "Lorsque j'étais enfant, ma mère déposait chaque matin sur la table de notre cuisine une miche de pain de la veille, une fiasque de vin, un cruchon d'huile et une salière, le tout recouvert d'une serviette sur laquelle elle avait elle-même brodé ces mots, « Que l'huile, le pain, le vin et le sel soient une leçon et une consolation ». Ainsi à celui qui venait chez nous, ces objets disaient qu'il était le bienvenu et qu'il y avait aussi à manger pour lui."
    Pour le fondateur de la communauté mixte de Bose, dans le Piémont italien, le partage n'est pas un vain mot. L'accueil de l'étranger figure dans la règle du monastère où la table, qui jouit d'une renommée nationale, invite l'hôte à vivre une spiritualité du partage. La table n'est-elle pas ce lieu important dans toute la tradition chrétienne, celui de la présence divine comme celui de la rencontre ? Le repas comporte ainsi, bien au-delà de la consommation de nourriture, une dimension spirituelle essentielle. C'est un moment d'humanisation, de construction de l'amitié et de la communauté. C'est une manière de dire l'amour porté à l'autre, comme le montrent nombre de passages de la Bible qui sont ici relus selon cet éclairage.

  • Notre monde contemporain donne l'impression d'avoir rendu l'âme, pourtant le mot lui-même n'est pas tombé en désuétude. Il court à fleur de langage, il passe de bouche en bouche. Ce n'est plus un mot d'église, c'est un mot de rue. Il est dans l'air du temps, il insiste comme s'il avait encore quelque chose à dire et voulait se faire entendre.
    Qui s'étonnera d'entendre parler d'une belle âme, de l'âme d'une maison ou d'un jardin ? Qui n'a éprouvé l'impression d'agir en son âme et conscience ? Qui ne s'est, un jour ou l'autre, senti habité d'un certain vague à l'âme, blessé en son âme, contraint à agir la mort dans l'âme ?
    Marqué par le deuil de son époux, constatant parallèlement qu'en Occident l'homme a cessé d'être travaillé par toute forme de vie spirituelle, Catherine Ternynck invite le lecteur à affiner son regard sur les êtres comme sur les choses pour pouvoir s'ouvrir aux transcendances.
    L'auteur : Catherine Ternynck
    Catherine Ternynck est docteur en psychologie, psychanalyste (SPP) et membre du département d'éthique de la famille de l'université catholique de Lille. Elle a publié L'épreuve du féminin à l'adolescence (Dunod 2000), Chambre à part (DDB, 2007, prix du Furet et de la Voix du Nord) et L'homme de sable (Seuil, 2011).

  • « J'ai perçu chez nos contemporains une immense faim de silence et à la fois une très grande panique devant le silence... »
    Pablo d'Ors, prêtre catholique, mais aussi romancier et grand connaisseur de la méditation zen, philosophe spécialiste de Maître Eckhart, propose à tous dans ce livre une méthode de méditation pour apprivoiser le silence.
    Les fruits de la méditation sont inestimables même si méditer n'est pas facile, explique-t-il, en donnant des conseils simples, forts, tirés de son expérience personnelle du désert et de ses nombreuses lectures. Il propose des exercices à partir de textes spirituels divers, de découvrir l'art de méditer devant la nature, en marchant, en faisant le vide chez soi...
    Ce petit livre donne une vision claire des bienfaits d'une méditation quotidienne : concentration, apaisement, régénération.
    Il s'adresse au croyant comme au non croyant.
    Résumé (Valeur obligatoire)

  • Tout lui réussissait... jusqu'à l'accident de parapente. Philippe Pozzo di Borgo menait une existence dorée, jusqu'au drame qui le rend tétraplégique. Dans Le Second souffle, il racontait son accident, la mort de sa femme et sa vie bouleversée par le handicap et la solitude. Dans ce nouveau témoignage, il revient sur la vie bouleversée. Si plus rien n'est comme avant, il découvre surtout qu'on ne peut pas vivre seul. Devenu dépendant, il mesure combien il était jusqu'alors « handicapé » dans sa rencontre des autres, prisonnier d'un rôle à tenir. C'est dans notre vie relationnelle que se joue l'essentiel de la vie. Que ce soit avec les proches comme avec les inconnus, cette découverte du vis-à-vis bouleverse Philippe Pozzo di Borgo. C'est dans cet échange avec chacun, entre toi et moi, que s'exprime le meilleur de notre humanité. Un témoignage émouvant sur la découverte de l'autre et de la dépendance.

  • Le rythme de la méditation n'est pas celui de l'exposé. Il épouse celui du chemin sans chemin qui, pour un regard superficiel, paraît une errance. Quelle voie emprunter qui nous assurerait, aujourd'hui, contre les périls extrêmes dont l'histoire des peuples et l'actualité nous donnent une image angoissante ? Ce petit livre salutaire et profond se propose d'accueillir ceux-là mêmes qui n'ont plus de chemin, car celui où ils s'étaient engagés s'est défait. Celles et ceux qui se sentent perdus dans un monde où plus rien ne les guide. Trois méditations pour que la Voie demeure toujours ouverte.

  • Un regard lucide et critique sur l'Eglise et la foi aujourd'hui. L'ouvrage se compose d'un recueil de pensées spirituelles, souvent drôles, sur l'humanité, Dieu, la morale, la prière, etc., d'un texte pastiche d'une encyclique imaginaire sur l'avenir de l'Eglise et de deux textes de méditations.

  • Si soeur Marie Keyrouz est devenue aujourd'hui la plus grande figure du chant sacré d'Orient et d'Occident et une messagère de paix entre les peuples, c'est peut-être parce que selon elle, « le Mal qui envahit le monde, ne sera vaincu qu'avec le Beau et le Sacré. » Voilà pourquoi elle chante.
    En 1984, sous les bombes de la guerre au Liban, elle fonde son Ensemble de la paix, musiciens et choristes de différentes religions, nationalités et cultures, qui l'accompagnent désormais dans ses concerts. Elle exprime dans ce livre, comme elle ne l'a encore jamais fait, sa foi qui sous-tend toute sa démarche artistique.
    Elle considère la voix comme l'instrument de Dieu et le chant comme l'unique occasion d'exprimer une vérité qui, autrement, serait inaudible. Un témoignage bouleversant et impressionnant par la force de la spiritualité exprimée.

  • Pour que l'intention de pardonner ne reste pas bloquée par les ressentiments et la mauvaise conscience, l'auteur propose un chemin réaliste qui tient compte de notre psychologie.
    Pardonner ce n'est pas oublier, excuser l'autre, faire une démonstration de sa supériorité morale ou renoncer à ses droits. Le pardon exige plutôt de faire un retour sur soi afin de se pardonner d'abord à soi-même.
    Un guide pratique sur l'art de pardonner, dénonçant d'abord les faux pardons puis traçant une démarche de pardon en douze étapes, chacune comportant des exercices pratiques. Il indique un vrai chemin humain et spirituel pour un pardon authentique.

  • Depuis son élection, chaque matin un peu après 7 heures, le pape François célèbre une messe dans la petite chapelle de la maison Sainte-Marthe, où il a choisi de vivre au Vatican. C'est l'occasion d'une homélie devenue extrêmement populaire et dans laquelle il fait passer régulièrement ses messages. Beaucoup font référence à l'actualité, sociale ou religieuse. Ce livre nous offre les textes de près de 300 homélies, prononcées en un an entre la fin de 2015 et le mois de septembre 2016. Le pape évoque dans ces pages, non seulement les grands thèmes de sa foi, mais également les défis auxquels se trouve confrontée l'Eglise catholique. Le lecteur suit sa pensée, ses espoirs et ses craintes. Et accompagne sa prière.

empty