Arthaud (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les femmes d'à bord, c'est un clin d'oeil corrosif et amusé, plein d'humour et d'amour, une série de portraits de femmes, célèbres ou inconnues, qui "flottent" ou naviguent. Des femmes que France Guillain a côtoyées sur l'eau, durant vingt ans. De July, militante M.L.F., à Géraldine, épouse et mère accomplie, de Françoise Moitessier à Linda la pirate en passant par l'histoire de Félicie, classée "X » France Guillain ne se contente pas de l'aspect surprenant de ces vies de femmes. C'est aussi toute la relation de la femme à elle-même, à l'autre, qu'elle nous montre. Dans des situations à rire ou à pleurer. Ou à remettre en cause vos convictions et... vos idées sur la navigation ! Bourlingueuse sans être marginale, mère de cinq filles, touchant à tout, des mathématiques à la navigation, tour à tour "modèle:' photographe, enseignante, couturière, stock-girl - pour déplacer les troupeaux à cheval -, journaliste, France Guillain nous affirme qu'elles existent, les femmes d'à bord. Par dizaines de milliers. Avec leurs émotions, leurs peurs, leur courage, leur tendresse, elles font toutes le chemin, long et difficile, qui mène vers soi. France Guillain nous les raconte avec la simplicité, la sensibilité, la spontanéité des conteurs. Avec ce regard à la fois extérieur et moqueur envers elle-même ; et qui fait des femmes d'à bord une amarre tendue vers les hommes d'à bord...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Gentleman, homme de coeur et d'esprit, Michel de Hemptinne est l'un des grands spécialistes mondiaux du pneumatique. En 1971, il équipe son Mark V "Ulysse" en navire de haute mer pour rallier Antalya, en Turquie, au départ de Bruxelles, via les canaux français : 3000 milles qui confirment l'intérêt immense de la croisière lointaine entre deux boudins de caoutchouc. En 1973, c'est par le Nord et le froid qu'est attirée l'étrave d'Ulysse. En cinq étapes, Reykjavik, capitale de l'Islande, est reliée à Bergen, en Norvège. Le froid, la pluie et le vent font partie du voyage. La confiance est alors totale et sur ce terrain fertile naît l'envie d'une expédition largement au-delà de tout ce qui a été fait. Ce sera le projet indonésien. Quand l'expérience a ramené au niveau d'anecdote ce qui était autrefois folle témérité, relier un continent à un autre devient la seule ambition digne de ce nom. Et l'Asie est séparée de l'Australie par l'immense archipel indonésien, en particulier Sumatra, Java, Bali et toutes les petites îles qui les prolongent vers l'Irian Barat (Nouvelle Guinée). Comme il n'est pas question d'emporter son autonomie de carburant pour 6 000 kilomètres et que la navigation se fera la plupart du temps à vue, tous les jours il faudra s'arrêter, rencontrer les autochtones, trouver de l'essence, faire face aux ennuis techniques grandissants et vivre avec le poids permanent des tracasseries administratives. Le pays est somptueux mais il n'est pas toujours facile d'en profiter. Qui plus est, le retard pris dans les préparatifs fait que Hemptinne et ses équipiers vont se heurter, de Malaisie en Australie, à la mousson d'est qui règne sur la région une moitié de l'année. Et ce qui aurait dû n'être, sur le plan de la difficulté, qu'une longue expédition, se transforme jour après jour en une succession d'épreuves dont souffrent les hommes et les bateaux. La navigation est très dure et les étapes rarement reposantes et toujours prétextes à des incidents avec la mer, le temps ou la police qui deviennent dans l'ouvrage autant d'anecdotes hautes en couleur. Arrivé à Bali, il faudra attendre les quilles de rechange en provenance de Paris. Bloqué à Bali : on peut imaginer pire... De très jolies pages seront écrites durant cette période. Enfin, toujours plus au sud-est, en passant la ligne Wallace qui coupe cette partie du monde an deux régions, ce sera la fin pour trois des compagnons. L'un des deux bateaux devra être abandonné et seuls l'auteur et Massimo pourront se lancer pour le grand saut final vers les rivages déserts du nord de l'Australie.

  • Tout comme Magellan, mais plus de quatre cents ans plus tard Willy de Roos reprend la mer dans le but de réaliser un documentaire sur la découverte de l'Amérique du Sud. Une expédition réalisée dans le sillage des grandes découvertes du XVIe siècle. Des grands noms de la voile : Sébastien Caboto, Simon de Alcazaba, Bartholomé Garcia et Gonzalo del Modal consolident les positions espagnoles en Amérique du Sud sur des voiliers prestigieux : le San Luis sur lequel Lardrillero reconnut l'entrée du détroit de Magellan et fut le premier à le franchir d'est en ouest ; le Nuestra Señora de Esperanza sur lequel Sarmiento de Gamboa découvrit le canal Sarmiento. Seul dans le sillage des caravelles, onze mois sur son Williwaw pour nous faire revivre quatre siècles d'histoire de la navigation dans l'hémisphère sud et une étonnante croisière aux limites de l'impossible. P.-D.G. et aventurier des mers, Willy de Roos a mené une double carrière d'homme d'affaires et de navigateur. Il a publié de nombreux ouvrages dont Le Passage du Nord-Ouest aux Éditions Arthaud.

empty