Ligaran

  • Féder

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "A dix-sept ans, Féder, un des jeunes gens les mieux faits de Marseille, fut chassé de la maison paternelle ; il venait de commettre une faute majeure : il avait épousé une actrice du Grand-Théâtre. Son père, Allemand fort moral et de plus riche négociant depuis longtemps établi à Marseille, maudissait vingt fois par jour Voltaire et l'ironie française ; (...)"

  • Promenades dans Rome

    ,

    • Ligaran
    • 6 Février 2015

    Extrait :
    "ROME, 29 mai 1829.-Voici une suite d'intrigues assez peu intéressantes, il est vrai, que les hasards d'une procédure secrète viennent de faire découvrir Flavia à M. le cardinal N***, légat à ***. Flavia Orsini gouvernait avec prudence et fermeté le couvent noble de Catanzara, situé dans la Marche. Elle s'aperçut qu'une de ses religieuses, l'altière Lucrèce Frangimani, avait une intrigue avec un jeune homme de Forli qu'elle introduisit la nuit dans le couvent..."

  • Rome, Naples et Florence

    ,

    • Ligaran
    • 6 Février 2015

    Extrait :
    "Dès qu'on approche d'un mensonge nécessaire, un petit sourire fin et presque imperceptible avertit qu'on va parler un instant pour la galerie..."

  • Extrait :
    "Je suis né à Rome, de parents qui occupaient, dans cette ville, un rang honorable : à trois ans j'eus le malheur de perdre mon père, et ma mère, encore dans la fleur de la jeunesse, étant disposée à contracter un second mariage, confia le soin de mon éducation à un oncle qui n'avait pas d'enfants."

  • Philibert Lescale

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Je connaissais un peu ce grand M. Lescale qui avait six pieds de haut, c'était un des plus riches négociants de Paris : il avait un comptoir à Marseille et plusieurs navires en mer. Il vient de mourir. Cet homme n'était point triste, mais s'il lui arrivait de dire dix paroles en un jour, on pouvait crier au miracle."

  • Mina de Vanghel

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Mina de Vanghel naquit dans le pays de la philosophie et de l'imagination, à Koenigsberg. Vers la fin de la campagne de France, en 1814, le général prussien comte de Vanghel quitta brusquement la cour et l'armée."

  • Lucien Leuwen

    ,

    • Ligaran
    • 4 Février 2015

    Extrait :
    "Lucien Leuwen avait été chassé de l'Ecole Polytechnique pour s'être allé promener mal à propos, un jour qu'il était consigné, ainsi que tous ses camarades : c'était à l'époque d'une des célèbres journées de juin, avril ou février 1832 ou 1834."

  • Le Rouge et le Noir

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Quand je serais moins coupable, je vois des hommes qui, sans s'arrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié, voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui, nés dans un ordre inférieur, et en quelque sorte opprimés parla pauvreté, ont le bonheur de se procurer une bonne éducation, et l'audace de se mêler à ce que l'orgueil des gens riches appelle la société."

  • Le Rose et le Vert

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Ce fut vers la fin de 183* que le général major comte von Landek revint à Koenigsberg sa patrie ; depuis bien des années il était employé dans la diplomatie prussienne. En ce moment, il arrivait de Paris."

  • Le Philtre

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Pendant une nuit sombre et pluvieuse de l'été de 182., un jeune lieutenant du 96e régiment en garnison à Bordeaux se retirait du café où il venait de perdre tout son argent. Il maudissait sa sottise, car il était pauvre."

  • Le Juif

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "? J'étais alors un fort bel homme... ? Mais vous êtes encore remarquablement bien... ? Quelle différence ! J'ai quarante-cinq ans : alors je n'en avais que trente ; c'était en 1814. Je n'avais pour moi qu'une taille avantageuse et une rare beauté. D'ailleurs, j'étais juif, méprisé de vous autres chrétiens, et même des juifs, car j'avais été longtemps excessivement pauvre."

  • Le Coffre et le revenant

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Par une belle matinée du mois de mai 182., don Blas Bustos y Mosquera, suivi de douze cavaliers, entrait dans le village d'Alcolote, à une lieue de Grenade. A son approche, les paysans rentraient précipitamment dans leurs maisons et fermaient leurs portes."

  • Extrait :
    "C'était en 1640 ; Richelieu régnait sur la France, plus terrible que jamais. Sa volonté de fer et ses caprices de grand homme essayaient de courber ces esprits turbulents qui faisaient la guerre et l'amour avec passion. La galanterie n'était point née."

  • La Chartreuse de Parme

    ,

    • Ligaran
    • 30 Janvier 2015

    Extrait :
    "Huit jours après, continuait Robert, quand il fut bien avéré que les Français ne guillotinaient personne, le marquis del Dongo revint de son château de Grianta, sur le lac de Côme, où bravement il s'était réfugié à l'approche de l'armée, abandonnant aux hasards de la guerre sa jeune femme si belle et sa soeur."

empty