Richard Powers

  • L'arbre-monde

    Richard Powers

    Richard Powers embrasse un sujet aussi vaste que l'univers : celui de la nature et de nos liens avec elle.Après des années passées seule dans la forêt à étudier les arbres, la botaniste Pat Westerford en revient avec une découverte sur ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Autour de Pat s'entrelacent les destins de neuf personnes qui peu à peu vont converger vers la Californie, où un séquoia est menacé de destruction.
    Au fil d'un récit aux dimensions symphoniques, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre égarement dans le monde virtuel. Son écriture généreuse nous rappelle que, hors la nature, notre culture n'est que " ruine de l'âme ".
    " Si Powers était un auteur américain du 19e siècle, qui serait-il ? Il serait probablement Herman Melville, et il écrirait
    Moby Dick. " Margaret Atwood

  • " Comme les histoires que l'on lit aux enfants, ce roman intense et subtil peut nous permettre d'éviter le cauchemar qu'il décrit. " USA Today
    Richard Kraft est interne en chirurgie pédiatrique au Carver Hospital, à Los Angeles. Au coeur de cette mégalopole, qui a renoncé à l'idée même de service public, la pression est permanente. Maladie du corps social, maladie du corps physique : tout est sur le point de se défaire, de voler en éclats. Dans cette atmosphère explosive, Richard et sa collègue thérapeute Linda essaient de soigner un groupe d'enfants malades, des enfants qui semblent en savoir plus long qu'eux sur l'âme humaine et recèlent tous des secrets étonnants. À leur contact, la thérapie peut basculer dans l'enquête, et l'Amérique révéler ses failles les plus noires.
    Avec un humour grinçant et une empathie bouleversante, Richard Powers explore dans ce roman sous pression les racines de la survie et la mémoire de l'Amérique, grâce à une tribu d'enfants blessés mais, surtout, providentiels.

  • Tout commence par une photo, désormais célèbre : celle prise par August Sander de trois fermiers sur une route de campagne à la veille de la Première Guerre mondiale. Pourquoi cette photo obsède-t-elle tant le narrateur, depuis qu'il l'a vue par hasard dans un musée de Detroit ? Peter Mays, un jeune journaliste de Boston, saura-t-il percer l'énigme de son étrange ressemblance avec l'un des fermiers de la photo ? Qu'est-il advenu de ces trois jeunes hommes ?
    Telles sont les questions que se pose le lecteur, et auxquelles vont devoir répondre les protagonistes du roman de Richard Powers. De l'Europe dévastée par la guerre de 14-18, où nous suivons les pérégrinations tragi-comiques des fermiers, jusqu'à l'Amérique contemporaine, au jeu des destins croisés et contrariés, en convoquant au passage quelques grandes figures tels Henry Ford Richard Powers se livre ou Sarah Bernhardt.
    A la fois saga familiale, roman picaresque et méditation sur la façon dont l'Histoire redistribue les cartes, Trois fermiers s'en vont au bal, premier roman de Richard Powers, a valu à celui-ci d'être cité par le magazine Esquire comme l'un des trois plus grands écrivains de la décennie, aux côtés de Martin Amis et Don delillo.

  • Orfeo

    Richard Powers

    Le plus beau roman après Le Temps où nous chantions.

    Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l'entendre à propos d'une infection bactériologique suspecte dans un hôpital voisin. Bien qu'il n'ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d'être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu'une existence trop tranquille avait émoussé.
    Après Le temps où nous chantions, Richard Powers revient ici à son amour passionné de la musique et fait défiler toute la bande-son du xxe siècle. C'est une véritable fugue qu'il nous offre. Fugue au sens musical du terme. Fugue pour échapper à une société de surveillance qui ne nous laisse d'autre choix que de devenir clandestins. Fugue dans le passé où se trouvent, peut-être, les solutions à un présent problématique. Fugue face à la mort qui, inexorablement, se profile... Avec ce portrait d'un homme littéralement hanté par la musique, Powers donne à ses thèmes de prédilection une ampleur inégalée et s'impose comme l'un des romanciers les plus fascinants de la littérature américaine.

  • Gains

    Richard Powers

    À travers l´aventure de Clare Inc., une petite entreprise familiale américaine de savon créée en 1830 à Boston et devenue au fil des années une multinationale de la chimie, Richard Powers retrace un siècle et demi de capitalisme, évoquant au passage la mentalité des premiers pionniers, l´évolution du syndicalisme, du management, de la publicité et de la communication.



    En parallèle, il nous entraîne dans la vie de Laura Brodey, mère de deux enfants, travaillant dans l´immobilier à Lacewood, Illinois, ville dont le destin est marqué par la présence des usines de Clare Inc.. L´existence de Laura et celle de la multinationale vont bientôt converger d´une façon inattendue.





    Avec ce dialogue entre une personne morale et une personne physique, Richard Powers interroge une nouvelle fois la modernité. Il s´intéresse aussi ici à l´influence du libéralisme sur l´environnement, la vie quotidienne et les destins individuels. Faisant à la fois preuve d´une vision globale et d´une puissance d´émotion rare, il s´attache aux conséquences, heureuses et malheureuses, du développement de la société de consommation sur les individus, aux gains et aux pertes, au prix à payer.


    «À la fois subtil, provocateur et d´une rare puissance littéraire, Richard Powers nous lance un avertissement de façon beaucoup plus efficace que quiconque depuis très longtemps : Consommateurs, méfiez-vous ! » Rick Moody

  • Fin des années 1980, DeKalb, Illinois. Eddie Hobson, Ailene, et leurs quatre enfants, ont toujours formé un clan très soudé. Mais lorsque Eddie est frappé par une étrange maladie, la mécanique familiale se dérègle et les secrets de ce père pas comme les autres font peu à peu surface. Pourquoi ce professeur d'Histoire charismatique a-t-il élevé ses enfants, aujourd'hui adultes, dans l'amour de la culture, du divertissement des énigmes et des jeux d'esprits, en les tenant toujours éloignés des réalités de leur temps ? Et quelle est cette longue histoire qu'il élabore depuis près de trois décennies derrière une porte close ? Alors qu'Eddie s'est enfui de l'hôpital pour une destination inconnue, le plus jeune de ses fils, Eddie Jr, part à sa recherche. Petit à petit, l'histoire du père se dévoile et avec elle, c'est tout le XXe siècle qui défile, de l'exposition universelle de New York en 1939 aux essais nucléaires de Los Alamos, en passant par un projet grandiose de Walt Disney, destiné à entretenir l'optimisme des populations durant la Seconde Guerre mondiale.



    Dans cet éblouissant roman polyphonique, Richard Powers s'intéresse à l'industrie du divertissement, de Hollywood à Disneyland, et questionne notre besoin d'évasion. Il nous montre, à la lumière d'un demi-siècle d'une histoire passionnante, comment ce qui nous édifie, que ce soit la famille ou la culture, nous emprisonne également.

  • Anglais Gain

    Richard Powers

    Richard Powers' novel is a fascinating and profound exploration of the interaction of an individual human life and a corporate one. It tells two stories: the first that of an American company, which starts as a small family soap and candle-making firm in the early 1800s, and ends as a vast pharmaceuticals-to-pesticides combine in the 1990s. The second is that of a contemporary woman, living in the company town, who during the course of the novel is diagnosed and then finally dies of cancer, a cancer that is almost certainly caused by exposure to chemical wastes from the company's factories.

    Richly intellectually stimulating, deeply moving and beautifully written, Gain is very much a 'Great American Novel', an exploration of the history, uniqueness and soul of America, in the tradition of Underworld. But it is most reminiscent of Graham Swift's Waterland, another novel that combines history, both public and private, with contemporary lives, showing how individuals are both the victims and shapers of large-scale historical and economic forces

  • On a winter night on a remote road in Nebraska, Mark Schluter's truck turns over in a near fatal accident. His sister, Karin, returns reluctantly to their home town to look after him. But when he finally awakes from his coma, Mark believes that Karin - who looks, acts and sounds just like his sister - is really an identical imposter.



    Shattered by her brother's refusal to recognise her, Karin contacts Dr Gerald Weber, famous for his case studies describing the infinitely bizarre worlds of brain disorder. But what Weber discovers in Mark begins to undermine even his own sense of self.



    Meanwhile Mark, armed only with a note left by an anonymous witness, attempts to learn what happened on the night of his accident. The truth of that evening will change the lives of all three beyond recognition.



    Winner of the National Book Award for Fiction.

  • Le plus beau roman sur la musique depuis... Le temps où nous chantions.Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l'entendre à propos d'une infection bactériologique suspecte dans un hôpital voisin. Bien qu'il n'ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d'être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu'une existence trop tranquille avait émoussé.
    Après
    Le temps où nous chantions, Richard Powers revient ici à son amour passionné de la musique et fait défiler toute la bande-son du xxe siècle. C'est une véritable fugue qu'il nous offre. Fugue au sens musical du terme. Fugue pour échapper à une société de surveillance qui ne nous laisse d'autre choix que de devenir clandestins. Fugue dans le passé où se trouvent, peut-être, les solutions à un présent problématique. Fugue face à la mort qui, inexorablement, se profile... Avec ce portrait d'un homme littéralement hanté par la musique, Powers donne à ses thèmes de prédilection une ampleur inégalée et s'impose comme l'un des romanciers les plus fascinants de la littérature américaine.

  • Le plus beau roman sur la musique depuis... Le temps où nous chantions.Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l'entendre à propos d'une infection bactériologique suspecte dans un hôpital voisin. Bien qu'il n'ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d'être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu'une existence trop tranquille avait émoussé.
    Après
    Le temps où nous chantions, Richard Powers revient ici à son amour passionné de la musique et fait défiler toute la bande-son du xxe siècle. C'est une véritable fugue qu'il nous offre. Fugue au sens musical du terme. Fugue pour échapper à une société de surveillance qui ne nous laisse d'autre choix que de devenir clandestins. Fugue dans le passé où se trouvent, peut-être, les solutions à un présent problématique. Fugue face à la mort qui, inexorablement, se profile... Avec ce portrait d'un homme littéralement hanté par la musique, Powers donne à ses thèmes de prédilection une ampleur inégalée et s'impose comme l'un des romanciers les plus fascinants de la littérature américaine.

  • Anglais Generosity

    Powers Richard

    When Russell Stone becomes the teacher of a young Algerian woman with a disturbingly luminous presence, he is both entranced and troubled. How can this refugee from terror radiate such bliss? Is it possible to be so open and alive without coming to serious harm? Soon, Thassa's joyful personality comes to the attention of the notorious geneticist and advocate for genomic enhancement, Thomas Kurton, whose research has enabled him to announce his discovery of the genetic underpinnings of happiness. Thassa's congenital optimism is severely tested by the growing media circus. Devoured by the public as a living prophecy, her genetic secret will transform both Russell and Kurton, as well as the world at large.Generosity is Richard Powers' most exuberant and exhilarating book yet.

  • Anglais Orfeo

    Powers Richard

    LONGLISTED FOR THE MAN BOOKER PRIZE 2014Seventy-year old avant-garde composer Peter Els opens the door one evening to find the police outside. His DIY microbiology lab - the latest experiment in his lifelong attempt to extract music from rich patterns beyond the ear's ability to hear - has come to the attention of Homeland Security. Panicked by the raid on his house, Els flees and turns fugitive, waiting for the evidence to clear him and for the alarm surrounding his activities to blow over. But alarm turns to national hysteria, as the government promises a panicked nation that the 'Bioterrorist Bach' will be found and brought to trial. As Els feels the noose around him tighten, he embarks on a cross-country trip to visit, one last time, the people in his past who have most shaped his failed musical journey. And through the help of these people - his ex-wife, his daughter, and his longtime artistic collaborator - Els comes up with a plan to turn this disastrous collision with national security into one last, resonant, calamitous artwork that might reach an audience beyond his wildest dreams.

  • Anglais Galatea 2.2

    Powers Richard


    After four novels and several years living abroad, the fictional protagonist of Galatea 2.2-'Richard Powers-'returns to the United States as Humanist-in-Residence at the enormous Center for the Study of Advanced Sciences. There he runs afoul of Philip Lentz, an outspoken cognitive neurologist intent upon modeling the human brain by means of computer-based neural networks. Lentz involves Powers in an outlandish and irresistible project: to train a neural net on a canonical list of Great Books. Through repeated tutorials, the device grows gradually more worldly, until it demands to know its own name, sex, race, and reason for exisiting.

empty