Mark Kharitonov

  • «Kharitonov coud ses récits comme les Parques cousent les destins, lentement, opiniâtrement... Ce sont des exercices en existence, c'est-à-dire en survie. Survivre à l'envahissement du vide, à l'effacement du souvenir, au brouillage des signes du destin.
    «Paumés heureux d'avoir tout largué, nouveaux riches en survie dangereuse, partouzes dans de riches datchas ou de fétides sous-sols, carrières fulgurantes à la télévision, studios de cinéma à l'abandon où l'on envoie un nouveau metteur en scène remplacer au pied levé celui qui a tout laissé en plan... Savons-nous dans les studios de Kharitonov si le ciel au-dessus de nous est le vrai ou un pavillon de décor ? si l'esprit de Pouchkine qui vient frapper est le bon ou le faux ? et si nous sommes encore vivants, pour de bon ? La voix d'en haut annonce : «On rembobine !» Les ombres sur la caverne kharitonovienne se précipitent en sens inverse.» Georges Nivat.

    Né en 1937 à Jitomir

  • Amores novi

    Mark Kharitonov

    • Fayard
    • 22 Août 2007

    Les trois parties qui composent Amores novi abordent les thèmes intimement liés à la trame imaginaire du monde de Mark Kharitonov : Éclairs d'un orage nocturne met en scène une jeune fille qui fait part, mais de façon très obscure, de son effarouchement devant le secret de la vie. Révolte est une sorte d'introspection spéculaire où le narrateur se demande pourquoi il dit de lui-même "je", et pourquoi il se dit lui-même au masculin et pas au féminin. Grains de sable entre les pages recourt à la technique des segments de texte reliés par un contrepoint de thèmes : livre lu par lui, présence d'elle, une zone interdite, une fresque rongée par le temps, où se devine une Eve qui pudiquement cache son bas-ventre.

    On retrouve la calligraphie de l'étrangeté qui trame l'écriture de Kharitonov : ici ce maître de la prose russe contemporaine prolonge à sa façon la poésie érotique antique, souvenir des amantes de Catulle ou de Properce, mais en version moderne, où le lyrisme est étouffé, le destin érotique brouillé.

  • Projet solitude

    Mark Kharitonov

    • Fayard
    • 12 Mai 2010

    Zimine, un écrivain confidentiel d´une cinquantaine d´années - héros de plusieurs romans de Kharitonov -, a été abandonné par sa femme et son fils qui sont partis s´installer en Amérique. Entouré de livres qu´il n´a pas lus, encombré par un manuscrit qu´il n´arrive pas à achever, Zimine va contre son gré à des réceptions littéraires futiles. Une visiteuse inattendue, Sabine, vient d´Allemagne lui exposer son projet de lutte contre la solitude : organiser des rencontres télévisées pour solitaires afin de les guérir des maux de la communication d´aujourd´hui, intrusive, virtuelle, impersonnelle. Zimine, lui, cherche dans les penseurs de l´absurde - Chestov, Beckett, Kafka - le remède à l´entassement appelé « communication », lequel, à chaque échange, ronge un peu plus le moi solitaire. Pour lui, la Solitude est un projet raté, un bel échec, une inatteignable béatitude.
      « Mark Kharitonov

  • Deux enfants, Tim (sept ans et demi) et sa petite soeur Tania, sont confiés deux jours par leurs parents aux soins de leur jeune Tante Léna, qu'ils surnomment vite « Ennui Mortel ». Ils vont, en pénétrant dans la cave du fond du jardin dont l'accès leur est strictement interdit, être entraînés dans une série d'histoires enchevêtrées. À la recherche d'une petite fille qui s'est égarée alors qu'elle jouait à cache-cache puis a été ensorcelée par une plume de cygne noir, ils vont rencontrer Fontaine et le Petit Géant qui deviendront leurs amis, un chat excentrique et paresseux, un roi vaniteux en forme de bulle de savon, un oiseau rêveur ... Sans oublier le drôle de Professeur de mensonge et son petit chien au flair exceptionnel, qui habite rue du Premier avril et qui aimerait bien dérider Tante Léna, laquelle n'est autre que la petite fille ensorcelée ayant grandi. Cette histoire poétique et pleine de rebondissements, pour enfants de 10-12 ans, donne à réfléchir sur le passage du temps, sur les métamorphoses et la musique de la nature, et sur la frontière souvent ténue entre le mensonge et la vérité, le rêve et la réalité : un mélange du Magicien d'Oz et d'Alice au Pays des Merveilles, avec l'humour en plus. Le récit sera accompagné d'illustrations en noir et blanc.

empty