Armand Colin

  • Nous avons tous des images de l'Ouest américain en tête. De sa conquête à la ruée vers l'or, des immenses paysages de la Vallée de la mort au pont de San Francisco, de Buffalo Bill à Geronimo, des westerns de John Wayne à Quentin Tarantino... l'Ouest est très tôt devenu un mythe, une fabrique à rêves comme l'incarne Hollywood.
    Jacques Portes nous invite dans ce livre à aller au-delà de la légende en nous racontant l'histoire, ou plutôt les histoires de l'Ouest. Elles commencent il y a bien longtemps avec les premiers habitants du continent ; elles ont nourri autant d'espoirs que de désillusions ; elles conservent une part de mystère et d'inconnu.
    La réalité de l'Ouest que nous fait découvrir l'auteur est bien moins caricaturale que tous ces symboles en forme d'images d'Épinal qui perdurent encore dans notre imaginaire.

  • Depuis 1945 au moins, le monde entier vit à l'heure américaine, que ce soit par les modes, la musique, les films ou la réussite économique, en dépit des crises récurrentes. Par ailleurs, le 11 septembre 2001 a été l'événement le plus médiatisé de tous les temps, sommet d'une vague de puissance dominante. Alors que l'élection de Barack Obama a signalé un autre temps. Toutefois, dès 1900, les analystes évoquaient l'américanisation du monde avec une angoisse relative et il ne faut pas oublier que la Révolution française a été précédée par la Révolution américaine avec quelques textes fondateurs. Ces quelques exemples prouvent que depuis leur naissance, les États-Unis ont servi de modèle, de pôle d'attraction pour les émigrants de toutes les origines, avant même de jouer un rôle actif dans les affaires du monde. Ce livre ne cherche pas à traiter seulement de l'influence des États-Unis dans le monde, mais à comprendre tous les ressorts internes qui ont façonné celle-ci de 1776 à nos jours.

  • Une génération américaine : celle qui est parvenue à l'âge adulte dans les années 1960, en pleine lutte contre la ségrégation, en pleine guerre du Viêt-nam, alors que le paysage culturel et politique du pays se trouvait bouleversé par une remise en cause sans précédent des valeurs traditionnelles. D'où, nécessairement, des itinéraires divergents, des orientations individuelles, qui ont travaillé la société en profondeur. C'est aussi bien la génération de Bill Clinton que celle de George W. Bush. Celle qui a vécu l'assassinat de Kennedy et le scandale du Watergate sous la présidence Nixon. Celle qui a milité pour l'épanouissement personnel à tout prix, et celle qui a choisi de revenir au fondamentalisme religieux...Ce livre en brosse le portrait contrasté, et retrace au quotidien la chronique de ces Américains ordinaires pendant les quarante dernières années.Jacques PORTES, professeur d'histoire Nord-Américaine à l'Université Paris 8-Vincennes-Saint Denis, est spécialiste de la culture et de la politique des États-Unis. Il a notamment publié : chez Colin, Les États-Unis de l'Indépendance à la Première Guerre mondiale et Les États-Unis de 1900 à nos jours ; chez Complexe, Les Américains et la guerre du Vietnam et Les États-Unis, une histoire à deux visages ; chez Fayard, Buffalo Bill.
    La guerre froide en toile de fond. Sauver la Liberté : Kennedy et les risques d'une guerre totale. La détente, quand même, 1964-1979. Le retour rassurant de la guerre froide. La tourment des années 1960. Un pays repu et immobile ? Le choc des droits civiques. Le temps de la grande société. Glissement vers le conservatisme. Une société agitée par l'affirmation identitaire. Nixon : républicain progressiste ou conservateur sans scrupules ? Watergate. 1974-1980 : malaise économique et tentation conservatrice. Reagan et Bush. America's back. Misère, en marge du rêve américain. Georges H. Bush : des problèmes à retardement. Le temps de l'hyperpuissance. Quel ordre après guerre froide ? Un génie politique mal employé. Les dérives d'une démocratie du moindre risque. Une nouvelle économie ? Communautés et individualisme : une société fragmentée. Une culture pour tous qui doit plaire à chacun. En guise de conclusion.

  • Alors qu´après l´élection triomphale de 2008 nombreux étaient les analystes à promettre à Barack Obama un deuxième mandat dans un fauteuil, sa réélection en 2012 n´est pas gagnée d´avance. La conjoncture économique est très difficile et le Président n´est pas parvenu à incarner l´espoir qu´il avait représenté. En raison de sa volonté de compromis, de son respect de l´adversaire républicain, même quand celui-ci ne cherche qu´à provoquer sa perte, il a déçu beaucoup d´électeurs qui l´avaient alors suivi. Il a tenu nombre de ses promesses et remporté des succès internationaux, mais ces réalisations ne pèsent pas assez lourd par rapport à ces doutes grandissants.  Il faudra à Barack Obama et aux démocrates une puissante détermination et une solide organisation pour mobiliser. Sans doute, le concurrent républicain ne sera pas d´une grande envergure, mais le Président devra sortir le grand jeu pour effectuer un second mandat.
      Jacques Portes est professeur d´histoire de l´Amérique du Nord à l´université Paris 8 et membre de l´équipe MASCIPO, CNRS-EHESS.

  • Sans Europe, pas d´États-Unis ni de Canada..., sans ces derniers, plus d´Europe très vraisemblablement, et depuis longtemps. Car si le Vieux Continent et l´Amérique du Nord ne constituent pas une communauté transatlantique, ils sont néanmoins depuis plus de cinq siècles intimement et pour ainsi dire existentiellement liés.  Au-delà du rappel des faits marquants dans l´ordre militaire et diplomatique, les auteurs décrivent les mouvements migratoires, les flux commerciaux et financiers, les transferts culturels et les représentations mutuelles des deux espaces. Ils mettent en lumière le mouvement de balancier qui, depuis toujours, voit ces espaces s´attirer ou se rejeter, et se construire l´un par rapport à l´autre.  Cet ouvrage qui conjugue histoire et étude des civilisations aborde un pan fondamental de l´étude des relations internationales et apporte un éclairage nouveau sur le couple Amérique du Nord/Europe.  Jacques Portes est professeur d´histoire nord-américaine à Paris 8. Nicole Fouché est chargée de recherches du CNRS à l´EHESS-CENA. Marie-Jeanne Rossignol est professeur de civilisation américaine à Paris VII. Cécile Vidal est maître de conférences à l´EHESS-CENA.

empty