Jacques Brasseul

  • L'histoire économique a connu un renouveau depuis un demi-siècle grâce à l'analyse économique, aux théories institutionnalistes et aux approches globales. Le livre présente, en s'appuyant sur ces acquis, une version synthétique de l'évolution économique du monde depuis l'origine des civilisations jusqu'aux premières décennies du XXIe siècle.
    Il aborde en premier lieu les problèmes de la discipline elle-même, puis remonte à la fin de la préhistoire pour exposer de façon chronologique les traits de l'économie antique, puis médiévale, avant d'arriver aux Temps modernes et à la révolution industrielle.
    Il insiste ensuite sur l'évolution au XIXe siècle, l'extension de l'industrialisation et les mutations économiques et sociales qu'elle entraîne, la mondialisation d'avant 1914.
    Le XXe et la période actuelle font l'objet des derniers chapitres, depuis les guerres mondiales, la crise de 29 et la montée des totalitarismes jusqu'à l'évolution plus favorable qui suit : paix globale, montée des échanges, intégration de l'Europe, nouvelle révolution technologique et développement au Sud.

  • L'histoire de l'Afrique, malgré la richesse des publications depuis les années 1960, reste méconnue, à l'exception de certains points souvent abordés par les médias comme la préhistoire, les empires du Sahel, les siècles de traite, la colonisation et bien sûr l'évolution depuis les Indépendances. Pour le reste, qui a une idée en Europe de l'expansion bantoue par exemple, qui a duré plusieurs millénaires et constitue une des plus grandes migrations de l'histoire, et une véritable révolution économique ? Qui connaît le phénomène du Mfecane en Afrique australe ? Ou les Djihads qui ont balayé l'Afrique occidentale au XIXe siècle ?
    Apporter sa pierre à l'édifice d'une meilleure connaissance est le but de cet ouvrage. L'auteur, économiste, est spécialisé en histoire économique et en économie du développement ; il a vécu une dizaine d'années en Afrique et s'est inspiré des travaux des grands maîtres africanistes, en Afrique même, en France et dans le monde anglo-saxon essentiellement.
    Depuis l'école des Annales entre les deux guerres, avec des pionniers comme Marc Bloch, Lucien Febvre ou Fernand Braudel, les aspects économiques occupent une place majeure dans les travaux des historiens, bien loin de l'histoire méthodique, c'est-à-dire politique, événementielle, caractérisant le XIXe siècle. L'économie ne peut être détachée de l'histoire car il s'agit de la façon dont les hommes vivent, et survivent. Ce travail mêle les deux, aspects économiques et faits historiques. Il aborde les caractères généraux du continent puis le traite chronologiquement des origines à la période actuelle.

  • L'histoire des faits économiques au 20e siècle est marquée par un basculement majeur à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Le monde passe alors d'une phase de recul de la mondialisation (de 1914 à 1945) caractérisée par les deux conflits planétaires et la grande dépression du capitalisme, à une reprise rapide de ce phénomène, avec l'expansion des échanges internationaux et l'interdépendance croissante des nations. Cette avancée de la mondialisation ne fait que reprendre une tendance déjà manifeste dans les dernières décennies du 19e siècle et le début du 20e, et initiée beaucoup plus tôt avec les grandes découvertes. Tout se passe comme si une parenthèse dramatique venait interrompre temporairement un processus à l'oeuvre depuis les débuts du libre-échange en 1846.
    C'est ce phénomène, dans toute sa complexité, et les différentes hypothèses qu'il peut susciter, que ce livre entend présenter.JACQUES BRASSEUL est professeur des universités en sciences économiques. Il enseigne l'histoire des faits économiques et l'économie du développement à l'université de Toulon-Var.

  • Nul autre thème que la mondialisation ne fait l'objet de tant d'écrits, de discours et de polémiques. Il s'agit bien de la caractéristique la plus frappante de l'évolution des dernières décennies. Nous sommes plongés dans un tourbillon à la fois économique, politique et culturel où l'ensemble des pays participe, où le brassage des biens, des peuples et des civilisations n'a jamais été aussi poussé. Il s'agit ici de s'interroger sur les origines, les aspects et les enjeux de ce phénomène. Comme pour toute évolution caractérisant les sociétés humaines, il importe de rechercher des racines historiques lointaines, car en identifiant ces racines, on sera mieux à même de le comprendre.C'est l'ambition de ce petit ouvrage qui présentera une nouvelle approche de la mondialisation à travers différents sujets : les échanges, l'évolution de l'État, les organisations internationales, la finance, les firmes multinationales, la population, les inégalités, la culture, les techniques, l'écologie et le domaine militaire. Autant de thèmes classiques sur la question, qui seront abordés tour à tour, à la fois sous l'angle historique et celui de l'actualité.Jacques Brasseul est professeur de sciences économiques à l'université du Sud (Toulon-Var). Il a publié de nombreux articles, et plusieurs livres aux éditions Armand Colin : une Histoire des faits économiques et sociaux en trois volumes, allant des origines à nos jours (parus en 1997, 1998 et 2003, les deux premiers réédités en 2001 et 2004), ainsi qu'un mémento (Petite histoire des faits économiques et sociaux, 2001, 2003), et deux ouvrages sur l'économie des pays en voie de développement : Introduction à l'économie du développement (1989, 1993) et Les NPI et l'industrialisation du tiers-monde (1993).
    Débats. Commerce. Gouvernance. Finance. Firmes. Population. Culture et techniques. Écologie. Guerre. Conclusion. La mondialisation en perspective historique, un bilan. Pour ou contre la mondialisation. Un autre monde est possible.

  • Le monde depuis 1870 est destiné aux étudiants de premier cycle (Licence, Classes préparatoires aux grandes écoles, jusqu'à la préparation du CAPES) et peut également être prescrit aux candidats à des concours sciences-po et administratifs pour leurs épreuves d'histoire contemporaine.
    Soucieux de leur offrir une information claire et précise, ce livre retrace l'évolution politique, économique, sociale et culturelle du monde depuis l'expansion coloniale et la généralisation de l'industrialisation jusqu'à la mondialisation la plus récente. Il accorde une place significative à la France mais aussi aux mondes extra-européens dont la place évolue considérablement dans les relations internationales au cours de la période considérée.
    Ce manuel s'organise autour de trois temps forts :
    o COURS : les notions sont exposées avec un accompagnement pédagogique pour faciliter la compréhension et la mémorisation (définitions, biographies, cartes, points à retenir, dates clés et bibliographie commentée).
    o MÉTHODES : les méthodes de la dissertation et du commentaire de document (texte, statistiques, iconographie) sont présentées avec des exemples de sujets corrigés.
    o ATLAS : en fin d'ouvrage, un ouvrage tout en couleur propose les cartes essentielles.

  • L'économie du développement est-elle toujours légitime et nécessaire après l'émergence et le décollage de nombreux pays du tiers monde ? Les indépendances en Asie et en Afrique, les succès et les échecs des politiques de développement proposées aux trois quarts de la population mondiale ont, en leur temps, renforcé l'importance de cette discipline. Le passage au XXIe siècle, marqué par la mondialisation des économies, les changements politiques et la croissance rapide de pays du Sud, n'a pas rendu obsolète l'économie du développement. Malgré la réduction sans précédent de la pauvreté dans le monde depuis 1990 et le phénomène de rattrapage du Nord par le Sud, les inégalités tendent à s'accroître au sein des nations et près de la moitié des Africains restent pauvres.
    Il est donc indispensable, pour que l'économie serve au mieux les aspirations des êtres humains, de continuer à s'interroger sur les causes et les caractéristiques du sous-développement, ainsi que sur les différents modèles et théories du développement.
    C'est ce que propose ce livre, à jour des données les plus récentes et illustré de nombreux graphiques.

  • L'observation des crises financières et monétaires récentes, singulièrement celle de 2008-2009, témoigne du basculement d'un système régi par les gouvernements à un système mondialisé mû par les marchés internationaux de capitaux, soit la fin du « système de Bretton Woods » et l'avènement de la Globalisation financière. 
    La première partie de cet ouvrage, qui couvre la période 1944-1973, concerne le Système Monétaire International puis son effondrement précipité par les chocs pétroliers. L'essor des « euromarchés de capitaux », dès la fin de cette période, constitue le premier temps de la globalisation financière. 
    La seconde partie est consacrée à l'émergence de la « sphère financière », de 1974 au début de la décennie 1990, comme conséquence de la désintermédiation des financements, de la déréglementation et du décloisonnement des marchés. La globalisation financière se traduit, alors, par une accélération de la croissance des volumes des marchés financiers internationaux, second temps de la globalisation financière. 
    La troisième partie renvoie à la période contemporaine, marquée par l'apparition des «marchés émergents » et les crises s'y rapportant. Durant les années 2000, l'origine de l'instabilité financière se déplace : elle n'émane plus des pays en développement ou émergents, mais des États-Unis, coeur du système. C'est le troisième temps de la globalisation financière. 

empty