Langue française

  • Dans sa course pour rester à la pointe de la recherche scientifique et des classements mondiaux, l'Université française n'en finit pas de se recomposer, enchaînant depuis trois décennies fusions, regroupements, créations, diversifications et mises en compétition.

    Fine connaisseuse des systèmes universitaires français et étrangers, Christine Musselin s'appuie sur les résultats de ses recherches menées depuis les années 1980 pour porter un diagnostic sur l'état actuel de l'enseignement supérieur et de la recherche en France. Afin d'accompagner la révolution en cours, des changements lui paraissent indispensables dans trois domaines : le pilotage de la recherche et de l'enseignement supérieur par les pouvoirs publics, le mode de gouvernance des universités, la gestion des carrières des enseignants et des chercheurs. Ses propositions ne manqueront pas de faire débat, et c'est exactement ce qu'elle souhaite.

  • Soyez en tête de la compétition mondiale mais coordonnez-vous à l'échelon territorial ! Telle est l'injonction contradictoire adressée aux universités françaises depuis les deux grandes réformes du système d'enseignement supérieur et de recherche initiées en 2000.

    D'un côté, l'État organise une compétition généralisée entre enseignants- chercheurs et entre universités. Les financements sur projet de la recherche, la publicisation des évaluations et leur utilisation pour allouer les budgets à la performance, comme les très sélectifs appels à projets qui se sont succédé sans relâche depuis le Grand Emprunt de Nicolas Sarkozy, ont accru les écarts entre établissements et fait voler en éclat le principe sur lequel reposait jusqu'alors, en théorie, le système français : des universités équivalentes sur l'ensemble du territoire.

    De l'autre, un remodelage du paysage universitaire est à l'oeuvre. Il impose que les grandes écoles, les organismes de recherche et les universités d'une même région coordonnent leurs actions dans le but de rationaliser les coûts et de grimper dans les classements mondiaux.

    De nouvelles structures sont ainsi créées à marche forcée, sans qu'il soit possible de savoir si ces changements majeurs atteindront leurs objectifs et assureront un avenir radieux à l'enseignement supérieur français.

  • Contre les idées reçues sur les carrières à l'Université, cet ouvrage étudie les modalités de recrutement des universitaires américains, allemands et français sur la base d'une enquête comparative appliquée aux cas des mathématiciens et des historiens.Contribution importante à une thématique peu explorée, ce livre propose une réflexion sociologique sur les procédures de recrutement et en restitue leur complexité. L'étude menée conforte les th?ses qui lient formes du marché du travail et organisation du travail. L'auteur interpelle les pouvoirs publics afin que ceux-ci mènent une action globale, inscrite dans la durée, à l'opposé de l'activisme et de l'urgence qui caractérisent les interventions publiques récentes.

  • This book analyzes the reforms that led to a differentiated landscape of higher education systems after university practices and governance were considered poorly adapted to contemporary settings and to their new missions. This has led to a growing institutional differentiation in many higher education systems. This differentiation has certainly contributed to making the institutional landscape more diverse across and within higher education systems. This book covers this diversity. Each part corresponds to a different but complementary way of looking at reforms and highlights what can be learnt on specific cases by adopting a specific perspective. The first part analyzes the ongoing reforms and their evolution, identifies their internal contradictions, as well as the redefinitions and reorientations they experience, and reveals the ideas, representations, ideologies and theories on which they are built. The second part includes comparison between countries but also other comparative perspectives such as how one reform is developed in different regions of the same country, as well as how comparable reforms are declined to different sectors. The last part addresses the impact of the reforms. What is known about the effectiveness of such instruments on higher education systems? This part shows that reforms provoke new power games and reconfigure power relations.

  • L'état de déliquescence organisationnelle de biend es universités françaises conduit à se poser une question: cette faiblesse est-elle une particularité "universitaire" ou "française"? La comparaison franco-allemande apportée dans cet ouvrage apporte de très intéressants éléments de réponse. Si les similitudes des deux côtés du Rhin sont frappantes, les unviersités allemandes donnent une impression de plus grande cohérence interne. À quoi cela tient-il?

empty