Les mots migrateurs

À propos

En Lituanie, napoléon désigne un gâteau... Au Danemark, vous pouvez, par temps de frimas, acheter du grand vin de pinard ... En néerlandais, un colbert est une veste... En allemand, salopp veut dire « sympathique » ou « décontracté »... En bulgare, siphon qualifie une personne stupide et parashoutiste une personne pistonnée... Omelette et champagne, déshabillé et blouse, bel étage et chaise longue, garage et garçonnière, rendez-vous et Je m'en fous ! sont en Europe comme à la maison.

Voici le récit allègre du devenir des mots français dans les langues européennes, de l'irlandais au norvégien, du polonais au grec... Comment le français est-il parvenu à traverser les frontières ? Qu'ont retenu ces autres langues de la nôtre ? Pourquoi certaines se sont-elles montrées plus hospitalières que d'autres ? Des traces durables laissées par la grande histoire aux hasards des petites rencontres et des modes, la langue française vit d'une autre vie dans une Europe dont la diversité linguistique enchante. Parfois détournés ou déformés, nos mots de tous les jours résonnent alors d'une tonalité exotique, nourrie de faux amis et de vraies trouvailles, telle cette expression que les Anglais nous prêtent sans qu'elle ait jamais eu cours dans notre langue : « C'est magnifique, mais ce n'est pas la guerre »...

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782021084818

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    384 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 157 Ko

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Média Diffusion

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Marie Treps

Marie Treps est linguiste et sémiologue, chercheur au CNRS (Institut national
de la langue française) où elle participe à la rédaction du Trésor de la langue française, jusqu'à son achèvement, puis au Laboratoire d'anthropologie urbaine où elle investit le domaine des études tsiganes. Elle s'intéresse de longue date à certains territoires ludiques de la langue française, négligés des linguistes et des lexicographes, mais si bien cultivés par tous que l'on y voit prospérer notre imaginaire linguistique. Elle est notamment l'auteur de Les mots voyageurs. Petite histoire du français venu d'ailleurs, Les mots migrateurs. Les tribulations du français en Europe, La rançon de la gloire (Seuil).

empty